Vous aimez ça être surveillés contre votre gré, dès que vous empruntez un axe routier où se trouve un radar photo?

Et bien, vous allez être heureux d’apprendre que Québec va saigner à blanc ses automobilistes qui ont le malheur de dépasser les limites (souvent bien trop basses) de vitesse, dans des endroits aussi variés que de grandes artères ou de petites rues de quartier.

Le ministère des transports du Québec (MTQ) vient de dévoiler l’étendue de la surveillance qu’il opèrera sur Québec et clairement, l’objectif est de prendre les automobilistes en défaut pour les mettre à l’amende. Ca$hing! La passe d’argent va être spectaculaire, pour le gouvernement.

Et c’est vous qui allez payer!

Alors préparez-vous car parmi les 129 emplacements dévoilés par le MTQ où seront installés 36 nouveaux radars photo en province (d’ici le 19 octobre), pas moins de 35 ont été identifiés dans la Capitale-Nationale.

plus-de-radars-photo

Où seront ces radars photo?

Tout d’abord, à Québec, un radar fixe et un appareil de surveillance aux feux rouges seront installés sur le boulevard Charest Est, à l’intersection de la rue Dorchester, en direction est, à partir de la mi-novembre 2015. Ça vient vite!

Aussi, des radars photo mobiles seront installés en alternance, dès le 19 octobre 2015, à 34 emplacements de la capitale, soit…

  1. 1re Avenue, entre la 45e Rue Est et la 59e Rue Est
  2. 22e Rue; 18e Rue; boulevard Henri-Bourassa, entre la 22e Rue et la bretelle d’accès à l’autoroute 440
  3. Avenue Marguerite-Bourgeoys, entre le chemin Sainte-Foy et le boulevard René-Lévesque Ouest
  4. Boulevard Champlain, entre la rue de la Nouvelle-France et la partie de la rue Champlain la plus à l’est
  5. Grande Allée Ouest, entre les avenues De Salaberry et De Laune; rue Brown, entre le boulevard René-Lévesque Ouest et la Grande Allée Ouest
  6. Boulevard Henri-Bourassa, entre le boulevard Louis-XIV et la rue de Nemours
  7. Avenue du Patrimoine-Mondial, entre le boulevard Johnny-Parent et l’avenue Chauveau
  8. Boulevard Saint-Jacques, entre le boulevard Johnny-Parent et l’avenue Chauveau
  9. Rue Bouvier, entre les boulevards Lebourgneuf et des Gradins
  10. Boulevard Louis-XIV, entre le boulevard Pierre-Bertrand et la rue des Métis
  11. Boulevard Chauveau Ouest, entre la route de l’Aéroport et la bretelle d’accès à l’autoroute Henri-IV, en direction sud
  12. Rue de la Promenade-des-Sœurs; boulevard de la Chaudière, entre la rue Saint-Félix et l’avenue Legendre
  13. Chemin des Quatre-Bourgeois, entre les avenues de Bourgogne et Roland-Beaudin
  14. Avenue des Platanes, entre les rues des Loutres et des Cyprès
  15. Rue du Daim, entre la rue de l’Orignal et le boulevard Henri-Bourassa
  16. Boulevard Louis-XIV, entre le boulevard Mathieu et l’avenue Bourg-Royal; 10e Avenue Est; 60e Rue Est, entre la 10e Avenue Est et l’avenue De Gaulle; avenue De Gaulle, entre la 60e Rue Est et la rue de Nemours
  17. Rue Francheville, entre la rue Sauriol et le boulevard des Chutes
  18. Boulevard Raymond, entre la rue des Perce-Neige et la place Bellavance
  19. Rue Jean-XXIII
  20. Rue Clémenceau, entre l’avenue du Bourg-Royal et la rue Seigneuriale
  21. Boulevard Louis-XIV, entre le boulevard Raymond et la rue Seigneuriale
  22. Rue de l’Etna
  23. Chemin de Bélair, entre le chemin du Lac-Bonhomme et la route de l’Aéroport
  24. Rue Jacques-Bédard, entre l’avenue du Lac-Saint-Charles et la rue Beaulac
  25. Chemins publics composant le secteur Mousseigne
  26. Chemins publics composant le secteur Sainte-Thérèse, délimité par les boulevards Louis-XIV et Raymond, l’avenue Sainte-Thérèse et la rue Lauréat-Bélanger
  27. Chemins publics composant le secteur Vénus, délimité par l’avenue Lapierre et les rues Vézina, Cassiopée, de Triton, Vénus et de la Faune
  28. Chemins publics composant le secteur Val-Bélair
  29. Chemins publics composant le secteur Bourdages: boulevard Wilfrid-Hamel, rues Bourdages, Irma-LeVasseur, Monseigneur-Plessis, Isabelle-Aubert, Jeanne-Burel et Marie-Brière
  30. Chemins publics composant le secteur Careau, délimité par les boulevards Père-Lelièvre, Central et Neuviale, ainsi que la rue Létourneau, mais ne comprenant pas les rues Powell et Maurice
  31. Chemins publics composant le secteur Triquet délimité par le boulevard Laurier, les avenues Charles-Huot et Jean-De Quen, le chemin Saint-Louis et la rue Lapointe, allant de Jean-De Quen au boul. Laurier
  32. Chemins publics composant le secteur Moreau, délimité par l’autoroute 740, le chemin Sainte-Foy, l’avenue du Chanoine-Scott et le boulevard du Versant-Nord
  33. Chemins publics composant le secteur Montagne-des-Roches: boulevard Louis-XIV et du Loiret, avenue Bourg-Royal, rues Rubis, Lazurites, Corindon, Cornalines, Émeraudes et Sardoine
  34. Boulevard Champlain, entre l’impasse des Cageux et la côte Gilmour

Disons que ça ne laisse plus grand place à circuler pour les automobilistes qui veulent avoir un moment tranquille, loin de ces radars photo.

Un “projet pilote”, vraiment?

Rappelons que cette vague de déploiement de nouveaux radars photo dans de nombreuses municipalités québécoises s’inscrit dans le cadre d’un projet pilote de coopération municipale d’une durée d’au moins 18 mois.

Mais on comprend déjà que le programme est là pour rester et qu’en définitive, les automobilistes québécois sont désormais “sous surveillance” constante.

Bien que le MTQ compte annoncer la présence de ces radars photo, comme ceux présentement en place, on comprend qu’un nombre important d’automobilistes se feront mettre à l’amende parce qu’ils ne savaient pas qu’un tel dispositif était installé à l’endroit où ils circulaient.

C’est la nouvelle “trappe à cash” du gouvernement et de sa police, grassement entretenue avec une rivière de “tickets” qui saigne la population qui, au final, n’est pas vraiment plus en sécurité qu’avant l’installation de ces machines.

Les automobilistes québécois ne se plaignent pas de ces radars photo alors évidemment, le gouvernement en profite pour en mettre à peu près partout où il y a de la circulation. Ce serait important que les automobilistes qui sont tannés de se faire surveiller abusivement se lèvent… et disent leur mécontentement.

Soyez assurés qu’avec autant de radars photo, vos chances de vous faire pincer viennent de monter, en flèche.

Ce que le MTQ et les politiciens voient comme une mesure de sécurité pour contrer la vitesse (qui dépasse la “limite”) est en fait une taxe déguisée. Personne n’est dupe mais le gouvernement s’en tire en faisant croire que ça s’inscrit dans le cadre d’un “projet pilote”. Encore des jeux de mots!

À quand le moment où les automobilistes en auront assez?

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire