On dit souvent que les riches sont comme tout le monde et dans une large part, c’est vrai.

Mais…

Avec les montagnes d’argent, de pouvoir et peut-être même parfois d’épanouissement professionnel se développent cependant parfois de drôles de traits de personnalité.

Dit autrement, des réflexes distinctifs s’assimilant à une sorte de signature sociale subtile mais observable.

Difficile (genre, vraiment difficile) de savoir si quelqu’un est riche ou si c’est juste son attitude qui se trouve dans « la zone payante » mais quand on marche à un endroit où se rassemblent souvent les privilégiés de la belle région de Québec, comme à Place Ste-Foy, on en croise un bon nombre.

Si vous avez déjà côtoyé un riche, vous savez à quel point ils sont aussi humains que les autres mais ça, c’est en privé parce qu’en public, leur attitude peut parfois changer, versant entre l’indifférence et la suffisance (vu de l’extérieur… du point de vue d’un étranger).

Certains riches sont les mêmes être formidables en privé qu’en public mais après une marche dans Place Ste-Foy, vous n’aurez d’autre choix que d’avouer que certains sont… disons… particuliers!

Et c’est juste drôle, on s’entend…

Le jeu, c’est de faire exprès pour croiser le regard des riches qui se promènent dans Place Ste-Foy et de leur faire un beau sourire pour voir s’ils comprennent cette interaction sociale toute simple et s’ils y répondent.

Autrement dit, c’est de livrer un beau sourire plein de gentillesse et voir ce qu’il en advient, lorsque lancé vers un riche. Pourquoi Place Ste-Foy? Pourquoi pas! Le stationnement est REMPLI de voitures de luxe et c’est collé sur les quartiers affluents de Sillery alors c’est l’endroit tout choisi pour cette petite expérience sociale.

Alors j’ai tenté l’expérience et franchement, j’ai trouvé ça vraiment drôle.

apple-store-a-place-ste-foy-1

decoration-du-apple-store-1

Je m’assurais que la personne dont je croisais le regard me voyait et qu’elle n’était pas en train de faire autre chose. J’étais dans le secteur du magasin Apple et de Signature Maurice Tanguay, question de croiser les plus riches des riches qui vont à Place Ste-Foy.

J’ai souri autant à des hommes qu’à des femmes, qu’à des jeunes qu’à des vieux et qu’à des gens seuls qu’à des couples, incluant avec des enfants.

La majorité des gens à qui j’ai offert un beau sourire (près d’une 30aine) m’ont carrément ignoré. Pas de réponse à mon sourire. Ils continuaient simplement leur chemin. On dit souvent que les riches ne se laissent pas distraire facilement et les résultats non-scientifiques et hautement personnels de mon expérience vont définitivement dans ce sens!

Et c’est bien correct comme ça.

Pourquoi quelqu’un devrait-il répondre au sourire d’un autre? Après tout, qui est cette personne qui sourit? Si on ne se connaît pas, pourquoi diantre se sourirait-on? Surtout qu’on est dans un centre d’achat où les sourires se font plutôt rares, sauf lorsqu’on se fait répondre par un vendeur (et encore là).

J’étais habillé décontracté alors je passais probablement inaperçu avec mon T-Shirt noir et mes bermudas gris foncés. Pourtant, j’avais mes enfants et une amie de ma fille alors on était « visibles« ! Rien de dangereux, juste un beau sourire d’une personne à une autre et sans surprise, les gens qui me voyaient et comprenaient clairement que je leur souriais continuaient leur chemin, comme si je n’existais pas.

Honnêtement, avant de commencer cette petite expérience personnelle, je ne m’attendais pas à des réponses à mes sourires.

Je me doutais donc un peu que je ferais office de proverbial extra-terrestre avec mon sourire, dans un lieu commercial aussi prestigieux, huppé et où l’atmosphère se veut propice à l’abondance et à la consommation sans contrainte. Je vous confirme que j’était un peu l’extra-terrestre de la place et si j’avais ravalé mes sourires, je me serais immédiatement fondu à la foule de gens au regard relaxe qui déambulaient dans les larges corridors.

Après tout, ces gens sont à Place Ste-Foy pour effectuer des achats, pas pour répondre à des sourires. Comment les blâmer! Ils avaient probablement hâte de retourner chez-eux.

Mais bon, j’avais cet espoir qu’il y aurait eu plus de sourires qui me seraient revenus. J’avais probablement placé la barre trop haute.

Pas grave… l’expérience en valait la peine.

