À partir du 1er septembre 2015, l’actuel stationnement Dalhousie, en face du Musée de la civilisation, le long du boulevard Champlain, dans le Vieux-Québec, sera fermé pour n’ouvrir qu’en mai 2017.

Ce stationnement de 540 cases sera transformé en stationnement étagé qui perdra une centaines de cases, au passage. La fin des travaux, au printemps de 2017, coïncidera avec les célébrations du 150e du Canada et des Grands Voiliers 2017. Juste à temps pour l’immense influx de visiteurs dans le Vieux-Québec.

Mauvaise nouvelle pour ceux qui doivent stationner dans le secteur. Même une fois terminé, le nouveau stationnement ne fournira probablement pas à la demande puisqu’avec 540 cases, l’actuelle version du stationnement est souvent rempli, à pleine capacité. Difficile d’imaginer que l’accès au secteur sera amélioré en faisant disparaître une centaine de cases de stationnement.

Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif de la ville de Québec a déclaré: « On se débarrasse d’une verrue, dans le secteur, qui dure depuis trop longtemps. On embellit la ville, on la rend plus accueillante et on se branche sur le fleuve ». Tout le monde trouvera ce secteur plus « accueillant » pour les piétons et les croisiéristes mais pour les automobilistes, ça ne se présente pas très bien.

En fait, on doit se demander comment le site devient plus « accueillant » alors que le nombre de cases de stationnement diminue de près de 20%. Il y a quelque chose de contradictoire dans le message de Julie Lemieux.

Pour vous donner une idée, voici de quoi le secteur a l’air, en ce moment…

Et voici de quoi il aura l’air, en vidéo…

Et en images, gracieuseté de Graph Synergie

Qui plus est, sans en avoir parlé officiellement, la ville va probablement percevoir des frais plus élevés pour accéder à ce nouveau stationnement étagé car les frais d’opération pourraient y être bien plus élevés. Est-ce que les automobilistes sont disposés à payer davantage pour se stationner dans ce secteur? On peut croire que oui, chez les automobilistes plus en moyens mais les autres feront probablement le choix de circuler sans jamais arrêter, faute d’argent discrétionnaire pour alimenter l’appétit insatiable de l’opérateur du stationnement qui restera sûrement le même, soit Société Parc-Auto du Québec (SPAQ).

Le calcul qui a dû être fait prend sûrement en compte qu’il y aura une centaine de cases de stationnement en moins mais avec des tarifs révisés à la hausse, les revenus seront fort probablement encore plus élevés qu’aujourd’hui. Génial pour l’opérateur (et la ville de Québec) mais pas pour les automobilistes, généralement tannés de se faire siphonner abusivement pour stationner leur véhicule, à Québec.

Pour rester dans le thème des bateaux, le stationnement Dalhousie a récemment été renommé Place des Canotiers. Je n’ai jamais vu de canotier à cet endroit mais il y en a probablement eu, jadis.

Durant ces importants travaux, des mesures d’atténuation seront mises-en-place, incluant des stationnement avec horodateurs le long de certaines rues comme sur le boulevard Champlain, sur le site du quai Riviera, en bordure de la rue Dalhousie et en bordure du marché du Vieux-Port. Aussi, des directives de déplacement des stationnements vers des cases disponibles seront émises pour les résidents du secteur, notamment vers le stationnement de l’hôtel de ville.

Pas certain que ça va plaire aux commerçants du Vieux-Port de constater que leurs clients ont encore plus de difficulté qu’à l’habitude pour se stationner.

En plus d’un stationnement étagé, le réaménagement du lieu comprend une grande place publique avec de larges trottoirs, des bassins d’eau, des aires gazonnées, des structures en forme de pyramide et des arbres.

On remarque aussi, sur les photos fournies par la ville de Québec, un monument dédié à la francophonie. Pas exactement certain ce que ça vient faire là mais bon, ça a dû être réfléchi par quelqu’un, quelque part.

Ces pelletées de terre ne seront pas gratuites, loin de là. Puisque vous êtes riches, les gouvernements viendront chercher 39M$ dans vos poches, à raison de 31M$ par le gouvernement du Québec et la balance, 8M$ par la ville de Québec. Les croisiéristes vont trouver ça plus agréable à regarder et à parcourir mais pour l’essentiel, ça ressemble à une gigantesque subvention déguisée au bénéfice d’un opérateur de stationnement. Ce n’est peut-être qu’une impression, bien entendu!

Bien qu’on se réjouisse de voir notre ville sous son meilleur jour, on peut se demander comment les citoyens les plus pauvres vont pouvoir accéder à cette zone se voulant « populaire ». Ça coûte déjà cher de se stationner dans le secteur, c’est difficile de croire que ça va s’améliorer avec ces importants travaux.

Comme le site est magnifique, il y aura toujours plein de gens prêts à payer n’importe quel prix pour aller s’y promener mais en même temps, on dresse une barrière tarifaire contre ceux qui n’ont plus les moyens de se faire taxer à chaque fois qu’il veulent stationner leur véhicule, dans le Vieux-Port… et à Québec, en général.

Encore une fois, la ville se transforme mais pour plusieurs, il y a un important prix à payer au chapitre de l’accessibilité.

Shares