Ce que le gouvernement ne dit pas à propos des radars-photo

La ministre libérale Julie Boulet n’arrête pas d’évoquer la “sécurité routière” dès qu’elle parle de l’implantation des radars-photo pour surveiller la vitesse et le respect des feux rouges mais y a-t-il également des choses qu’elle omet de mentionner?

Il semble que oui.

Plusieurs choses très importantes, en fait.

Commençons avec un gros os, celui de la vitesse sur nos autoroutes.

Depuis le début de son opération de lavage de cerveau, Julie Boulet et ses complices n’ont cessé de nous présenter l’exemple français comme un succès. Certes, des radars-photo y ont été installés mais ce qu’elle “oublie” de préciser, c’est qu’ici, la vitesse maximale est de 100 km/h alors qu’en France, sur les autoroutes, la vitesse maximale “officielle” est fixée à 130 km/h et les radars-photo ne s’activent généralement qu’à plus de 138 km/h, question d’éviter les situations ambivalentes.

Wow… c’est TRÈS différent du Québec!

Dans les publicités du ministère des Transports, on voit le slogan “moins d’excès de vitesse, c’est plus de vies sauvées” mais si l’on suit cette logique boîteuse, ça voudrait dire que les Français devraient connaître un taux de mortalité colossal avec leur vitesse tolérée à 138 km/h, sur les autoroutes. Or, il n’en est rien ou du moins, pas dans la mesure évoquée dans ces publicitées dont on peut conclure qu’elles sont carrément tendancieuses.

Ainsi, si l’on se fie aux chiffres provenant de France, où les vitesses sont très différentes de celles imposées ici, la prémisse de base pour installer les radars-photo ne tient pas… la route.

radars-photo_affiche_de_presence

Enchaînons maintenant avec le principe voulant que l’installation de radars-photo ne nous enfonce pas, de manière graduelle, dans un État policier où chaque citoyen se déplace “sous surveillance”.

D’abord, ce n’est absolument pas clair si les radars-photo vont prendre tous les véhicules en photo ou seulement ceux commettant une infraction. Au plan technique, les appareils installés ont la capacité de prendre tous les véhicules en photo. Il se trouve qu’aucune disposition de projet de loi 42 (que vous pouvez consulter, en format .pdf) ne les empêcherait de le faire!

Relisez ça lentement, les amis.

Rien n’empêche le gouvernement de prendre plein de photos de nous à chacun de nos passages.

La ministre Boulet ne le claironnera évidemment pas mais faites vos devoirs, lisez le projet de loi 42 et vous verrez, le droits des citoyens sont à peu près nuls, face aux radars-photo.

Pire, voici ce qu’on retrouve au point 44. du projet de loi 42, qui remplace l’article 332 du Code de la sécurité routière du Québec

“La vitesse d’un véhicule routier peut être mesurée par un cinémomètre photographique approuvé par le ministre des Transports et le ministre de la Sécurité publique et utilisé de la manière qu’ils déterminent.”

Vous avez vu la dernière partie? “[…] de la manière qu’ils déterminent.” — c’est une porte, grande ouverte, sur tous les “usages” que ces deux ministères pourraient “déterminer” comme étant nécessaires, à leurs yeux.

Grandiose… si les citoyens avaient encore le temps de lire, ce genre d’abus de langage juridique ne passerait JAMAIS auprès de la population mais comme les citoyens ne sont que des esclaves au service du gouvernement (alors que ça devrait être le contraire), ça passe comme dans du beurre et la ministre Boulet, du haut de son trône, continue à faire des “ta-ta” à ses sujets.

En passant, si vous allez voir à l’article 332 du Code de la sécurité routière, le libellé a déjà été changé alors c’est plus difficile de savoir ce qui était écrit là, auparavant. Qu’importe, ça demeure une opportunité inespérée, pour le gouvernement, de justifier “légalement” à peu près tous les abus qu’ils pourraient commettre, grâce aux radars-photo.

radars-photo_infraction

C’est triste de voir son gouvernement tricoter des règlements qui nous asservissent à des machines mais faites-vous à l’idée, à force de demeurer silencieux et serviles, les élus et ceux qui les servent connaissent votre point faible: d’une part, le manque de temps (ou de motivation) pour lire et de l’autre votre obéissance complaisante aux lois, qu’importe ce qu’elles signifient et sous-tendent (de mauvais, pour VOTRE liberté).

On continue…

radars-photo_cliches_du_vehicule

Il existe un mythe à l’effet qu’une seule photo de la plaque de votre véhicule soit prise, en cas d’infraction.

