Plusieurs automobilistes québécois doivent désormais composer avec la présence de radars-photo et dès le 19 août 2009, de véritables contraventions seront émises au lieu des avertissements que reçoivent présentement les contrevenants.

Afin de mieux comprendre le fonctionnement de ces appareils, voici ce que vous devez savoir à propos des radars-photo.

  1. Les radars-photo ne sont pas toujours en mesure de voir votre plaque d’immatriculation.
    • Pour les radars-photo installés le long des autoroutes pour mesurer la vitesse, si votre automobile est munie d’un support à vélos ou d’une remorque, par exemple, il y a de fortes chances que votre plaque d’immatriculation soit impossible à photographier — il s’agirait donc d’un moyen parfaitement légal d’échapper au contrôle de ces caméras mais bon, il peut arriver que votre plaque demeure visible, malgré tout.
    • Si vous effectuez un dépassement légal (dans la voie de gauche) au-dessus de la limite permise au moment précis où un camion à profil bas passe devant les deux caméras, celles-ci ne verront même pas votre véhicule alors évidemment, votre plaque ne pourra pas être captée.
    • Plusieurs Québécois croient encore que l’application d’un film d’obfuscation à coller ou en aérosol serait suffisant pour brouiller les lettres et les chiffres d’une plaque d’immatriculation, ce qui la rendrait illisible par les caméras. Ce n’est pas encore clair si cette approche fonctionne parce que personne ne sait si les policiers qui analyseront les deux (2) clichés arrières de votre véhicule disposent de logiciels d’extrapolation sophistiqués qui permettraient de reconstituer les lettres et les chiffres qui étaient censés demeurer illisibles, en angle. En théorie, ça devrait fonctionner mais rien n’a encore été prouvé, avec les radars-photo québécois. Au plan légal, il se pourrait que cette alternative soit proscrite mais vous devrez consulter un avocat pour en avoir le cœur net.
  2. Les radars-photo ne prennent pas des clichés de tous les véhicules… seulement ceux des contrevenants.
    • D’entrée de jeu, précisons que les radars-photo du Québec ont la capacité technique de prendre 100% des véhicules en photo, à raison d’au moins quatre (4) photos par véhicule et ce, même lorsque la circulation est très dense.
    • Ceci dit, au bureau de la ministre des Transports, Julie Boulet, on m’a juré qu’il n’y avait que les véhicules des contrevenants qui étaient pris en photos (aussi bien pour la vitesse que les feux rouges).
    • En théorie, si vous ne voyez pas de “clic” quand vous passez, vous ne recevrez pas de contravention.
    • Notez qu’aux États-Unis et ailleurs dans le monde où ces mêmes systèmes ont été installés, des corps policiers ont également prétendu que des clichés n’étaient pris qu’en présence d’un “clic” et il a ensuite été révélé que 100% des véhicules étaient photographiés pour des fins de contrôle (sans autres détails) — il est à peu près impossible de savoir si les policiers québécois s’en tiendront uniquement au “contrôle des contrevenants” mais à plusieurs égards, il y a encore beaucoup de malaises par rapport à ces “machines de surveillance”.
  3. Vous avez le droit de voir les quatre (4) photos prises par le radar-photo (vitesse ou feux rouges) lorsque vous contestez une contravention.
    • Lorsque vous recevez votre constat d’infraction, par la poste, vous pourrez voir “l’élément de preuve le plus probant” qui a justifié qu’une contravention vous soit émise. Il s’agira habituellement d’une photo, entière ou partielle, montrant la plaque d’immatriculation de votre véhicule.
    • Si vous choisissez de contester votre contravention, une fois arrivé à la cour, le jour de votre audition, vous aurez le droit de consulter la totalité de la preuve accumulée contre vous, à savoir les quatre photos ainsi que toute retouche ayant pu y être appliquée ou même, d’autres photos qui auraient pu faire l’objet d’une consultation (par exemple, un autre véhicule qui allait trop vite, devant vous et où l’on voit clairement votre véhicule).
