Ce matin, vers 7h, la nouvelle de la fermeture de la bannière FutureShop a été annoncée aux directions des 130 magasins, au Canada.

Moins d’une heure après, tous les employés qui étaient rentrés au travail pour leur réunion trimestrielle avaient appris qu’ils tombaient victimes d’une cessation d’emploi, effective immédiatement.

La plupart des employés pourraient recevoir jusqu’à 10 semaines de salaire, en compensation de départ. Les gérants pourraient recevoir plus mais qu’importe, apprendre qu’on perd son emploi n’est jamais agréable.

Avec quelques 800 employés de FutureShop qui perdent leur emploi, au Québec, on peut penser que le marché de l’emploi sera saturé de “vendeurs” et de “conseillers” en électronique. Il est possible que plusieurs de ces employées aient à se réorienter dans une autre carrière, à court terme.

Fenêtres placardées

Ceux qui n’étaient pas au courant de la fermeture des magasins FutureShop et qui se sont quand même rendus sur place ont pu voir les fenêtres et portes complètement placardés, avec des feuilles de carton.

Ça avait un air de désolation, comme au FutureShop de Place Laurier, à Ste-Foy, où les lumières de l’enseigne “FutureShop” étaient éteintes et les fenêtres rendues opaques, en raison des cartons bruns.

Il y avait encore des lumières dans le magasin mais c’était la fin.

BestBuy va en profiter

C’est la fin pour FutureShop mais c’est le début d’une ère nouvelle et éminemment profitable pour les bannières BestBuy, dont celle de Place Laurier qui profite déjà de la fermeture du “compétiteur” qui logeait dans le même centre d’achat.

Les clients continuent d’avoir des besoins en matière de produits électroniques et si FutureShop n’existe plus, c’est vers BestBuy qu’ils seront tentés de se tourner.

Le BestBuy de Place Laurier a encore son air de jouvence, ayant été bâti récemment. Le FutureShop, quant à lui, aurait eu besoin d’un bon coup de pinceau mais avec sa fermeture, ce ne sera évidemment plus nécessaire.

On comprend qu’avec sa restructuration, BestBuy garde ses beaux magasins neufs (pour la plupart) et ferme ses vieux points de vente, sous la bannière FutureShop.

Comme les clients passeront probablement tous de FutureShop à BestBuy, c’est une opération qui sera très payante car les coûts d’opération vont baisser mais les bénéfices, eux, vont probablement rester les mêmes. Pour les actionnaires de BestBuy, cette restructuration majeure est donc une excellente nouvelle.

Effet sur les prix

Même avec un “compétiteur” de moins, BestBuy ne pourra pas se permettre de trop augmenter ses prix car les consommateurs achète de plus en plus en ligne.

Amazon, DealExtreme, TigerDirect et un grand nombre de magasins d’électronique en ligne continuent leur pression à la baisse sur les prix et comme les consommateurs savent qu’ils y recevront (généralement) un service rapide, fiable et courtois, ce nouveau modèle d’affaires gagne du terrain.

Ainsi, BestBuy ne peut faire abstraction de ces concurrents qui n’ont pas de présence physique mais qui rejoignent quand même un grand nombre d’acheteurs d’électronique.

Suite des choses

Pour les clients fidèles à FutureShop, la fermeture d’environ 70 magasins, au Canada et la conversion d’une 60aine d’autres en bannière BestBuy demeure une triste nouvelle. Les conversions de magasins FutureShop en BestBuy, comme à Rimouski et à St-Jérôme sont censées prendre environ une semaine, rien de long.

Alors voilà, c’est aujourd’hui la fin d’une époque où FutureShop faisait partie de nos choix potentiels, en tant que consommateurs.

Chez BestBuy, la restructuration a été présentée comme une excellente nouvelle mais ce n’est pas tout le monde qui voit les choses ainsi.

Laisser un commentaire