Tout le monde se pose des questions à propos de la grippe porcine qui, sans relâche, semble prendre de l’expansion de jour en jour.

À travers ce tsunami d’informations, il importe de faire le point et de déterminer les éléments dont nous sommes absolument certains concernant la grippe porcine véhiculant le virus mortel H1N1…

  • La grippe porcine est caractérisée par une maladie respiratoire du porc causée par le virus influenza porcin de type A (d’où le nom “A/H1N1” qu’on voit de plus en plus). Le premier cas de cette souche a été confirmé en 1930.
  • À savoir si les humains peuvent être infectés, la réponse est oui. Au cours des dernières années, notamment, des infections occasionnelles chez l’humain sont survenues, en raison du virus de la grippe porcine.
  • La transmission du A/H1N1 se fait de personne à personne, par voie respiratoire.
  • Par le passé, les autorités américaines recevaient environ un signalement par année pour la grippe porcine mais les victimes étaient en contact régulier avec les porcs. Maintenant, le virus passe d’humain en humain, d’où la pandémie.
  • Les symptômes à surveiller ressemblent à ceux de la grippe saisonnière (qui arrive d’habitude en octobre mais qui, pour le H1N1, arrivent en avril… bizarre), notamment la fièvre, la fatigue et la toux.
  • Pour ceux qui se posent encore la question, il n’est pas possible de contracter le virus de en mangeant de la viande de porc (cuite, idéalement) parce que celui-ci ne se transmet pas par la nourriture.
  • Dans le même ordre d’idées, les légumes et les fruits mexicains ne sont pas dangereux, non-plus.
  • Alors, comment se transmet le virus, direz-vous? Les experts affirment que les infections au H1N1 sont plus probables chez les personnes se trouvant à proximité des porcs infectés.
  • Si vous avez été au Mexique et que vous venez d’en revenir, il est recommandé de consulter un médecin si des symptômes d’allure grippale venaient à se manifester dans les 7 ou 10 jours suivant votre séjour dans cette région du monde (ça peut comprendre le Sud des États-Unis, aussi).

Pour l’heure, les Québécois devraient garder à l’esprit que le virus H1N1 peut couver entre 3 et 10 jours (ou plus) sans provoquer de symptômes significatifs. Et après, lorsqu’il frappe sans avertir, il peut entraîner des complications très rapidement.

Il y a également des constats encore plus inquiétants, comme ceux évoqués dans cette vidéo…

Autrement dit, avec tout ce qu’on sait du virus, il faudrait user de bien plus de prudence que la relative nonchalence véhiculée par les “grands médias” qui traitent cette nouvelle comme toutes les autres, sans trop s’en inquiéter. Mais il s’agit d’une mutation de la grippe espagnole qui a fait des dizaines de millions de morts, au début du siècle dernier (1916 à 1918) alors il ne faudra pas sous-estimer la capacité de ce virus à nous surprendre, lorsqu’on s’y attend le moins.

Si c’est possible pour vous de le faire, constituez des réserves.

Les résidents de Mexico, aujourd’hui à un doigt de la loi martiale, sont confinés à résidence (écoliers, fonctionnaires et autres) et auraient probablement bien aimé être avertis à l’avance pour, justement, se constituer des réserves avant que ne frappe cette pandémie.

mexicains_masques_arrivant_a_tokyo_via_vancouver

Ne vous faites pas prendre comme la trentaine de millions de résidents de Mexico. Si ça se dégrade ici aussi, au moins, vous serez paré pour toutes sortes d’éventualités.

Plusieurs observateurs parlent de cette dissémination du virus H1N1 comme d’une première salve contre les populations humaines. Il se pourrait que cet épisode de grippe porcine se termine sans trop de dégâts mais elle sera probablement suivi de la véritable pandémie et cette fois-là, le virus se sera pleinement adapté à sa nouvelle cible: l’humain.

les_mexicains_prennent_refuge

Rappelons que la peur fait son œuvre et les sociétés de biotechnologies cotées en bourse font des affaires d’or, en ce moment. À chaque annonce d’une situation sanitaire d’urgence, aux États-Unis ou au Mexique, les ventes explosent. Cette pluie de bonnes affaires pour les biotechs (surtout celles qui sont “connectées“, à Washington) va se poursuivre jusqu’à la psychose s’estompe. Et ça ne semble pas sur le point d’arriver.

Ainsi, ce serais naïf de baisser la garde, en ce qui a trait à ce terrible virus.

Tags: grippe porcine, h1n1, h5n1, grippe aviaire, 1/h1n1, grippe humaine, grippe saisonnière, grippe mexicaine, virus de la grippe, mutation, infection, symptômes du h1n1, porcs, oiseaux, humains, gouvernements, cdc, mexico, québec, canada

2 Commentaires

  1. le nombre de cas de grippe porcine augmente de plus en plus à l’exterieur du Mexique, et 98% des patients survivent à la maladie, ca semble être une pandémie de grippe bénigne… Il paraît que le nombre de nouveaux cas commence à se stabiliser au Mexique et que ce nouveau virus H1N1 ne possède pas les gènes mortels de la grippe espagnole…

Laisser un commentaire