    • Autrement dit, si vous contestez votre contravention, vous pourrez exiger d’avoir un accès plein et entier à la preuve ayant permis au policier de décider que votre véhicule était bel et bien en infraction (information confirmée au bureau de la ministre Julie Boulet).
    • Qui plus est, aussi bien le juge que l’avocat des policiers ou encore, les policiers eux-mêmes, n’auront le droit de vous cacher des éléments de preuve.
  4. Aux feux rouges, vous ne recevrez pas de contravention si vous “restez pris” au milieu de l’intersection au moment où le feu de circulation tourne au rouge.
    • C’est l’une des principales inquiétudes des automobilistes qui se demandent ce qu’il arrive si, pour une raison où une autre, vous vous êtes engagés dans l’intersection avant que le feux vire au rouge et qu’avant d’avoir complété votre manœuvre (souvent un virage à gauche), le feu passe au rouge.
    • Dans une telle circonstance, vous ne recevrez pas de contravention et voici pourquoi…
    • Les radars-photo ne s’activent qu’au moment où le feu passe au rouge. Ainsi, si vous êtes déjà engagés dans l’intersection quand le feu est vert ou jaune, il n’y aura pas de première photo de prise de véhicule — il n’y en aura qu’une deuxième de prise parce que vous étiez encore dans l’intersection quand le feu est passé au rouge.
    • Or, pour que le policier puisse signifier l’infraction et expédier la contravention correspondante, il lui faut absolument disposer des DEUX PHOTOS qui prouvent que vous vous êtes engagés dans l’intersection APRÈS que le feu eut viré au rouge.
    • En ce sens, vous pouvez encore vous avancer au milieu de l’intersection quand le feu est jaune et tourner (en tant que dernier véhicule dans l’intersection) pour ensuite tourner (à gauche) lorsque la circulation, en sens inverse, a cessé parce que la lumière était passée au rouge.
    • Autrement dit, il faut vraiment faire exprès de “passer sur la rouge” pour se faire servir une contravention à et effet.
  5. À part les opérateurs du système de surveillance, personne n’a encore pu voir ce à quoi ressemblent les “outils” qu’utilisent les policiers.
    • Tous les clichés pris par les radars-photo sont transmis, beau temps, mauvais temps, au centre de traitement des infractions de la Sûreté du Québec, à Montréal.
    • Personne ne sait à quelle résolution sont prises les photos ni quelle dimension elles ont — tous les médias qui ont demandé des “démos”, dont celui-ci, se sont faire dire “non” — il s’agit d’une question très sensible puisque ça concerne “la preuve” et si le public ne sait pas ce à quoi ressemble “la preuve” manipulée par les policiers, comment savoir si celle présentée en cour correspond (ou non) à la preuve réelle? Sur ce point, à moins de tomber sur un juge mal avisé, vous devriez pouvoir gagner la contestation de toutes vos contraventions. Assurez-vous de consulter un avocat pour valider le tout mais dans les faits, s’il existe un “doute raisonnable”, une contravention ne peut pas vous être émise.
    • Il est impossible de savoir quel modèle d’ordinateur est utilisé par les policiers pour traiter la preuve ou même l’environnement où ça a lieu. En ce sens, il est possible que le policier qui constate l’infraction ne dispose pas des outils lui permettant de prendre la meilleure décision et qui sait, selon la configuration des lieux, il ressent peut-être de la pression de collègues ou de supérieurs pour émettre plus d’infractions qu’il le devrait, s’il prenait vraiment le temps de bien analyser les preuves, avec les meilleurs outils technologiques, à tête reposée et sans pression directe ou indirecte le poussant à pencher en faveur de l’émission d’une contravention.