Alors ça, c’est définitivement un mythe parce que les bornes de radars-photo, fonctionnant toujours en paire, vont prendre, au même instant, des photos intégrales et à très haute résolution, de l’arrière —et— de l’avant de votre véhicule.

Et ça va se produire deux (2) fois, en un très court lapse de temps!

On parle, au gros minimum, de quatre (4) photos à très haute résolution de votre véhicule, incluant l’intérieur de l’habitacle où le conducteurs et les passagers se trouvent.

Comme il s’agit de deux séries de photos prises en angle et à des intervalles très rapprochés, on peut même penser qu’un logiciel pourrait reconstituer une image en 3D du véhicule et ainsi, relever des détails qui auraient pu être difficiles à voir, avec une seule photo.

Par exemple, il se pourrait que cette approche multi-photos serve à contrer les applications d’aérosols de diffusion d’images sur les plaques d’immatriculation. Mais il ne s’agit que d’une théorie parmi tant d’autres. Ceci dit, c’est le genre d’information qui se trouve, pour quiconque a le temps de chercher.

D’ailleurs, voici une représentation imagée de ce que voit un agent de la Sûreté du Québec, sur son écran, après que les radars-photo aient saisi une série d’images…

radars-photo_ecran_de_controle

On y voit clairement une série d’onglets, intitulés…

  • Photo # 1
  • Photo # 2
  • Photo # 3
  • Photo # 4
  • Photo Plaque

On est passablement loin de “LA” photo unique à laquelle certains automobilistes croient encore. Il s’agit ni plus ni moins d’une série de photos accompagnées de données sur la vitesse ainsi que le moment et le lieu de l’infraction.

C’est joyeusement précis et diversifié, comme assortiment de photos!

Mais ça ne s’arrête pas là…

À partir du 19 mai 2009, une période d’essai (terme censé appaiser les opposants) de 3 mois aura lieu où les automobilistes fautifs recevront un avis ne s’accompagnant pas d’une contravention, à proprement parler.

Alors si vous voulez faire vos tests avec ces machines (et la tolérance des policiers qui vous surveillent, de l’autre côté des caméras), vous avez intérêt à prendre note qu’après trois mois d’essai, vos “excès” pourraient vous valoir de lourdes amendes.

radars-photo_constats_qu_il_faut_payer

Pas de points de démérites (pour l’instant) mais des amendes, en argent.

C’est le terme “période d’essai” qui devrait révolter tous les citoyens québécois car il ne s’agit pas, pour le ministère des Transports, de laisser le temps aux automobilistes de s’acclimater à une nouvelle signalisation. Oh! Que non ou sinon, de manière bien secondaire! Il s’agit, dans les faits, d’ajuster aussi finement que possible ces cinémomètres photographiques afin qu’ils saisissent les infractions avec un niveau de précision maximal.

Autrement dit, c’est le chasseur qui se pratique à tirer avant de viser son gibier, pour vrai!

Et du gibier, il va y en avoir, chers “automobilistes”.

Fini le temps où un policier se trouvait près du lieu de l’incident et pouvait observer que vous aviez accéléré momentanément pour dépasser un véhicule lourd qui avait perdu, quelques centaines de mètres auparavant, des éléments (légers ou non) de sa cargaison ou encore, que vous tentiez le dépassement d’un véhicule qui ne cessait de louvoyer et mettait votre vie en danger. Désormais, nous sommes à l’ère des machines qui surveillent les humains.

Le gouvernement québécois va s’enrichir en imposant une surveillance oppressive de “sa” population.

Et comme on peut s’en douter, il y a aura des citoyens sans cervelle qui trouveront ça rassurant que “Big Brother” les surveille, où qu’ils aillent et leur expédie une lourde contravention, dès le premier manquement.

Grâce à ces radars-photo qui poussent (dans le gazon) aux abords de nos routes et de nos autoroutes, le droit à l’erreur n’existe plus. Le droit de vivre en tant qu’être humain, avec ce que ça comporte d’erreurs qui peuvent être commises, n’existe plus, non-plus.

Désormais, les Québécois vont goûter à une société surveillée par des machines à imprimer de l’argent (ou des contraventions, ça dépend de votre point de vue).

Et ça ne s’arrêtera pas là, amis québécois.

Bientôt, très bientôt, en fait, ces caméras serviront à identifier toutes sortes de choses…

  • les véhicules présentant un défaut (une lumière brulée, par exemple);
  • les occupants fautifs, dans un véhicule (ceinture de sécurité mal fixée, entre autre chose);
  • les véhicules en surchage (trop de sacs de terre, dans le coffre et autres situations ponctuelles du genre);
  • les comportements routiers à risque (autres que la vitesse ou le respect des feux rouges; la distance de freinage, par exemple).

…et une myriade d’autres “infractions” qui seront documentées, analysées et serties d’une lourde amende et ce, en quelques secondes (ou minutes), 24 heures par jour, à l’année. Même les jours fériés.

Mais, il y aura encore des 2 watts pour nous assurer que nous ne vivons pas dans un État policier où les règles de plus en plus contraignantes rognent notre liberté au point où celle-ci ressemble à une grosse prison à ciel ouvert.

Grâce à l’État policier (le renard qui se déguise en “bon berger”, le temps de berner le troupeau de moutons), voici à quoi ressemblera l’avenir des Québécois…

  • Malades — avec les OGM, pesticides, herbicides, fertilisants chimiques, aliments systématiquement irradiés, l’explosion des vaccins au mercure, l’aspartame, le fluorure de sodium dans l’eau et autres;
  • Endettés — avec le crédit facile, le vol au grand jour de nos caisses de retraites, les magouilles de la classe dirigeante, le recours à la dette nationale pour construire des routes et engraisser des amis du parti au pouvoir… et bien plus; et
  • Surveillés (notamment avec les radars-photo).

…il ne fait aucun doute que les Québécois seront plus heureux que jamais!

Pas vrai?

C’est ça que vous voulez?

Une petite chimiothérapie le matin, réhypothéquer la maison pour payer Visa en après-midi et pleins de belles photos envoyées à la Sureté du Québec, au passage.

Yééé!

Quelle super-belle vie!

Hey! — “Wake up, slaves.”

Réveillez-vous, bande d’esclaves.

Tenez-vous debout et marquez vos limites.

Il n’y a plus rien que vous refusez au gouvernement qui, profitant de votre mollesse, vous prend tout… même ce qu’ils restait de vie privée lorsque vous aviez à vous déplacer.

Soyez bien avertis…

Le gouvernement ne vous dira jamais qu’il est en train de vous enchaîner dans sa matrice de contrôle.

Pas plus que le loup ne dira aux poules qu’il souhaite les dévorer, au moment où il tentera d’entrer dans un poulailler.

Comme pour les poules qui doivent user de jugement (ce qui n’est hélàs, pas toujours “naturel”) pour éviter d’ouvrir la porte toute grande au loup qui, alors, se délectera de leur chair, il nous faut résister aux slogans gouvernementaux qui sonnent faux, surtout en ce qui a trait à l’établissement des radars-photo.

Bien des Québécois qui préfèrent se taire maintenant vont se mordre les doigts, au fur et à mesure que la matrice de contrôle va se resserrer sur eux et tous ceux qu’ils aiment.

Les radars-photo ne protègent personne mais ils vont très efficacement taxer tout le monde.

Bienvenue au “Québec-nouveau” aligné à la perfection sur l’agenda du nouvel ordre mondial. Sauf exception, vous pourrez dire à vos enfants que vous faisiez partie des lâches (oui, “les lâches”) qui ont préféré s’évacher devant la télé au lieu de défendre ce qu’il nous restait de libertés.

Vous essaierez d’expliquer à vos enfants pourquoi ils sont désormais condamnés à vivre sous l’autorité des machines pendant que vous laissiez s’installer les instruments qui aillaient, quelques années plus tard, prendre à jamais cette liberté que vous aviez cru acquise.

En passant, à quand un radar-photo dans votre rue?

Pour “votre sécurité”, bien sûr…

Tags: contre les radars-photo, radars-photo, photos-radars, photo radar, radar photo, cinémomètres, cinémomètres photographiques, plaques d’immatriculation, société sous surveillance, surveillance des automobilistes, sûreté du québec, ministère des transports, ministère de la justice, julie boulet, gouvernement du québec, routes, autoroutes, vitesse excessive, feux rouges, big brother, droits des citoyens, libertés, invasion de la vie privée, envahissement de la vie privée, transports, caméras le long des autoroutes

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

10 Commentaires

  1. C’est le meilleur article que j’ai vu sur le sujet. Faut se le dire: c’est la guerre sur la route. Non-seulement on veut nous contrôler mais surtout, on veut nous TERRORISER.

    Et on prend tous les moyens techniques, sans compter la dépense, à nos frais et en bulldosant notre libre-arbitre, pour nous forcer à suivre des limites irréalistes et établies par pure flatterie politique auprès de la population ”ignorante”.

    La majorité silencieuse ne prend même pas la peine de connaitre la différence entre un radar et un laser… mais applaudit aveuglément à leur propre enchainement.

    Heureusement il y en a plusieurs qui réfléchissent… nous sommes au moins 2!

  2. Ce gars a totalement raison!

    Ça fais 10 ans que j’essaie de réveiller les gens mais ils sont trop “brainwashés” par ce système…

    Continuez à ne rien dire, peuple soumis… et ils feront de vous un “robot à argent”.

  3. Pourtant, si je ne me trompe, en Allemagne, il n’y a pas de limite de vitesse sur les autoroutes et voilà, il y a aussi beaucoup moins d’accidents qu’au Québec.

    Pourquoi?

    Parce que les gens sont civilisés. Les voix sont “rapide à gauche” et “lente à droite”. Les gens ne se coupent pas. Et lorsqu’on roule à 250 km/h, on s’entend-t-on pour dire qu’on est BEAUCOUP plus vigilants qu’à 50 km/h? Ça va de soit.

    Ainsi, il y a moins d’accidents à haute vitesse, en Allemagne, c’est vrai. Mais lorsqu’il y en a, c’est automatiquement un décès.

    Alors, qu’il y ait de la tolérance plutôt qu’une taxe cachée (surtout en temps de crise économique), bravo. Il y a une différence entre conduire rapidement et dangereusement, je crois.

    Les loi devraient être différente pour les jeune de 16 a 24 ans et pour le reste. Voilà ce que je crois, vraiment.

    F*CK LA POLICE ET CE GOUVERNEMENT DE M*RDE

  4. Gang de crosseur, beau gouvernement le Qc!

    En plus de nous voler sur TOUT avec les taxes et maintenant qu’ils ont le beau jeu ils en veulent encore plus, ça en prend beaucoup pour rembourser toutes ces dettes alors ils rajoutent des gadgets-voleur ” LÉGAUX ”.

    Tant qu’à moi, un voleur l’es déjà moins que le gouvernement!!!!! Au moins, en général, il vole 1 personnes à la fois, pas une société!

  5. Merci!!!!!

    Enfin quelqu’un qui donne de vraies réponses et fait de vraies comparaisons…

    Je me tue à dire que les limites sont trop basses, en plusieurs secteurs…

    La surveillance… d’accord mais le jugement, c’est encore ce qui reste de mieux et ces machines aussi évolué qu’elles puissent être n’en possède pas…

    J’espère que nos réflexions vont réveiller quelques personnes dans notre gouvernement, supposément démocratique, et que ce système sera évalué par quelqu’un possédant un cerveau au lieu d’un porte-feuille…

  6. Même si tout le monde est contre, qu’est-ce qu’on peut faire?

    Je suis le premier à vouloir passer à l’action contre ces lois qui bafouent notre liberté… mais que faire?

    Le jour où nous descendrons dans les rues, par milliers, et que nous bloquerons tout Montréal et les environs, je serai là. Y serez-vous?

  7. wow, c touchant, pour vrai, j’aimerais tellement voir plus de monde comme vous.. j’ai peur que pour se debarrasser du NWO et de leur “puppet governements” qui gache cette belle chose qu’on appelle la vie.. ca prendras une revolution et beaucoup de sang 🙁

    a chaque fois que j’essaye d’ouvrir les yeux d’un mouton il me prend pour crinque au chapeau d’aluminium

  8. Le 30 octobre 2009, sur la 20 à Pincourt (photo-radar), un collègue de travail a été intercepté par la Sûreté du Québec (il roulait dans la limite de vitesse 70km/h), le policier lui a dit d’attendre et lorsqu’il est revenu, le policier lui a dit que son permis de conduire n’avait pas été renouvellé : $475.00, il avait oublié de le renouveler depuis seulement quelques jours.

    Sur les pancartes qui annonces ces cameras, ils disent que c’est pour notre sécurité …… c’est plutôt pour leur poche.

Laisser un commentaire

Plus récents billets

Nombre record de jets au FEM de Davos, en 2020

À voir le nombre effarant de jets ultra-polluants qui se disputent les pistes d'atterrissage autour de Davos,...

RDL: Andrée Laforest ne veut pas être dérangée

Pour ceux qui ne connaissent pas Andrée Laforest, c'est la députée caquiste pour Chicoutimi qui officine en tant que:

La Régie du logement sert mal les locataires

Au Québec, les locataires qui habitent des appartements peuvent faire appel à la Régie du logement (RDL). À titre...

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à l'usage, il appert que le...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

D'autres billets à découvrir

pulvinar eleifend justo risus accumsan ultricies risus. commodo