Situé au cœur de Ste-Foy, l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, mieux connu sous le nom d’hôpital Laval, offre de nombreux services de santé, incluant une urgence.

Mais pour pouvoir accéder à ces services, aussi gratuits soient-ils, il vous faudra trouver un stationnement pour votre véhicule.

Quelques visiteurs arrivent via les transports en commun ou une ambulance mais pour la majorité des visiteurs, une visite à l’hôpital a lieu via un véhicule.

Le hic? C’est le prix indécent du stationnement.

Le prix du stationnement est malicieusement établi CONTRE le meilleur intérêt du visiteur car dès le début de la troisième heure de stationnement, le tarif passe immédiatement à 11$, soit le maximum pour la journée qui, incidemment, se termine à minuit alors un visiteur qui doit rester à l’urgence, par exemple, de 21h à 3h du matin paiera deux fois le tarif de 11$ pour être resté 3h durant, deux jours consécutifs.

tarifs-des-stationnements-des-visiteurs-a-l-hopital-laval

photo-aerienne-de-l-hopital-laval

auto-entrant-dans-le-stationnement-sous-terrain-de-l-hopital-laval

disposition-des-stationnements-a-l-hopital-laval

On comprends vite que la “logique de prix” du stationnement a tout à voir avec l’avarice et non le service aux visiteurs. Visiteurs qui, par ailleurs, paient déjà une somme astronomique en taxes, en tarifs et en impôts pour faire “vivre”, l’hôpital.

Certains visiteurs à l’hôpital Laval seraient assurément choqués d’apprendre que pendant qu’ils paient le GROS PRIX pour chacune de leur visite où ils doivent garer leur véhicule à vil prix, les employés, eux, bénéficient d’un tarif ridiculement bas de 12$, par semaine!

stationnement-des-employes-a-l-hopital-laval

En fait, c’est 12$ par semaine ou 0,34$ de l’heure rémunérée. Ainsi, un employé qui travaille 25 heures par semaine paiera 8,50$ par semaine… une proverbiale chanson comparé aux 77$ que devrait dépenser un visiteur qui serait obligé d’aller à l’hôpital chaque jour, comme lorsqu’un proche est tombé malade et qu’il a besoin d’aide pour traverser cette épreuve.

Ainsi, les employés se paient des stationnements au plus bas prix pendant que les visiteurs —véritables usagers de l’hôpital, généralement en situation de détresse physique, psychologique (ou les deux)— doivent composer avec des tarifs hautement déraisonnables.

En ajoutant un stress financier aux autres stress avec lesquels doit composer un visiteur, l’hôpital prouve sa mauvaise foi dans l’opération du stationnement.

En clair, le stationnement à l’hôpital Laval n’est pas un service offert au meilleur prix pour tous mais plutôt un poste de profit que l’administration de l’hôpital tente de “maximiser”, pour obtenir tout le rendement possible.

L’approche de l’hôpital n’a aucun sens puisque le maigre pourcentage du revenu provenant du stationnement pourrait être compensé par une diminution de quelques pourcents des dépenses ailleurs. Évidemment, on ne verra jamais un seul médecin accepter de gagner 280,000$ au lieu de 300,000$ par année — ce serait considéré comme un “abus” contre les pauvres médecins!

Mais TAXER éhontément des patients et ceux qui les aident en leur soutirant 11$ par jour, ça, selon les mêmes médecins ASTRONOMIQUEMENT RICHES, c’est tout-à-fait acceptable.

medcins-autour-d-un-patient-a-l-hopital-laval

Les riches administrateurs ne voient aucun problème à s’allouer des stationnements à très bas prix pendant que les visiteurs, eux, peinent à payer leurs coûteuses cases de stationnement.

Dans quel monde barbare vivons-nous lorsque ce sont les pauvres, les malades et ceux qui les aident qui paient la part du lion des frais de stationnement pendant que les RICHES médecins et administrateurs paient un montant ridiculement bas? Je vous pose la question.

Certaines personnes se battent, dans les coulisses du pouvoir, pour faire adopter un frais pour chaque visite à l’hôpital prenant la forme d’un ticket modérateur. C’est un débat qui tient du délire pour le citoyen qui, de toutes façons, doit payer 11$ par jour pour stationner son véhicule, à l’hôpital… pour ces automobilistes, le ticket modérateur est déjà une réalité.

En tant que société, notre tolérance devant de tels abus doit cesser.

Le stationnement doit faire partie intégrante de l’offre de service d’un hôpital. L’accessibilité étant ultimement aussi essentielle que le soin. Combien de conditions de santé “gérables” ne reçoivent aucun diagnostique parce que le stationnement est tout simplement hors-de-prix, pour un pourcentage des contribuables? Et après, lorsque la santé de ces gens se dégrade, ils entrent à l’hôpital en ambulance et nous coûtent des fortunes à soigner, alors qu’on aurait souvent pu PRÉVENIR, à bien plus faible coût.

Et ce manège se répète chaque jour, sans arrêt… et ça nous appauvrit individuellement et collectivement.

Dire NON aux tarifs abusifs pour les stationnements des hôpitaux est essentiel parce que tant que les contribuables diront oui, les administrateurs des hôpitaux continueront à augmenter les tarifs.

Shares