Ainsi, chers amis automobilistes Québécois, le ministère des Transports et la Sûreté du Québec ont encore de nombreuses questions à répondre avant qu’on n’accepte la légitimité de ces appareils de “contrôle policier central” le long de nos voies d’accès.

Sachez aussi que les radars-photo qui sont censés mesurer la vitesse livrent une mesure de la vitesse qui ouvre toute grande la porte aux contestations puisqu’un léger problème de calibration —même minime— peut fausser gravement les mesures. En fait, les mathématiques utilisées pour calculer la vitesse misent sur le fait que la première et la deuxième caméras prendront les photos exactement au moment prévu mais un simple soixantième de seconde de différence, pour un véhicule circulant à plus de 100km/h pourrait retourner la mauvaise vitesse.

En langage clair: ces histoires de caméras qui doivent “décliquer” très exactement au bon moment prêtent flanc à toutes les contestations puisqu’en théorie, il faudra que les policiers prouvent qu’au moment de la prise des photos, le radar-photo en question était parfaitement calibré, sans aucun doute possible.

Et il n’y a pas que les radars-photo qui peuvent fausser gravement la lecture de la vitesse, il y a aussi les compteurs de vitesse des automobiles qui peuvent ne pas être parfaitement calibrés ce qui aurait pu induire un conducteur en erreur où il aurait, en principe, pu croire qu’il roulait à l’intérieur des limites de vitesses permises. Il faut savoir qu’une automobile, même bien entretenue, peut afficher une vitesse faussée de 1, 5, 10% et même plus.

Couplé aux problèmes pouvant avoir lieu avec les radars-photo, les erreurs d’affichage de la vitesse dans les automobiles peut constituer un “doute raisonnable” suffisant pour que la contravention soit annulée. Il faudra attendre un peu avant que les premiers cas de contestations réussies deviennent publiques.

Si vous faites partie de ceux qui reçoivent une contravention via l’un de ces appareils, à moins qu’en votre âme et conscience, vous ne soyez persuadés d’avoir commis une faute, n’hésitez pas à contester le tout en cour. Il y a tellement de variables pouvant vous disculper que ce serait naïf de vous laisser taxer de la sorte sans faire valoir vos droits.

Tags: radars-photo, limites des radars-photo, photo, radar, cinémomètre, photocinémomètre, véhicules, vitesse, feux rouges, routes du québec, intersections, autoroutes, caméras, caméras radar, limites de vitesse, automobilistes, contravention, amende, infraction, sécurité routière, ministère des transports, transports-québec, sûreté du québec, policier, répression policière, surveillance policière, juges, cour de justice, preuve, preuves admissibles, québec

26 Commentaires

  1. Je peux vous dire que l’application d’un film d’obfuscation en aérosol (c’est le représentant lui-même qui l’a installé sur ma plaque) ne FONCTIONNE PAS DU TOUT, PAS DU TOUT.

    Ma plaque a été photographiée par un appareil radar et la photo qu’ils m’ont envoyée était parfaitement clair, la plaque était 100% lisible.

  2. J’ai été attrapé par un photo radar le long de la 15 sud, juste avant la sortie Atwater.

    Quand j’ai vu flasher les lumières de la caméra, la première chose que j’ai fait est de regarder mon speedomètre et j’allais à 95 km/h (la limite étant à 70). Et bien, je viens de recevoir la fameuse contravention avec photo et elle indique 105 km/h et on me demande $229.00.

    Leur système est corrompu et c’est scandaleux.

  3. Eh bien, très bizarre, on vient de recevoir nous aussi une belle amende de 700 $ à la même sortie Atwater pendant les Fêtes. C’est vraiment frustrant.

  4. J’ai une question, hier j’étais sur la 20 et j’ai vu flasher le photo-radar avant mon passange devant lui (à genre 150m)… j’allais à 122 km/h. Est-ce que la photo prise était celle du gars devant moi qui allait à genre 125… ou celle de ma voiture (j’ai freiné en voyant le flash devant moi)?

    Donc, le flash, on le voit dans notre rétroviseur (en arrière) ou devant nous?

    Merci.

  5. Bonjour Gabrielle,

    Vous posez une excellente question et voici la réponse, basée sur les connaissances du système TraffiTower que vous avez croisé, le long de l’autoroute 20 (près de la sortie pour Charny/St-Romuald, je présume).

    Le long de l’autoroute, entre la sortie et l’entrée, on retrouve quatre structures, deux TraffiTower dans lesquelles on retrouve des caméras, un pylône avec un flash-caméra, installé à son sommet (moins haut que les TraffiTower) ainsi qu’un plus haut pylône sur lequel est fixé un panneau de contrôle électrique (le même genre qu’on a sur le côté de nos maisons).

