Le jour où vous voudrez faire votre propre production vidéo destinée au public, vous allez avoir le réflexe de vous tourner vers Téléfilm Canada pour voir s’ils ont quelque chose à offrir, pour vous aider, financièrement.

Il se pourrait que les règles changent, au cours des prochaines années mais depuis des décennies, la réalité de Téléfilm Canada se passe presqu’exclusivement dans l’aquarium de la production télé.

Et oui, pour Téléfilm, YouTube, Vimeo et Dailymotion, ça n’existe pas!

Pour le géant du film à Ottawa, il n’y a de salut pour un producteur vidéo que via le canal de distribution de la télévision (ou du cinéma mais dans une bien moindre mesure). Autrement dit, Téléfilm, c’est un gros cochon rose qui existe d’abord et avant tout pour engraisser sans fin les télédiffuseurs.

page-d-accueil-de-telefilm-canada

Parce qu’ils exercent un lobbying efficace auprès des financiers de Téléfilm Canada, les grands télédiffuseurs canadiens ramassent des centaines de millions de dollars, à chaque année, pour vous offrir des téléséries, des documentaires et autres productions visuelles destinées à être diffusées, sur leurs ondes.

Connaissez-vous beaucoup d’industries qui collectent 100% de leurs revenus publicitaires —et— qui se font subventionner leur création de contenu?

Ok, on pourrait parler des odieuses subventions salariales dans l’industrie du jeu vidéo, au Québec ou encore, des milliards de fonds publics qui aboutissent dans les poches des milliardaires de la famille Beaudoin, propriétaire de Bombardier mais bon, une folie n’excuse pas l’autre.

En tant que contribuables, ce n’est pas surprenant qu’on ressente que la réalité télévisuelle stagne, au Canada.

Ce sont toujours les mêmes membres de la même clique de privilégiés qui se partagent des centaines de millions de dollars de fonds publics pour produire des contenus vidéo qui peineraient à se tailler une place contre la concurrence mais qui, grâce à leur financement abondant et récurrent, sont assurés de faire leurs frais… aux frais des contribuables.

Trouvez vous ça normal que Téléfilm Canada se démène pour créer des « fonds » dont l’accès est si complexe (pour ne pas dire byzantin) que les seuls qui finissent par se rendre à destination, pour obtenir leur approbation, avec une pleine conformité aux « conditions d’admissibilité », ce soient de riches producteurs (travaillant de pair avec des télédiffuseurs) ou des télédiffuseurs qui exigent que le risque soit pris par les contribuables même s’ils se réservent le droit d’empocher la totalité des profits?

Ça créé un situation toxique pour le film, au Canada et Téléfilm ne fait rien pour changer les choses, trop confortable dans sa position de monopole d’accès aux fonds publics, pour la production vidéo.

C’est toxique pour les contribuables qui se font détrousser des centaines de millions de dollars par année pour financer une industrie de la production vidéo qui ne produit principalement que pour le marché domestique au lieu de se servir de ce formidable tremplin financier pour exporter et rapporter de la richesse au pays.

Mais ce n’est pas tout, Téléfilm a beau s’à-plat-ventrir devant les riches producteurs et télédiffuseurs, il joue la carte de l’arrogance contre les pauvres petites producteurs qui ne veulent pas des millions mais juste une aide pour se lancer dans la production vidéo et pour eux, il n’y a presque rien et le peu qu’il y a est caché derrière des montagnes de conditions plus improbables les unes que les autres, pour de toutes petites productions.

Ce serait idéal d’avoir le budget de Disney pour produire et ainsi avoir tous les comptables, fiscalistes et avocats nécessaires pour sauter dans tous les cerceaux de Téléfilm mais la réalité, ce n’est pas ça.

Téléfilm donne l’impression d’être une grosse retraite-vacance pour des fonctionnaires arrogants, suffisants et spectaculairement rompus au service des riches et des puissants. Sans les nommer, certains fonctionnaires de Téléfilm donnent la nette impression de tout complexifier, inutilement, pour conserver leur emploi de « validation des projets, pour qu’ils correspondent aux conditions d’admissibilité » — une grosse machine à multiplier la bureaucratie pour toujours favoriser les mêmes riches tout en piétinant la relève qui, nécessairement, n’a pas (encore) les moyens de ses ambitions.

Alors oui, Téléfilm est tellement toxique qu’il faudrait l’abolir, complètement.

Cette structure bénéficie aux riches mais prends aux pauvres pour continuer à enrichir les riches, sans fin. Année après année, Téléfilm consacre l’essentiel de ses centaines de millions de dollars aux mêmes privilégiés.

Les Canadiens ont raison d’être en colère contre Téléfilm, ses « fonds » pipés pour n’être accessibles quand producteurs et télédiffuseurs déjà très riches.

La relève? Qu’elle crève!

Téléfilm se fout éperdument des petits producteurs de vidéo et ses programmes ont été conçus spécifiquement et stratégiquement pour les éliminer.

Encore une « bébelle fédérale » qui nous coûte une fortune et qui ne fait que favoriser les riches en prenant, sans aucune gêne, l’argent des contribuables, pour y parvenir.

Un bar ouvert de cash quasi-illimité pour les riches télédiffuseurs canadiens? Aux frais des contribuables? Euh, non. De grâce, non!

Éliminer Téléfilm Canada? Certainement et le plus tôt possible.

Shares