La montée silencieuse des vaccins

Si vous trouvez qu’il y a trop de vaccins et que leurs effets secondaires sont mal connus, vous faites probablement parti des millions de parents québécois qui commencent à s’inquiéter sérieusement de tout ce qu’on apprend, à propos de ces “doses vaccinales” fortement suggérées pour tous les enfants.

silence_on_vaccine

Lorsqu’on consulte un médecin, celui-ci prodigue des actes médicaux qui ont été autorisés par ses pairs (au Collège des médecins, notamment) et gare à lui s’il sort de cet ensemble limité d’actes médicaux.

C’est ce genre de jusqu’au-boutisme médical (et médical, seulement) qui indispose autant de parents qui comprennent qu’à part injecter un virus inoculé sous la peau d’un enfant, le médecin ne fait peut-être pas assez d’efforts pour promouvoir activement la “santé globale” de celui-ci et ainsi, minimiser (ne serait-ce qu’en partie) l’utilité du recours quasi-automatique au vaccin pour “protéger sa santé”.

Avec autant d’enfants dont la vie a basculé pour le pire après l’administration de vaccins (sans aucune admission de faute de la part des médecins), les voix s’élèvent pour réclamer de véritables réponses à tous ces “effets secondaires” qu’on constate, sur le terrain.

La vaccination massive qui a cours présentement, sous les auspices du duopole médico-pharmaceutique est-elle vraiment la seule voie possible, pour “protéger” les enfants?

Au moment où tant de questions sont posées à propos de l’utilité réelle (et des effets secondaires) des vaccins, le documentaire “Silence, on vaccine” de Lina B. Moreco tombe à point donné.

Ça fait du bien de voir que l’Office national du film sort de son carcan généralement monotone pour nous offrir un documentaire audacieux qui cadre parfaitement avec les grandes questions qui se posent, en société, à l’heure actuelle.

Lorsqu’il est question de la santé de leurs enfants, les parents québécois n’entendent pas à rire.

Souhaitons que ce documentaire aidera davantage de parents à comprendre un peu mieux pourquoi l’establishment médical du Québec préfère ne pas faire trop de bruit avec ses nombreux vaccins.

Tags: vaccins, vaccination, lina b. moreco, office national du film, onf, documentaire, enfants, virus inoculé, effets secondaires, thimérosal, mercure, autisme, médecins

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus récents billets

Nombre record de jets au FEM de Davos, en 2020

À voir le nombre effarant de jets ultra-polluants qui se disputent les pistes d'atterrissage autour de Davos,...

RDL: Andrée Laforest ne veut pas être dérangée

Pour ceux qui ne connaissent pas Andrée Laforest, c'est la députée caquiste pour Chicoutimi qui officine en tant que:

La Régie du logement sert mal les locataires

Au Québec, les locataires qui habitent des appartements peuvent faire appel à la Régie du logement (RDL). À titre...

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à l'usage, il appert que le...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

D'autres billets à découvrir