    Autrement dit, les photos sont prises par les deux TraffiTower, une pointant vers l’arrière du véhicule (le premier que vous croisez) et l’autre, pointant vers l’avant du véhicule (le deuxième que vous croisez, qui prend une photo du conducteur).

    Ainsi, le flash que vous avez vu s’actionner devait être destiné à capturer une image avant-arrière du véhicule DEVANT VOUS et non le vôtre.

    Il aurait fallu qu’un flash se déclenche à votre hauteur pour que vous soyez photographié, aussi.

    Bien entendu, les policiers de la SQ qui analysent les images peuvent probablement voir un large éventail de la route et voir votre véhicule, derrière celui qui roulait plus vite — rien n’est impossible puisque la SQ refuse de nous montrer, exactement, ce qu’ils voient, via les photos prises avec les TraffiTower.

    Si la SQ vous fait quand même parvenir une contravention pour excès de vitesse, je vous serais gré de nous en faire part afin d’ajouter à notre compréhension du réel fonctionnement de ces photo-radars qui, disons-le, ne dévoilent pas tous leurs secrets.

  6. Merci beaucoup pour la réponse rapide… mais à bien y repenser, je devais être plus proche car quand j’ai vu le flash rouge, j’ai été surprise, ça m’a fait sursauter. Probablement que c’était la photo de face. J’étais probablement entre les 2 bornes, car j’ai été un peu éblouie par la lumière rouge.

    Je vous tiens au courant par la suite. 122km/h ça peut coûter quoi 160$?

    Merci beaucoup.

  7. Donc finalement quand on se fait pogner, la lumière rouge flasherait donc dans la fenêtre du côté passager, devant vous ou plus dans la fenêtre du passager arrière? LOL, complexe. Les Traffitower ne sont pas loin l’une de l’autre et le flash est dans le milieu, j’ai de la misère à croire que le flash s’active alors qu’il est à genre 10 pieds devant le char!!!

    Et puis ça commence à calculer la vitesse avant les Traffitowers ou entre les deux? Genre qq’un qui rouge à 150 avant et frêne avant de rentrer dans l’espace entre les TraffiTowers… peuvent-ils le pogner?

  8. Merci de nous garder informés, Gabrielle!

    Pour préciser ma réponse, il n’y a que les policiers de la SQ qui consultent “la preuve photographique” qui pourraient nous dire, exactement, ce qu’ils voient.

    Cependant, ni la SQ, ni le MTQ ne veulent nous montrer de quoi a l’air la preuve qui sera utilisée contre les automobilistes. Pour le moment, c’est géré comme un projet dont une partie doit demeurer secrète — c’est à la fois frustrant et inquiétant, à plusieurs égards.

  9. Bonjour,

    J’ai l’impression de m’être fait pincer ce soir à une lumière rouge alors que j’ai peut-être défoncé de quelques pieds la ligne d’arrêt. Je n’ai évidemment pas traversé l’intersection sur la rouge.

    C’est évidemment dur à dire si j’ai vraiment défoncé la ligne, car à cette période de l’hiver, ces dernière sont pas mal effacée de la chaussée.

    Est-ce qu’un policier use de son pouvoir discrétionnaire pour décider si un constat sera vraiment émis?

  10. Je passe souvent devant les photo radars sur la 20 et à chaque fois que je passe je me fait photographier. Le problème c’est que je surveille ma vitesse et je ne vais qu’à 100 km/h. Je n’ai jamais reçu de contravention, mais je trouve ça étrange.

  11. Bonjour,

    Ce soir, je suis passé sur la 15 en remontant vers le nord au niveau d’Atwater et voila, je suivais le trafic et j’ai vu 2 flash en avant de moi mais vraiment pas très loin. J’étais dans la voie de gauche,
    je ne me rappelle pas avoir vu de lumière ou de flash rouge mais juste 2 flash éclairer la voiture en avant, à droite de moi.

