Après le congédiement de Jeff Filion à Énergie, il y a deux semaines, voilà que c’est au tour d’André Arthur d’être congédié, selon ses propos, par la station de radio CHOI Radio X, de Québec.

Clairement, le style incisif d’André Arthur ne convenait plus à ses employeurs et c’est apparemment après une franche discussion que l’animateur et son employeur en sont venus à un commun accord que la station n’avait plus besoin de lui.

Selon Arthur, c’est leur privilège.

Et ils l’ont exercé.

La raison

Apparemment, ce seraient ses commentaires liés à l’écrasement d’avion de Jean Lapierre qui aurait indisposé les employeurs d’André Arthur. Il n’y a rien d’officiel ou de confirmé à ce chapitre mais c’est apparemment ce qui suit qui aurait précipité les choses, pour le congédiement d’Arthur.

Le lendemain de l’écrasement d’avion aux Îles-de-la-Madeleine, Arthur avait posé des questions en ondes pour tenter de comprendre pourquoi le pilote avait décidé de voler avec un avion “dangereux quand il fait beau” dans des conditions météorologiques difficiles.

Plus spécifiquement, Arthur a demandé “Qu’est-ce que Jean Lapierre apporte à un technicien en aéronautique qui est en train de s’implanter à l’aéroport de Saint-Hubert? Est-ce que c’est ses contacts à Transports Canada? Jean Lapierre a des contacts partout, pis il a été ministre des Transports” alors on reconnait le style de l’annonceur mais au fond, est-ce que c’est vraiment si grave de se questionner à ce sujet, surtout qu’il s’agissait d’une personnalité politique, publique?

Puis, le même jour, l’annonceur maintenant congédié avait ajouté “Pourquoi il peut rien refuser à Jean Lapierre, lui? Qu’est-ce que Jean Lapierre lui apporte?” et c’est peut-être cette insistance qui a agacé ses employeurs.

André Arthur avait aussi lancé des flèches envers les employés de TVA qui ont couvert la tragédie, en soutenant qu’ils avaient “prostitué leur profession“, en plus de les taxer de “nounounes qui font des entrevues” et en ajoutant que Denis Lévesque était un “innocent“. Ça donnait un bon show de radio mais apparemment, les patrons avaient l’épiderme trop sensible.

CHOI, pas si “tough” que ça

Quand même surprenant, venant de CHOI Radio X qui aime se positionner comme une radio d’opinion qui s’assume.

On le voit, la station ne s’assume pas vraiment et joue la carte de la frilosité, probablement pour ne pas perdre de lucratifs annonceurs mais ça, c’est de la pure spéculation. Il vous appartient de vous faire votre propre opinion sur ce qui motive vraiment CHOI Radio X à se départir de son animateur-vedette de 72 ans qui a encore toute sa tête et la capacité à livrer ses opinions, clairement et sans détour.

andre-arthur-a-choi-fm-avril-2016

Alors pour l’image de CHOI qui tente de se faire passer pour plus incisive que les radios concurrentes, on repassera.

Quand des opinions toutes relatives mènent à un congédiement (en assumant que ce soit ça), c’est clair que quelque chose ne fonctionne plus, avec la liberté d’expression.

Martineau

Le Journal de Québec rapporte que Richard Martineau aurait fait savoir qu’il n’étais pas à l’aise avec les propos d’André Arthur, à propos des employés de TVA, après le décès de Jean Lapierre.

“Je n’ai fait aucune pression, c’est la prérogative de la station de mettre en ondes qui ils veulent. Mais je leur ai seulement dit que dans mon esprit, ce mariage-là avec Arthur ne durerait pas, parce que la radio de Québec ne souhaite plus aller dans cette direction avec de tels propos.”

Nul ne sait si les inconforts de Richard Martineau auraient pu influencer la station sur sa décision de mettre fin à son contrat avec André Arthur mais ça n’a surement pas aidé.

Suite

Personne ne sait ce que fera André Arthur maintenant qu’il a perdu son micro.

Ça s’est fait assez vite alors il est possible que le principal intéressé n’y ait pas encore pensé. Il part déçu et ému de perdre son segment à la radio mais selon le directeur général de CHOI, Philippe Lefebvre, il comprend pourquoi la situation en est rendue là.

Liberté d’expression

Il y a un gros ménage qui est en train de s’opérer sur les ondes radiophoniques, à Québec.

De riches opérateurs de radio préfèrent couper-court aux opinions trop extrêmes. Il faut se demander si l’on est pas en train d’assister à une sorte de purge.

Une purge d’employés qui “osent” dire ce qu’ils pensent.

Ça lance un très mauvais message pour la liberté d’expression. Au pire, on demande au fautif de s’excuser et d’étayer ses idées autrement mais de là à congédier pour avoir livré le fond de sa pensée?

Ça fait penser à 1984, ce roman de Georges Orwell où le “new speak” ou “nouveau langage” visait à punir ceux qui utilisaient des mots logiques mais contraires à la volonté de l’élite. D’où ce “nouveau langage” où plus rien n’avait de sens alors que les abus, eux, étaient évidents. Mais sans les mots pour dénoncer ces abus, comment arriver à les dénoncer, justement?

Est-ce que c’est à ça qu’on assiste, via les congédiements successifs de Jeff Filion et d’André Arthur, à deux semaines d’intervalles?

On pourrait laisser glisser cette nouvelle sans s’en émouvoir et penser qu’André Arthur n’a fait que récolter ce qu’il a semé et que ses propos toxiques n’ont pas leur place sur les ondes.

Mais…

On est en train d’assister à un spectaculaire glissement vers la radicalisation des pénalités contre des gens qui disent ce qu’ils pensent. Même si on est en désaccord avec leurs propos, est-ce que ça mérite un congédiement?

Il faut s’interroger, en tant que société, sur le deuxième niveau de ce congédiement d’un animateur-radio, fort en gueule et aux opinions colorées. Les gens sont capables de départager les faits des opinions et des commentaires trop émotionnels. C’est une émission de radio et ça devrait permettre de dire le fond des choses, même si ça heurte les sensibilités.

Sans savoir où ces réflexions vont mener, il s’agit de décider si l’on est à l’aise avec ce qui est en train de se passer, sous nos yeux.

 

liberaux-pas-propres-andre-arthur

liberte-d-expression-noam-chomsky

se-fire-des-ennemis-martin-luther-king

eventail-de-ce-qui-est-acceptable-noam-chomsky

Shares