À la frontière américaine

Si vous comptez vous rendre aux États-Unis avec votre véhicule, vous devez savoir que grâce à la paranoïa de “sécurité nationale” instituée par George W. Bush et ses amis peu fréquentables, les frontières sont devenues de véritables pièges à citoyens honnêtes où tout peut arriver.

Alors que vos valises contiennent vos bermudas et votre crème solaire, question d’être dans le vent rendu à Old Orchard, vous devrez quand même côtoyer les sympathiques Marines américains qui croient tellement que vous êtes un terroriste qu’ils ont pris la peine de sortir leur M-16 et de se peinturer la face toute verte, rien que pour vous. Tout un privilège, non? Et ne leur adressez jamais la parole parce qu’ils semblent incapables de parler, c’est plutôt un espèce de jappement militaire.

Mais bon, il fouilleront votre belle valise, accompagnés des agents des services frontaliers américains qui, après 20 ans de service à voir passer 10,000 voitures remplies de Québécois à tous les jours ne savent pas vraiment ce que veut dire “Bonjour!”, sérieusement, c’est profondément pathétique. Ainsi, les Marines américains sauront de quelle couleur sont vos bobettes et quelle longueur a votre bermuda. Les États-Unis seront vraiment en sécurité grâce à ces renseignements hautement stratégiques!

La paranoïa à la frontière est palpable. Il y a des règles, comme dans l’armée et le gros bon sens n’a pas sa place. Il n’est plus question d’accueillir les Québécois qui vont dépenser leur argent sur la Côte-Est américaine, c’est plutôt l’interrogatoire en règle, les regards lourds, les ordres devant être exécutés sur le champ et la condescendance la plus totale.

Bref, si vous voulez savoir ce que ressent un prisonnier lorsqu’il entre dans une prison américaine, une simple visite au poste-frontière fera l’affaire. Et même si vous des petits enfants, vous serez quand même traités comme des bêtes de somme.

Les grands discours américains sur les dangers liés au terrorisme semblent particulièrement ironiques quand on se sent terrorisé à la simple idée d’entrer dans leur pays. Et ne vous avisez pas de marcher de travers au pays de l’Oncle Sam parce que vous pourriez ne jamais revenir au Canada. Les sentences de prison à vie sont courantes aux États-Unis et les juges sont trop souvent de mèche avec les services de police corrompus, comme à la Nouvelle-Orléans, qui ne s’en cache même plus!

Autrement dit, si vous voulez aller vous amuser sur une belle plage, restez au Canada. Allez en Gaspésie, à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse ou mieux, au Nouveau-Brunswick. Vous éviterez le cirque du passage à la frontière et vous serez certain de pouvoir revenir chez vous, une fois vos vacances terminées.

Les Canadiens aiment beaucoup leurs homologue Américains mais il semble que la Maison Blanche soit dirigée par un groupuscule aux intentions particulièrement louches et ça transforme leur beau pays en une grosse prison. C’est vraiment dommage de voir un si beau pays sombrer dans une paranoïa guerrière si incensée.

Enfin bref, armez-vous de patience si vous comptez traverser aux États-Unis. Et lorsqu’on vous demandera où vous allez, ne répondez pas simplement “aux États-Unis, voyons” parce qu’ils l’ont déjà entendu, cette farce-là!

Tags: frontières, postes-frontières, canada, états-unis, québec, québécois, américains, canadiens, passage, temps d’attente, questions, interrogatoires, marines, militaires, terrorisme, terroristes, police, agents

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus récents billets

Nombre record de jets au FEM de Davos, en 2020

À voir le nombre effarant de jets ultra-polluants qui se disputent les pistes d'atterrissage autour de Davos,...

RDL: Andrée Laforest ne veut pas être dérangée

Pour ceux qui ne connaissent pas Andrée Laforest, c'est la députée caquiste pour Chicoutimi qui officine en tant que:

La Régie du logement sert mal les locataires

Au Québec, les locataires qui habitent des appartements peuvent faire appel à la Régie du logement (RDL). À titre...

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à l'usage, il appert que le...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

D'autres billets à découvrir