Disney+ offre un contenu limité

À lire aussi

Le coaching santé dans les médias sociaux

Les idées ne manquent pas dans le créneau des coachs de santé qui utilisent de manière intensive...

Les logements qui appauvrissent leurs locataires

La location d'un logement peut s'avérer pratique pour un locateur qui souhaite n'y rester qu'un temps...

Le 3e lien n’est pas aussi performant que le télétravail pour soulager le réseau routier

L'idée d'un 3e lien entre Québec sur la rive-nord et Lévis, sur la rive-sud, nous fait espérer...

Puisque le service de diffusion Disney+ offre une semaine d’essai gratuite, j’en ai fait l’expérience mais après seulement 2 jours, j’ai annulé mon abonnement.

Je n’ai même pas eu besoin de la semaine d’essai pour constater à quel point Disney+ était limité, au chapitre des contenus.

Ayant déjà vu les films de la série Star Wars qui m’intéressaient, il n’y avait rien de bien intéressant pour moi à les revoir. Une fois qu’on connaît l’histoire, on a pas mal fait le tour. Idem pour les films de Marvel.

Pour les nombreux films de Pixar, au moment de mon essai (cette semaine), il n’y avait même pas Toy Story 4 (le plus récent de la série) et c’est probablement dû au fait qu’il est encore vendu, en ligne. Il viendra sûrement plus tard mais quand même, j’aurais pensé que Disney+ l’aurait eu car il y avait Captain Marvel qui est très récent aussi.

Il y a aussi des documentaires de National Geographic mais la sélection est, encore une fois, très limitée. Les images sont belles mais à moins d’être un fan fini, on se tanne de voir des tortues se tortiller sur des plages.

Alors si Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic n’arrivent pas à vous faire tomber en bas de votre chaise avec du contenu que vous voulez absolument voir, il reste la librairie de Disney, à proprement parler.

Disney offre un divertissement qui se veut familial. Alors tous les films de chiens perdus, d’amours inespérés et de tragédies coupées au couteau (pour bien saisir qui sont les bons qui doivent composer avec les méchants) de Disney vous sont offerts, soit avec des vrais personnages ou alors, des dessins animés.

Côté animations, on retrouve même de très vieilles séries de Mickey et de Dingo qui bien que toujours drôles, font davantage sourire les enfants que les adultes, même s’il reste un petit côté nostalgique. La vérité, c’est que ça vieillit mal. Pas juste pour les images mais aussi pour les narratifs avec les baffes et les coups bas qu’on ne retrouve plus dans les “comiques” d’aujourd”hui. Pour le mieux ou pour le pire, la collection poussiéreuse de dessins animés de Disney n’a pas le lustre nécessaire pour “sauver” Disney+.

Alors à part Davy Crockett et Flubber, les autres films, incluant la série Pirates des Caraïbes offrent un certain niveau de divertissement, certes mais dans mon cas, pas assez pour payer quelques 90$ par année.

Conséquemment, j’ai annulé mon abonnement à l’intérieur de la semaine d’essai.

Et je ne regrette absolument pas.

Le contenu de Netflix n’a rien à envier à celui de Disney+. Au point où Netflix ne devrait pas s’inquiéter de ce nouveau concurrent. En fait, Prime Video d’Amazon offre une meilleure sélection que Disney+ avec les séries Jack Ryan, The Man in the High Castle, The Boys, Goliath et Carnival Row. Ce n’est pas Star Wars, évidemment mais le contenu est très diversifié et d’excellente qualité.

Si vous cherchez du contenu en français québécois, la sélection semble excellente dans les trois services, Disney+, Netflix et Prime Video.

Certains contenus sont en anglais seulement mais la plupart du temps, pour les titres majeurs, il y a une version “québécoise française”.

Pour la facilité à se déplacer dans les menus de l’app de Disney+ dans l’Apple TV, ça fonctionne facilement mais on remarque que c’est beaucoup moins travaillé que Netflix. Probablement que ça viendra mais on aurait pensé que Disney se serait donné la peine de faire un meilleur boulot pour la sortie de leur service.

Et parlant du service, je trouve le nom “Disney+” sans âme et dénué d’imagination. Comme si Disney ne comprenait plus l’importance d’innover. Disons que le nom, terne et sans couleur, annonce bien l’expérience de Disney+, dans son ensemble.

Alors si vous voulez vous abonner, probablement davantage pour vos enfants qui auraient un intérêt pour “les vieux comiques de Disney”, allez-y, c’est abordable mais à moins que Disney n’augmente de manière important la variété de son contenu, vous allez avoir du fun pendant quelques jours et après, vous vous demanderez pourquoi vous avez payé pour ça.

Idéalement, utilisez l’essai d’une semaine et voyez si vous y trouvez votre compte.

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

Laisser un commentaire

Plus récents billets

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

Portrait des 0-5 ans au Québec

Entre les âges de 0 à 5 ans, les tout-petits dépendent entièrement de leur parent ou tuteur pour vivre. L’Observatoire des...

Stockage des données… dans du verre

Microsoft travaille présentement avec le Centre de recherche d'optoélectronique de l'université de Southampton, en Grande-Bretagne, sur le Projet Silica (ou "Project Silica",...

Stéphane Blais, candidat dans Jean-Talon

La démocratie directe intéresse de plus en plus d'électeurs qui apprécient cette approche présentement utilisée, avec succès, en Suisse. Après tout, pourquoi...

D'autres billets à découvrir

id nec id, tristique Aenean vulputate,