La paranoïa des “grands médias” à propos de l’influenza A(H1N1)

À lire aussi

Le coaching santé dans les médias sociaux

Les idées ne manquent pas dans le créneau des coachs de santé qui utilisent de manière intensive...

Les logements qui appauvrissent leurs locataires

La location d'un logement peut s'avérer pratique pour un locateur qui souhaite n'y rester qu'un temps...

Le 3e lien n’est pas aussi performant que le télétravail pour soulager le réseau routier

L'idée d'un 3e lien entre Québec sur la rive-nord et Lévis, sur la rive-sud, nous fait espérer...

Au moment où les agences de santé publique ne savent plus quoi inventer pour faire peur aux Québécois avec leur “pandémie qui ne lève pas”, les gens se doutent qu’il y a anguille-sous-roche.

En plus des poisons que contiennent tous les vaccins canadiens, incluant celui qui commence à être distribué contre l’influenza A(H1N1), il y a un autre empoisonnement qui fait très peur: celui de vos esprits.

Les “grands médias” ne font PAS leur travail d’investigation.

Ils se contentent de relayer la propagande gouvernementale dite “officielle” parce qu’ils ne veulent pas s’aliéner les riches annonceurs du duopole médico-pharmaceutique et du gouvernement.

En répétant la “fable autorisée”, les “grands médias” disent vouloir contribuer à “protéger le public d’une pandémie” mais comme on l’a vu, même si l’OMS a monté son niveau d’alerte au niveau 6, il n’y a pas encore eu de pandémie!

Faute d’une réelle pandémie, l’OMS, les gouvernements “locaux”, le duopole médico-pharmaceutique et les “grands médias” ont uni leurs forces pour créer une psychose sociale contre un virus qui semble avoir bien du mal à évoluer au niveau pandémique, par ses propres moyens.

Il faut bien écouler les milliards de dollars de vaccins, diront les “autorités”, sous le couvert d’un anonymat relatif.

Et ils ont bien raison.

Si le proverbial “bétail” ne veut pas se faire vacciner, il faut provoquer une crise — un peu comme les attentats du 11 septembre 2001, à New York, qui ont permis de retirer un pan complet des droits et libertés de tous les citoyens de la Terre parce que la CIA avait fait croire que des “barbus dans des cavernes” avaient déjoué la plus redoutable armée de la planète.

On peut dire que la “crise H1N1” s’apparente à une répétition du 9/11, en 2009.

Le but, c’est de donner l’impression d’une réelle pandémie pour que vous, citoyen Québécois, acceptiez de vous faire empoisonner par un vaccin en vous disant que le “méchant virus” est encore pire (ce qui n’est pas le cas, selon ce qu’on a pu voir, à ce jour). Qui plus est, les “grands médias” insistent pour dire que l’influenza A(H1N1) est un virus alors que, dans les faits, c’est un nanovirus — plus de un (1) million de fois plus petit qu’un virus.

Aucun “grand média” ne parle de prendre du soleil, d’éviter les contaminants toxiques (incluant les vaccins, en passant), de faire de l’activité physique (en plus de faire le plein d’oxygène), de bien s’alimenter, de prendre ses vitamines et minéraux et de diminuer son stress.

Oh! Que non!

Pour les “grands médias”, votre seul salut, c’est la vaccination!

Un aiguille dans le bras et un baillon sur la bouche, c’est comme ça que le gouvernement et ses complices du duopole médico-pharmaceutique vous aiment. Dociles et obéissants.

Et le pire, c’est que ces dizaines de milliers de nos concitoyens sont assez naïfs pour croire à cette propagande et vont jusqu’à faire la file pour se faire injecter leur poison, tout ça sous l’œil des médecins qui bénéficieront du flot de malades qui ira en augmentant au cours des prochaines années et décennies, lorsque les poisons dans les vaccins auront fait leur œuvre dans le corps des “vaches-à-portefeuille” qui auront supplié les “autorités publiques” de les empoisonner!

Si vous, simple citoyen, deviez mettre un vaccin sur le marché avec l’actuelle formulation du “vaccin contre l’influenza A(H1N1)”, il serait considéré comme une “arme bactériologique” — rien de moins.

Et vous, naïfs à souhait et hypnotisés par les “grands médias”, allez inviter les “autorités publiques” à vous injecter cette arme biologique active et mortelle (oui, vous pouvez mourir du vaccin, malgré les prétentions de ceux qui veulent vous garder aussi ignorants que possible).

Recommencez à penser par vous-même et dites NON à tous les vaccins.

Cessez d’être le cobaye des manufacturiers de vaccins empoisonnés. Ce n’est pas parce que les “autorités publiques” y trouvent leur compte, en vous lobotomisant chimiquement pour mieux vous contrôler, que vous devez courir dans leur piège pour aller leur baiser les bottes.

Prenez le contrôle de votre vie, de votre conscience et de votre santé.

Les “grands médias” vont tout faire pour vous susciter la paranoïa mais il vous appartient de résister à leurs mensonges. Un vaccin empoisonné, pour vous ou n’importe qui, c’est un vaccin de trop.

Tags: vaccination, vaccins, vaccins empoisonnés, non aux vaccins, non à la vaccination, contre la vaccination, danger vaccins, paranoïa, grands médias, gouvernements, pandémie, duopole médico-pharmaceutique, médecins corrompus, manufacturiers de vaccins, mensonges, poisons, formaldéhyde, sels d’aluminium, squalène, citoyens, québec

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Plus récents billets

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

Portrait des 0-5 ans au Québec

Entre les âges de 0 à 5 ans, les tout-petits dépendent entièrement de leur parent ou tuteur pour vivre. L’Observatoire des...

Stockage des données… dans du verre

Microsoft travaille présentement avec le Centre de recherche d'optoélectronique de l'université de Southampton, en Grande-Bretagne, sur le Projet Silica (ou "Project Silica",...

Stéphane Blais, candidat dans Jean-Talon

La démocratie directe intéresse de plus en plus d'électeurs qui apprécient cette approche présentement utilisée, avec succès, en Suisse. Après tout, pourquoi...

D'autres billets à découvrir

neque. risus justo mi, facilisis porta. sed lectus