Accueil Au quotidien Hydro-Québec veut vous empêcher d’économiser grâce aux sources d’énergies alternatives

Hydro-Québec veut vous empêcher d’économiser grâce aux sources d’énergies alternatives

1450

Pourquoi Isabelle Courville, ancienne dirigeante de Bell Canada devenue présidente de la division Transport d’Hydro-Québec est-elle si pressée de vous installer un de ses 3,8 millions de compteurs intelligents?

Qu’est-ce qui presse?

Nos compteurs actuels ont à peine 15 ans sur une durée promise de 25 ans et pourtant, elle et ses complices veulent endetter les générations futures pour installer de coûteux joujoux, des Landis Gyr Focus AXR-SD, sur toutes les emprises électriques résidentielles du Québec. Méchante folie furieuse!

C’est comme si Mme Courville avait un agenda et qu’elle ne nous en parlait pas.

Alors, quel est le sale petit secret que Mme Courville nous cache?

Selon de nombreux observateurs, il pourrait s’agir du fait que les “compteurs intelligents” choisis par Hydro-Québec ne PEUVENT PAS comptabiliser de valeur négative ce qui neutralisera, dans les faits, les efforts des citoyens qui voudraient vendre leur excès d’énergie verte et renouvelable, à la société d’État. Wow! C’est clair que Mme Courville ne le criera pas sur les toits!

Imaginez, grâce à ses compteurs intelligents, Hydro-Québec pourra refuser d’acheter l’électricité —produite en trop par ses clients— sous prétexte que ses nouveaux compteurs ne peuvent pas comptabiliser cet apport au réseau. Double boni: pas de redevances à payer et de l’électricité gratuite, introduite dans le réseau.

Vu la montée en force des panneaux solaires, des éoliennes, des usages domestiques de l’hydrogène et bien sûr, de la géothermie, Hydro-Québec a pris les moyens de combattre ces énergies concurrentes en neutralisant, à la source, toute chance qu’elles puissent, un jour, devenir une source de revenu pour ses citoyens.

Hydro-Québec aura beau dire qu’elle n’agit pas comme une mafia, l’obsession d’Isabelle Courville pour SES compteurs intelligents suscite à la fois l’indignation et la colère. Pour qui se prend-t-elle de venir nous EMPÊCHER de développer notre énergie verte, au Québec?

Et que dire du choix du fournisseur!

Pas question de choisir une entreprise québécoise, ben non! C’est bien meilleur ailleurs, pas vrai, Mme Courville?

Isabelle Courville, dans son infinie sagesse (sic), a décidé de faire pleuvoir des milliards de dollars (provenant de l’endettement sur la tête de NOS enfants) sur une compagnie étrangère, soit Landis Gyr, au lieu d’une compagnie québécoise (en passant, Landis Gyr a été achetée par Toshiba “smart grid” en mai 2011). Bravo, Mme Courville. Vous brillez par votre bon jugement (sic et re-sic), encore une fois!

Sérieusement, à part jouer notre futur pour satisfaire un quelconque agenda obscur, Mme Courville NE SERT PAS l’intérêt des Québécois avec ses niaiseries de compteurs intelligents.

Et que dire des effets nocifs sur la santé de l’électrosmog supplémentaire qui sera causé par ces compteurs? Mme Courville serait-elle inconsciente au point d’alourdir les dégât liés à l’électrohypersensibilité, chez ses clients? Au fond, à en juger de son mutisme complet sur la chose, on peut deviner qu’elle s’en fout, complètement! Au diable la santé des Québécois — les compteurs intelligents s’en viennent!

Qu’est-ce que cette femme fait à la tête de l’importante division Transports d’Hydro-Québec si…

  • elle empêche les Québécois d’aspirer à un avenir énergétique plus vert et renouvelable;
  • elle refuse aux Québécois de pouvoir, un jour, faire de l’argent en revendant de l’énergie verte, via le réseau actuel;
  • elle se fout COMPLÈTEMENT des effets de ses compteurs intelligents sur la santé des Québécois;
  • elle achète 100% de ses coûteux joujoux à l’étranger, aux États-Unis, chez Landis Gyr, dans ce cas-ci;
  • elle essaie de faire croire aux Québécois que c’est pour leur bien alors que ce n’est absolument pas le cas.