Alors parlons un peu des 5 personnes qui ont répondu à mon sourire…

  1. Un homme dans la 60aine qui a esquissé un très bref sourire, sans soutenir mon regard (il était peut-être surpris… ou gêné);
  2. Un homme dans la 30aine qui avait plusieurs sacs de Simons dans les mains et qui semblait retourner vers son véhicule — il m’a souri très brièvement mais il se pourrait qu’il était juste heureux parce qu’il avait terminé son shopping;
  3. Une garde de sécurité (compagnie privée) dans la 40aine qui m’a fait un « oui » très léger de la tête avant de répondre à sa radio… c’était probablement juste machinal, un automatisme mais bon, une réponse quand même;
  4. Une vendeuse chez Fortin (les chaussures) qui a aperçu mon sourire alors que je marchais devant sa boutique et qui m’a répondu avec un authentique sourire, très invitant et agréable mais c’était peut-être pour que j’entre voir ses rabais (jusqu’à 70%, si je me fie aux annonces dans les fenêtres); et
  5. Un homme assis dans l’aire de repos devant le Starbucks. Il n’avait pas de café mais lisait un journal et quand il l’a baissé, il en a profité pour répondre à mon sourire avec courtoisie. Un gentleman, clairement.

C’est donc comme ça que j’ai passé une vingtaine de minutes à me promener dans le « coin affluent » de Place Ste-Foy et j’ai trouvé ça fascinant.

Sans dire que je souhaiterais que tout le monde réponde aux sourires qui leur sont offerts, j’aimerais bien qu’on soit un peu plus allumé sur le contact que nous offrent ceux qui croisent notre chemin. Même si ça n’arrive pas souvent parce que tout le monde est un peu dans sa bulle.

Il faut dire que les gens sont tout le temps sollicités. C’est normal d’ériger une sorte de mur entre nous et les autres et pour les riches, ce mur doit nécessairement devenir encore plus opaque parce qu’ils sont probablement plus sollicités que les autres. Ceci expliquant (peut-être) cela!

Ce qui est vraiment drôle, c’est que lorsque je rencontre d’autres Québécois ailleurs dans le monde, c’est pas juste une réponse à mon sourire que j’obtiens mais généralement une invitation pour une soirée à jaser pour mieux se connaître, tout en riant. Des sourires à profusion! C’est fou comme on s’ignore ici mais on s’apprécie ailleurs!

Alors Place Ste-Foy, c’est clairement le centre d’achat des riches, à Québec. Ça se voyait. C’était évident.

Faites le test vous aussi et faites l’inventaire des réponses que vous recevez à votre sourire. Soyez brefs mais clairs, dans votre contact avec les autres. Vous verrez si vos résultats diffèrent des miens.

Plus que tout, soyez à l’affût des sourires des autres et si vous êtes riches, sachez que de beaux contacts pleins de belle énergie vous attendent à tout moment, sans prévenir.

Ça peut être agréable de baisser un peu son mur, de temps en temps! Sans laisser les autres entrer dans sa bulle, juste avoir davantage conscience qu’on baigne dans un environnement où d’autres humains existent et évoluent.

On s’entend qu’à l’heure où l’égocentrisme, le carriérisme et l’hédonisme ont la cote, demander de répondre aux sourires des autres tient de l’exploit mais si on en parle jamais, rien ne changera. C’est rendu un peu suspect de sourire, dans une foule où tout le monde met son visage au neutre, le temps de se rendre à la boutique pour ensuite retourner à l’auto et ignorer, autant que possible, ce qui a cours autour de nous pendant ce moment de potentiels contacts interpersonnels qu’il vaut mieux éviter, question de respecter les directives de l’égo qui ne voient de d’utilité qu’à la satisfaction de ses propres besoins individuels. Satisfaire l’autre en répondant à son sourire, dans un tel contexte de « chacun pour soi » se trouve tout au bas du « totem personnel des priorités »!

Mais on s’entend, chacun se fait sa propre idée, sur ça…

Si vous voulez vous faire une meilleure idée de la propension des gens à répondre aux sourires, faites votre test avec des gens de toutes les appellations sociales. Pas juste des riches. Vous pourrez alors mieux vous faire une tête par rapport à la réponse qu’ils retournent lorsqu’on leur sourit, selon que vous les évaluez riches, ou non. C’est gratuit, ça ne fait mal à personne et ça permet de mieux comprendre l’humain, lorsqu’il se trouve dans différents environnements.

Bien que certaines personnes se servent des sourires pour décevoir et faire du mal, la majorité des gens sont sincères lorsqu’ils sourient alors continuez à élever votre conscience en connectant avec toutes les bonnes personnes qui vous apprécient spontanément en vous envoyant un beau sourire auquel vous êtes bienvenu de répondre… par un sourire!

Shares