L’Action démocratique du Québec (ADQ) se cherche un nouveau chef pour succéder à Mario Dumont.

Il s’agit d’un parti politique présentement affaibli qui cherche un leader aussi fort que possible afin de redonner un nouveau souffle à la “troisième voie du Québec”.

Mais là, on apprend, par le biais du Journal de Montréal, que deux candidats à la chefferie de l’ADQ auraient embelli leur curriculum vitæ, à savoir…

  • Éric Caire
    • Aurait omis de mettre la barre (” — “) à côté de l’année 1993 où il aurait suivi des cours en communication, dans le cadre du programme de baccalauréat en communications, à l’université Laval;
    • Ça donnait l’impression qu’il avait terminé son baccalauréat en 1993 mais évidemment, ce n’est pas le cas;
    • M. Caire aurait mentionné, lors du débat tenu des candidats à la chefferie, qu’il n’avait pas de baccalauréat (mais je n,ai pas pu retrouver la transcription officielle, pour le valider; cette information me vient directement de M. Cédric Lavois, l’attaché de presse de M. Caire);
    • Dans le cv de M. Caire qui se trouve sur le site web de l’ADQ, la date de ses études en communications aurait été modifiée pour “1993 —”, indiquant qu’il serait en cours de complétion de son baccalauréat même si celui-ci a été commencé depuis 16 ans…
  • Christian Lévesque
    • Il a fait un “Grade 13” au St-Lawrence High School de Toronto (ses notes ne sont pas disponibles alors c’est impossible de savoir s’il a échoué son année). L’école porte maintenant le nom de Lawrence Park Collegiate Institute;
    • Il n’y a pas d’équivalent québécois pour le “Grade 13” ontarien qui a, depuis, été éliminé par le ministère de l’Éducation de l’Ontario (il n’y a plus cette 5e année du “high school”);
    • Son attaché de presse, Mme Arianne Gauthier, a expliqué au Journal de Montréal qu’il s’agissait d’une formation “préuniversitaire”, alors que M. Lévesque parle plutôt d’études collégiales — c’est loin d’être clair;
    • En Ontario, le “high school” est obligatoire pour entrer au collège ou à l’université. Là -bas aussi, il faut être au collège pour parler d’études collégiales, d’où l’embellissement probablement volontaire qui a été retrouvé, dans son cv;
    • Comme si ce n’était pas assez, sa récente biographie évoque aussi une formation de niveau universitaire: “Christian a poursuivi sa formation à l’université de Philadelphie, à la Leadership Academy” — il est impossible de savoir exactement de quel genre d’études il s’agit.

Mon impression…

Au bureau d’Éric Caire, son attaché de presse n’a pas essayé de minimiser l’affaires et a répondu tout de suite à mes questions.

Au bureau de Christian Lévesque, il a été impossible de parler à quelqu’un. Il n’y avait qu’un répondeur mais bon, on comprend que les membres de l’équipe du candidat préfèrent probablement laisser passer cette tempête médiatique plutôt que d’essayer de justifier des renseignements qui n’expliquent pas clairement le cheminement académique de M. Lévesque.

Pourquoi se soucier du cursus académique d’Éric Caire et de Christian Lévesque?

Tout simplement parce qu’ils veulent revoir le système d’éducation de fond en comble et qu’on se rend compte, malheureusement, qu’ils ont embelli leur curriculum vitæ afin de mieux paraître.

Est-ce que c’est grave d’embellir son curriculum vitæ?

Oui, ça l’est.

C’est à la fois un mensonge, partiel ou entier, qui vise à confondre les lecteurs qui se fient à ce curriculum vitæ pour connaître très exactement le parcours d’un candidat qui aspire la chefferie.

Gilles Taillon, qui n’a pas embelli son curriculum vitæ, réclame le retrait d’Éric Caire de la course à la direction de l’ADQ parce qu’il aurait trompé les Québécois au sujet de ses études. Il ajoute aussi que cet événement jette un discrédit sur l’image d’intégrité, de rigueur et de cohérence de l’ensemble du parti.

Ce que les Québécois doivent savoir, c’est que certains politiciens qui veulent se vendre peuvent aller trop loin. Sans les forcer à quitter la course à la chefferie de l’ADQ, ils devraient au moins avoir assez de courage pour venir s’expliquer devant les médias et la population mais pour l’heure, il semble qui ni l’un, ni l’autre n’aient ce courage.

Prudence à d’autres politiciens qui pourraient être tentés d’embellir leur curriculum vitæ…

Tags: éric caire, christian lévesque, adq, action démocratique du québec, gilles taillon, candidats à la chefferie, embellir leur cv, embelli son cv, curriculum vitæ embelli, information portant à confusion, renseignements inexacts, médias, québec

Shares