Tout le monde ayant réussi à prospérer, dans sa vie, a sa propre histoire.

Pour certains, c’est par le travail et pour d’autres, c’est justement en travaillant moins mais mieux.

Les histoires de prospérité peuvent avoir été brèves ou durer pour la balance de la vie des individus qui ont connu ce succès. Il n’est jamais garanti que la prospérité durera.

Pour ceux qui l’ont connu puis perdu, c’est cruel car la formule qui a fonctionné la première fois ne se répète pas nécessairement les fois suivantes.

Oh! Quelle frustration pour quiconque n’arrive pas à évoluer vers cette nouvelle formule menant —à nouveau— à un épisode de prospérité.

C’est comme si à force de vouloir quelque chose, dans ce cas-ci, la prospérité, elle s’éloignait continuellement. La personne qui poursuit sa prospérité future finit, en quelque sorte, par se fermer à toutes les choses qu’il ne connaît pas encore que la vie lui envoie et en ce sens, à force de chercher une seule chose, on finit par passer à côté de tout le reste.

Et la vie envoie toujours ce qu’on désire mais pas nécessairement de la manière dont on s’y attend.

C’est la raison pour laquelle il faut se libérer.

Se libérer de l’étroitesse de nos idées préconçues, sur à peu près tout. Bâtir à partir de ce qu’on connaît mais être si libre, dans notre tête, qu’on aura la possibilité d’accueillir autre chose que ce qu’on connaît, dans notre vie!

Quand on essaie de tout gérer, de tout contrôler, la vie a beau nous envoyer ce qu’on lui demande, on n’arrive pas à le voir.

reconnaitre-les-opportunites-de-la-vie

En fait, la personne qui “désire” veut ce qu’elle connaît alors que la personne libre de ces liens (souvent bâtis à la suite de campagnes publicitaires… je veux une auto, une maison, de beaux vêtements et ainsi de suite) est en mesure de recevoir ce que la vie lui envoie, dans un format qu’elle ne connaissait pas mais qu’elle peut recevoir.

Lâcher prise sur le contrôle, sur l’obsession de l’atteinte d’un objectif, c’est s’ouvrir à tellement d’autres choses que si on le veut vraiment, si l’on s’accorde le pouvoir d’être vraiment libre, on peut enfin aspirer à la prospérité —parce que la vie nous l’enverra— mais pour la première fois, à ce moment dans la vie, on saura reconnaître l’opportunité.

Et puisque la personne sera libre, elle prendra cette opportunité et la fera sienne.

Le plus formidable, c’est que les opportunités sont infinies et il ne sert à rien d’envier son prochain puisque chaque opportunité a sa propre signature, avec ses avantages et ses désavantages alors nous pouvons tous prospérer, avec notre opportunité bien à nous.

Les opportunités manquées —et il arrive qu’on s’en rende compte— doivent rester dans le passé parce que chaque minute perdue à tenter de pleurer ou regretter ce moment passé nous éloigne du flot d’opportunités qui a cours, à chaque instant, d’où l’importance de vivre son moment présent.

opportunite-unique-comme-nous

Faire de l’argent…

Ah! L’argent, un mécanisme d’échange pourtant banal qui pourtant a un pouvoir de vie ou de mort, dans notre société désolidarisée et individualiste où l’on apprend la mort des autres (trop souvent) via des réseaux sociaux!

On est loin du perron d’église où l’on se voyait et l’on se serrait la main et pourtant, les réseaux sociaux permettent aussi de rejoindre plus de monde que jamais avec un message porteur alors ça a aussi le pouvoir d’aider plus de gens à reconnaitre les opportunités que la vie fait entrer et sortir de leur vie.

Cette mécanique de la liberté qu’on s’accorde via un grand lâcher-prise, notamment sur notre “grand livre d’idées préconçues”, semble paver la voie vers des opportunités virtuellement illimitées.

Vous n’avez pas d’emploi et vous n’arrivez plus à payer votre loyer?

Ouch… vous risquez d’en baver parce que vous êtes encore dans votre “ancienne opportunité” qui vient de “vous lâcher”! Intérieurement, vous savez qu’il faut faire autre chose mais quoi? Essayez de recoller les morceaux brisés de l’ancienne opportunité qui vient d’arriver à terme? Envoyer 100 curriculums vitæ pour des opportunités semblables à celle qui vient de finir? Hmmm… pas évident.

C’est souvent au moment de perdre un emploi que la vie nous frappe tellement fort qu’on passe de héro à zéro, en moins de 24 heures.

Notre ex-boss et nos ex-collègues continuent leur vie et on est jetés du train sans réel espoir d’y reprendre place, un jour… ouf! La volée qu’on prend qu’on au visage et on ne parle même pas du tsunami émotionnel.

Certains se “replacent” vite et tant mieux pour eux mais ça ne veut pas dire qu’ils ont trouvé LEUR opportunité. Ils n’ont peut-être trouvé qu’une opportunité et ils auront à faire face à ça plus tard. Peut-être. Ou peut-être pas… c’est différent pour chacun.

Mais en général, ne plus avoir d’emploi, c’est comme un avion qui manque d’essence en plein ciel, ça fait un bon film mais ça rend la réalité vraiment très, très stressante…

Alors vous êtes tentés de demander de l’aide.

Ah! L’aide…

Votre famille évite le sujet pour se sauver d’un malaise, vos amis sont bien discrets et vos connaissances feignent d’être occupées à autres chose?

