Clotaire par-ci, Clotaire par-là!

Est-ce qu’il va falloir s’habituer à voir des villes se faire psychanalyser pour être capable de trouver leur “code”, bien à elles?

Dans le cas de Québec, qui a retenu —sans appel d’offre— les services de Clotaire Rapaille, n’aurait-il pas été plus logique de faire appel à des gens de Québec, pour trouver une ligne directrice forte afin de se représenter, à l’étranger? Avait-on besoin d’un Français-devenu-Américain pour se faire confirmer ce qu’à l’évidence, on sait déjà?

En fait, la démarche psychanalytique vise à retracer, dans le proverbial coffre à souvenir de gens de Québec, ce qui qualifie le mieux notre ville alors c’est dans ce sens-là qu’on sait déjà ce que Clotaire Rapaille va identifier, au terme de ses travaux. Et parce que cet individu aura posé son auguste doigt sur “la chose-Québec”, il ne nous restera qu’à faire “Ahhh! C’est çaaa, la bébelle qu’on ne savait pas qu’on savait!” et là, nous saurons enfin comment se vendre, auprès de nos semblables, ailleurs de par ce vaste monde.

C’est tellement simple qu’on se demande si l’on aurait pas pu payer un psychanalyste local pour conduire quelques sessions-sur-des-matelas-de-garderies! La facture aurait assurément été moins salée que les quelques 300,000$ qui doivent être assumés par les citoyens mais Régis Labeaume n’aurait pas pu bénéficier des services de son candidat favori pour faire le travail: “son” Clotaire-adoré.

À part la “grosse gomme politico-commerciale” de Québec qui parle par intérêt et non par conviction, c’est à peu près l’unanimité que Régis nous en a passé une p’tite vite et qu’on s’est fait rouler et ça, c’est avant même d’avoir pu lire une seule ligne du fameux rapport présentant le “Code Rapaille de Québec”.

Le maire Labeaume dit vouloir faire croître sa ville, notamment via l’accroissement du flot d’immigration et un plus grand nombre de touristes mais avec les prix des maisons qui explosent et la main d’œuvre étrangère qui contribue à faire une pression à la baisse sur les salaires d’à peu près tout le monde, ce n’est pas exactement clair que les gens de Québec soient si intéressés que ça à transformer leur ville en “Red Bull Crashed Ice à l’année”, comme semble le vouloir “le boss” de notre cité-État (comme il aime bien la qualifier).

Pour de nombreux résidents de Québec, ce n’est pas le sens de l’initiative qui manque au maire et à ses complice mais plutôt, un bonne dose de jugement.

Le fait d’avoir insinué que les experts du marketing de Québec n’étaient que des “peewee” n’a évidemment pas aidé Régis Labeaume à se faire aimer des publicitaires locaux mais bon, pour l’instant, il mène la ville comme il veut, sans opposition digne de ce nom et ça donne l’inconfortable situation qu’on connaît.

Le maire de Québec a beau citer Clotaire par-ci et Clotaire par-là mais les citoyens de Québec, eux, semblent en avoir assez des histoires de psychanalyses payées via un énième emprunt sur la dette de la ville (qui sera payé, on le souhaite, par les générations futures).

Évidemment, une fois en possession du “Code Rapaille”, il faut s’attendre au pire de la part de Labeaume qui s’en servira assurément pour justifier tous ses projets, aussi démesurés soient-ils.

Clotaire, on le redoute, ne serait donc qu’une “étape de transition” vers notre appauvrissement collectif (via une dette municipale dépassant le milliard)…

Tags: québec, clotaire rapaille, code rapaille, régis labeaume, maire labeaume, citoyens, marketing, publicitaires

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

1 COMMENTAIRE

  1. Le consultant Clotaire Rapaille empochera 225,000$ pour avoir amorcé des démarches dans le but de refaire l’image de Québec, et l’aventure aura coûté 80,000$ à la Ville de Québec.

    Et ce n’est pas Régis Labeaume, le maire de la ville à l’origine de cette triste saga, qui va devoir payer la note, ce sont les citoyens!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus récents billets

Nombre record de jets au FEM de Davos, en 2020

À voir le nombre effarant de jets ultra-polluants qui se disputent les pistes d'atterrissage autour de Davos,...

RDL: Andrée Laforest ne veut pas être dérangée

Pour ceux qui ne connaissent pas Andrée Laforest, c'est la députée caquiste pour Chicoutimi qui officine en tant que:

La Régie du logement sert mal les locataires

Au Québec, les locataires qui habitent des appartements peuvent faire appel à la Régie du logement (RDL). À titre...

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à l'usage, il appert que le...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

D'autres billets à découvrir