Il y a des gestes qui nous touchent droit au cœur et la plus récente annonce de Michel Dallaire, le magnat de l’immobilier, à la tête de l’empire Cominar, fait partie de ceux-ci.

En effet, c’est début du mois d’octobre 2015 qu’il a annoncé qu’il offrait sa maison de Charlesbourg —la maison que son père, Jules Dallaire, a bâti— pour un usage bien particulier, celui des enfants lourdement handicapés ou en fin de vie. Incroyablement, il n’existe encore aucune maison du genre, dans l’Est du Québec.

maison-de-michel-dallaire

Pour les adultes, il y a la Maison Michel Sarrasin à Sillery mais c’est vrai qu’à bien y penser, il n’y avait rien pour les enfants. Or, dès l’an prochain, sa maison de Charlesbourg deviendra une maison de répit… dédiée exclusivement aux enfants.

La Ville de Québec a déjà accepté de modifier le zonage du 733-735, rue du Rhône, à Charlesbourg, pour permettre l’installation de cette maison qui n’est pas visible, depuis la rue et se prête vraiment bien à cet usage, pour ce futur organisme de santé.

735-rue-du-rhone-a-charlesbourg-michel-dallaire

maison-de-michel-dallaire-a-charlesbourg

Évaluée à 2,2M$, cette grandiose maison aura 13 chambres pour les enfants et leurs parents, une fois la transformation terminée. Ce nouvel usage ne dérangera pas le voisinage, selon M. Dallaire.

Le projet a toutes les chances de se réaliser pour l’an prochain (en 2016) mais il reste encore des permis à obtenir du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de Québec.

Il faut également mentionner que Michel Dallaire et sa famille (via la Fondation Jules-Dallaire) ont décidé de s’allier à l’organisme Laura Lémerveil et à sa fondatrice, Sandra Lambert, en vue de créer ce lieu pouvant temporairement accueillir les enfants lourdement handicapés, notamment pour offrir un répit à leurs parents. Une alliance toute naturelle qui allait de soi. Aussi, le rêve des pédiatres Hélène Roy et Julie Laflamme, du CHUL, ont contribué à la réflexion d’ouvrir une maison en soins palliatifs, pour les enfants.

laura-lemerveil-pour-les-enfants

Lorsque les enfants souffrent ou se voient confrontés à une fin de vie bien trop hâtive, c’est une bonne chose d’avoir une alternative au seul milieu hospitalier qui, parfois, ne se prête pas bien à l’apaisement de ceux qui affrontent une évènement de vie aussi dramatique.

Espérons que l’ancienne maison de Michel Dallaire offrira cet espace  de répit qui manque à ces enfants qui en ont besoin ainsi qu’à leurs parents.

Shares