Pendant que vous vous arrachez le cœur pour nourrir votre famille, payer vos dettes, votre loyer et la location de votre automobile, le “bon rouge” Sam Hamad se la coule douce.

En fait, le président du Conseil du trésor a simplement avisé le premier ministre Philippe Couillard qu’il se retirait et malgré le fait qu’il fait 0% de son travail, il garde 100% de son gros salaire de ministre.

Oui, Sam Hamad a compris comment rire au visage de tous les contribuables du Québec.

Alors qu’il fait l’objet de sérieuses accusation de trafic d’influence, en tandem avec son “bon ami” Marc-Yvan Côté, pour le bénéfice de Premier Tech, de Rivière-du-Loup, une entreprise qui n’est pas située dans son comté de Louis-Hébert, à Ste-Foy, il a simplement décidé de se sauver vers une cachette, dans le Sud.

On le voit ici dans l’avion, tout relaxe en train de piquer un petit somme.

sam-hamad-dans-lavion-pour-la-floride-avril-2016

Les poches pleines d’argent, aux côtés de sa douce, sans aucun stress.

Elle est pas belle, la vie de ministre?

Si ce qui a été expliqué à l’émission Enquête est vrai, au sujet du trafic d’influence de Sam Hamad, pour le compte de Premier Tech et aussi, pour son financement politique, ce sont des allégations très graves. On a aucune raison de douter de la véracité des faits exposés par Radio-Canada mais on rappelle que Sam Hamad, comme tous les citoyens canadiens, bénéficie présentement de la présomption d’innocence.

C’est bien beau l’innocence mais sa décision apparemment unilatérale de partir dans le Sud, en Floride et plus précisément à Naples, vient de couler sa carrière politique, probablement pour toujours.

Il s’en fout peut être parce qu’il a déjà droit à sa pension à vie de député à l’Assemblée nationale alors il va pouvoir vivre le reste de sa vie dans le gros luxe, en Floride, si ça lui chante. Une autre façon de vampiriser le trésor public québécois mais pour ça, il peut se féliciter d’avoir compris comment profiter du système.

Naples

Le Journal de Montréal serait entré en contact avec la station WINK de CBS, à Naples, en Floride qui en ont profité pour aller filmer Sam Hamad en train de jouer au golf.

Vous avez bien lu, Sam Hamad est en Floride en train de collecter SON PLEIN SALAIRE à jouer au golf.

sam-hamd-sur-wink-news-cbs

Rien de trop beau pour les “bons amis libéraux” de Philippe Couillard, apparemment.

En tant que contribuable, dites-vous qu’il y a un peu de vous dans ce rythme de vie princier. Et Sam Hamad va trouver plein de bonnes raisons pour justifier de jouer au golf pendant qu’il insiste pour collecter 100% de son salaire de ministre… alors qu’il ne fait RIEN pour mériter ces montagnes d’argent.

des-vacances-toutes-depenses-apyees

partez-brule-revenez-bronze

Riche comme Sam, tout devient possible, incluant d’avoir un luxueux condo au Vanderbilt Country Club de Naples, en Floride où il fait 27 degrés Celsius, aujourd’hui, pendant qu’il fait -8 degrés, ici, à Québec.

maison-du-vanderbilt-country-club

boise-du-vanderbilt-country-club

C’est donc ben payant, être ministre libéral!

Il peut bien faire la chasse de manière aussi vicieuse aux plus pauvres de notre société. Il a sa cachette en Floride pour fuir les conséquences de ses décisions politiques toxiques.

sam-hamad-deux-poids-deux-mesures

Disons que Sam Hamad vient de faire monter d’un cran le cynisme de la population contre la classe politique.

Retour au Québec

Là, ses collègues libéraux seront soulagés d’apprendre que leur “bon rouge” Sam Hamad a décidé de revenir au Québec, jeudi pour siéger sur les banquettes de l’Assemblée nationale.

À n’en pas douter, il sera la “vedette” du jour!

La rumeur veut qu’il ne reste qu’un très court moment (genre, une ou deux journées) pour ensuite repartir vers la Floride, pour “se reposer”.

Paraît-il qu’il reviendrait au Québec pour “répondre aux questions” du commissaire à l’Éthique de l’Assemblée nationale mais au fond, on ne sait à peu près rien de son agenda.

Sam Hamad aura beau prétendre qu’il est allé en Floride pour se reposer, les contribuables ont bien compris qu’il s’est payé des vacances aux frais des contribuables, si l’on se fie aux faits qui ont été observés et rendus publiques.

Shares