    J’ai 3 questions:

    Combien de flash blanc le radar fait-il?
    Quel délai de répétition est-il capable de faire, entre 2 véhicules?
    Quand le radar nous flash, est-ce qu’on s’en aperçoit facilement (si ça éclaire beaucoup notre intérieur de voiture, par exemple)?

    Je ne pense pas avoir été en infraction mais par réflexe, j’ai freiné…

    Merci beaucoup!

  12. Bonjour, je roulais sur la 20 a hauteur de charny a 105-108 km/h et j’ai vu une lumiere rouge flasher. est-ce que je vais avoir une contravention?

  13. Merci de poser la question, Mélanie!

    Il se pourrait que oui si le flash de la caméra s’est déclenché, auquel cas une photo a été prise et cette dernière a immédiatement été transmise au bureau de la Sûreté du Québec où un agent a considéré les “faits”.

    C’est l’agent qui analyse la “preuve” qui décide ou non d’envoyer une contravention.

    J’ose espérer qu’aucune contravention ne vous sera envoyée mais on ne sait jamais… d’ailleurs, ce serait intéressant que vous nous confirmiez, dans cette page, si vous avez reçu ou non la dite contravention.

    Bonne route, malgré cet incident!

  14. Bonjour. Hier ma mère était au volant. Sur une voie de Mtl en travaux, la limite de vitesse était de 70 et ma mère roulait à peu près à 81,82. Nous étions pris dans le trafic et avancions plus ou moins au même rythme que les autres voitures. Nous étions à gauche et il y avait une voiture un peu plus en avant à notre droite. Nous avons vu deux voyants orange s’allumer l’un apres l’autre. Pas de flash éblouissant ni à l’avant ni à l’arriere de notre véhicule. S’agît il tout de meme d’un flash? Si oui qui a été flashé? Le vehicule en avant ou nous? Merci.

  15. Bonjour,

    Sur la 20, à la hauteur de Charny, il y a un photo radar mais 4 voies de circulation.

    Deux voies vont vers le pont Pierre-Laporte (près desquelles les caméras sont situées) et deux autres vont vers Montréal.

    Y-a-t’il un danger de se faire prendre en infraction sur les 4 voies ou seulement sur les 2 qui vont vers le pont?

  16. À mon avis, il n’y a que les deux (2) voies qui vont vers le pont Pierre-Laporte qui sont “visibles” pour la caméra du radar-photo.

    Pour avoir été sur place, les deux autres voies sont assez loin et nécessiteraient l’installation d’un autre radar-photo.

    Mais…

    Je pourrais me tromper alors si vous connaissez le fin mot pour cette question, n’hésitez pas à le soumettre!

  17. Je viens de recevoir un ticket d’un photo radar.

    Lundi férié je revenais de Montréal et avant d’arriver au pont Pierre-Laporte, j’ai vu la lumière “flasher”. Aujourd’hui, j’ai reçu mon ticket par la poste de 285$.

    Je roulais 105 dans une zone de 80 — oui, il y avait des pancartes oranges de construction mais il n’y avait personne qui travaillait, cette journée-là… on s’entend, c’était une journée fériée.

    Ok je n’ai pas perdu de point accause d’une photo radar mais est ce qu’il y aurait quelque chose à faire pour me sauver de cette somme qui me donne un beau mal de tête?

    Merci!

  18. moi je viens d’avoir par la poste une contravention pour excès de vitesse. Selon eux je roulais 84 km/h dans une zone de 70 km/h max. dans la zone de construction à Charny. Nous étions 2 à bord de mon vehicule et personne de nous 2 a remarqué un flash avertissant que nous venions d’etre pris en excès de vitesse et je suis tres respectueux des maximum de vitesse dans les chantiers de construction.
    Je trouve ca tres poche de devoir payer une telle contravention , si j’avais remarqué un flash, j’aurais immédiatement regardé ma vitesse et si je roulais réellement à cette vitesse, j’aurais payé cette contravention sans amertume car j’aurais la conviction que j’etais coupable mais la ce n’est pas le cas.
    J,ai juste envi de contester la contravention,

Laisser un commentaire