Les Québécois n’ont pas à se soucier des histoires d’employés renvoyés parce qu’il n’y aura plus de compteurs à compter pour s’indigner royalement de la venue prochaine d’un ras-de-marée de compteurs dits “intelligents” — en plus des raisons précédemment mentionnées, considérez les problèmes liés à la confidentialité et au respect de la vie privée.

Votre sécurité est sérieusement compromise, avec l’arrivée de ces compteurs. Pourquoi? Très simple…

  • ces nouveaux compteurs connaissent tous vos appareils consommant du courant, quand ils sont utilisés et combien ils consomment;
  • un profil ultra-précis de votre consommation d’électricité peut être cumulé, menaçant du coup votre droit à la vie privé;
  • fini la confidentialité de ce qui se passe dans votre maison car désormais, des employés d’Hydro-Québec, des ministères et bien sûr, de la police pourront tout savoir de l’usage d’électricité —et de vos comportements— dans votre maison;
  • si vous partez en vacance, ce sera plus facile que jamais pour des voleurs de le savoir, à distance… ils n’auront même plus besoin d’aller regarder par vos fenêtres (oui, le compteur Landis Gyr a déjà été piraté et non, ils n’ont rien corrigé dans le modèle qui sera installé par Hydro-Québec… au fond, il se foutent de vous et c’est une façon de plus de vous le prouver).

Si vous faites encore partie des naïfs qui croient aux prétendus bénéfices des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, c’est que vous avez écouté les sornettes d’Isabelle Courville depuis trop longtemps. Qu’importe l’agenda personnel de cette femme, elle n’est pas au service des Québécois ou encore, du meilleur intérêt des Québécois. Ce serait d’ailleurs intéressant de savoir ce qu’elle fait encore en poste après avoir prouvé, à maintes reprises, qu’elle n’a pas nos priorités à cœur.

Est-ce que Mme Courville a pensé à aider les Québécois qui veulent produire leur propre énergie? Non, rien de ce côté. Zéro. Même pas l’ombre d’un coup de pouce.

Est-ce que Mme Courville s’indigne du fait que ses coûteux bidules vont devoir être achetés en empruntant sur la tête de nos enfants, à Wall Street? Bien sûr que non! Son “fun”, c’est de nous endetter pour des futilités qui vont nous asservir le plus totalement possible, au plan énergétique. Quel maître Mme Courville essaie-t-elle de servir en humiliant le peuple québécois, comme elle le fait?

Qu’importe ce que Mme Courville et ses complices en pensent, les Québécois doivent dire NON aux compteurs intelligents d’Hydro-Québec. Si on doit dépenser des milliards de dollars, il faudra ABSOLUMENT que ça se fasse au Québec. Qui plus est, les compteurs installés devront TOUS favoriser l’installation d’énergies vertes et renouvelables. C’est non-négociable!

Est-ce que Mme Courville entendra raison ou est-ce qu’elle fera à sa tête, comme à l’habitude?

Il ne faut pas trop fonder d’espoir sur cette ingénieure et avocate qui prouve, à chaque jour où elle collecte un immense salaire pour étaler sa relative incompétence et son manque de loyauté envers le peuple québécois, qu’elle ne mérite ni notre admiration, ni notre complicité… ni notre confiance.

Elle nous a joué dans le dos pendant qu’on était occupés à gagner notre vie. Et là, elle voudrait installer des compteurs intelligents pour nous contrôler encore davantage et nous enfermer dans un cul-de-sac technologique? La réponse des Québécois à Mme Courville: NON à vos compteurs intelligents et à vos dépenses sans fin pour les installer et les entretenir.

Au final, Hydro-Québec a PEUR de la capacité des Québécois à se prendre en main, au plan énergétique.

L’installation, à la hâte, des compteurs intelligents, vise à empêcher les Québécois de se libérer des frais de plus en plus d’Hydro-Québec, pour de l’électricité, à tous les mois.

Pour en savoir plus au sujet des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, consultez le site de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique et assurez-vous de signer la pétition, à l’Assemblée nationale, qui veut empêcher l’installation de ces compteurs sur nos maisons.

1 COMMENTAIRE

  1. Si on veut vraiment économiser l’énergie, on peut faire remplacer les fenêtres ou mieux encore, isoler sa maison. Je ne me fie pas à ces compteurs intelligents.

Laisser un commentaire

eleifend massa felis dolor risus. mattis adipiscing odio