Bienvenue dans notre ère d’égocentrisme extrême!

Ne vous découragez surtout pas. Vous êtes tellement dans une mauvaise passe que vous êtes sur le point, oui, juste sur le point, de réaliser que ce que vous faites NE FONCTIONNE PAS. Vous le saviez, intérieurement mais là, votre train de vie, vos habitudes et vos certitudes frappent un mur. Un gros mur solide où plus rien ne vous réussit.

C’est exactement à ce moment où vous en avez marre, ou vous accepteriez de tout perdre (parce qu’il ne vous reste finalement plus grand chose à perdre) que vous allez —peut-être, enfinlâcher prise et du coup, ouvrir vos horizons sur… autre chose!

Oui, quelque chose qui ne vous a pas encore traversé l’esprit. Quelque chose que la vie vous envoie, comme une opportunité, que vous reconnaissez, pour la première fois PARCE QUE VOUS AVEZ LÂCHÉ-PRISE.

Soudainement, tout devient clair.

Incroyablement, contre toute attente et sans que vous ayez pu espérer pour autant de bonne fortune, la prospérité s’établit dans votre vie, en même temps que votre sentiment de réussir, à quelque chose.

Voilà la résultante du lâcher-prise.

Cette voie où vous avez décidé de ne devoir rien à personne, au point d’être capable d’inviter une nouvelle opportunité dans votre vie. Une opportunité envoyée par la vie parce qu’elle sent que vous pouvez ENFIN la voir, la comprendre et en profiter pour vous réaliser.

reconnaitre-l-opportunite

Ça peut être une petite opportunité ou une grosse. Elle sera à votre mesure. Vous pourrez la mouler selon vos préférences, une fois que vous l’aurez intégré à votre vie.

Les observateurs vous prédiront maux et malheurs si vous ne “rentrez pas dans le moule” étroit qu’ils utilisent pour définir leur réalité, à eux mais ne les écoutez pas car…

  • vous êtes uniques; et
  • votre opportunité est unique.

Alors c’est normal qu’ils ne comprennent RIEN à ce que vous essayez de faire ou alors, très peu. Ce serait bête de les écouter vous raconter comment eux ont réussi parce que c’est à peu près certain que votre voie vers la prospérité sera différente. Même s’il y a des similitudes, ce sera différent.

Parmi ceux qui font partie de votre entourage, il y aura peut-être des personnes qui vous aideront à prendre conscience des opportunités mais c’est vous qui devrez cheminer pour en arriver à ouvrir vos perspectives pour reconnaître et faire entrer cette nouvelle opportunité dans le cheminement humain qui est le vôtre.

Alors l’argent viendra. D’une manière ou d’une autre. Seulement si vous acceptez de vous reconnaître. Vous. En tant que personne unique ayant accès à des opportunités tout aussi uniques.

Tant que vous travaillerez d’arrache-pied à réaliser le rêve de quelqu’un d’autre, vous réussirez justement à faire ça: réaliser le rêve de quelqu’un d’autre.

Ça peut vous réussir, qui sait?

Mais si au hasard d’un revers de vie, cette “autre personne” pour qui vous vous êtes arraché le cœur à lui construire son rêve décide de se débarrasser de vous, disons que la réalité va vous rattraper, assez vite.

Ça va être cruel… et poche.

Vous allez vous sentir trahis et vous aurez la rage au cœur contre cette personne en qui vous aviez confiance et qui a simplement choisi de continuer, sans vous.

Ça peut être au travail, dans votre couple… même en amitié.

Au fond, si vous creusez un peu, cette trahison, elle a bien davantage à voir avec le fait que vous ne vous êtes pas choisi, vous. Vous avez, dans le passé, choisi de jouer le jeu de quelqu’un d’autre au lieu de lâcher-prise et de comprendre ce que la vie avait à vous proposer, à vous… juste pour vous.

Enfant, étudiant, employé, patron, entrepreneur, parent à la maison, sans emploi, travailleur sans but lucratif, retraité, personne âgée ou bénévole, il y a des opportunités pour tout le monde mais il faut s’ouvrir à celles-ci et éviter de suivre un chemin qui n’est pas le nôtre parce que bien que la vie nous laisse vivre autant d’expériences qu’on le désire, elle nous laisse également savoir —de manière subtile, ou pas— quand ce ne sont pas les nôtres.

S’il vous faut choisir un camp, choisissez celui de la liberté.

Vous êtes uniques et rien ne pourra vous rendre heureux si ce n’est de trouver votre voie. Votre opportunité. Votre bonheur.

Étant libre, vous vous accordez le pouvoir de lâcher-prise sur la nébuleuse de messages que la société envoie, essentiellement pour vous contrôler. Étudiez, travaillez, conformez-vous, obéissez… c’est ça votre idée du bonheur?

Posez-vous des questions, approchez-vous du gouffre de votre vie mais évitez de tomber dedans car lorsque vous reviendrez de ce bas-fond, vous aurez perdu toute la crasse dans vos yeux qui vous empêchait de voir les opportunités que la vie envoie, juste pour vous.

Faites-vous confiance, soyez libres, lâchez prise et avec tout l’amour du monde, accueillez les opportunités qui existent et que vous n’arriviez pas à voir, avant d’évoluer, vers mieux… vers votre prospérité.

Laisser un commentaire