Le plan particulier d’urbanisme (PPU) qui avait été adopté en 2012, pour les abords du boulevard Laurier, à la sortie des échangeurs autoroutiers, à Ste-Foy, permettait d’élever un édifice de 29 étages mais avec l’annonce du Phare, ça va aller bien plus haut.

Avec l’annonce de Michel Dallaire du Groupe Dallaire, le PPU devra désormais permettre la construction d’un édifice pressenti pour atteindre les 65 étages mais ça pourrait finalement être un peu plus ou un peu moins. Le PPU devra être adopté rapidement, probablement en 2015, puisque la construction de la tour principale du Phare doit commencer à la fin de 2016 pour s’échelonner sur une période de 10 ans.

Le maire Régis Labeaume avait demandé un édifice “phare” au Groupe Dallaire et là, il est servi. Personne ne pourra manquer cet édifice (et encore moins le complexe, une fois construit) lors de l’entrée en ville. Il ne fait aucun doute que Labeaume modifiera le PPU pour que Le Phare puisse être construit car dans le cas d’un PPU, comme c’est le cas ici, la mécanique usuelle de consultation, de signature de registre et de référendum ne s’applique pas.

Jusqu’à présent, il y a eu des gens favorables au projet mais aussi, des détracteurs.

Les gens heureux de voir arriver ce gratte-ciel célèbrent les 600M$ d’argent privé qui serra injecté dans l’économie locale, de 2016 à 2026. Ça va donner du galon au quartier et ça pourrait attirer des locataires prestigieux.

Les détracteurs, pour leur part, critiquent le design du complexe et de la tour en dénonçant son aspect massif et peu adapté au secteur (disproportionné). L’ajout de 2,000 déplacements par jour (résidents et employés des bureaux) pourrait contribuer à engorger encore davantage le boulevard Laurier et les rues avoisinantes.

Dans les deux camps, chacun a son idée mais c’est normal que tout le monde se prononce sur un projet qui va avoir un impact visuel et fonctionnel important dans la vie des gens de Québec.

Au fond, c’était illusoire de penser qu’un si grand projet ne ferait pas l’objet de discussions et de critiques.

le-phare-du-groupe-dallaire-39

le-phare-du-groupe-dallaire-18

le-phare-du-groupe-dallaire-0

La tour principale logera 17 étages de commerces, un peu comme l’actuelle Tour 1 du Complexe Jules-Dallaire et la balance ira pour un hôtel et des logements, aux étages supérieurs. Au fil du temps, nous en saurons plus sur chacun de ces segments.

Publiquement, le Groupe Dallaire a dit espérer faire de cette tour un “nouvel emblème” à l’entrée Ouest de Québec qui “marquera de façon significative la ville, sa fierté et son rayonnement”, rien de moins. En privé, c’est un projet qui s’annonce rentable s’il est loué et comme le Groupe Dallaire ne semble avoir aucune difficulté à louer ses espaces commerciaux ou à vendre ses condominiums, on peut penser que le projet annonce une rentabilité sans précédent.

Ce sera une adresse recherchée par les gens fortunés. Après tout, la vue sera véritablement imprenable! Les “boomers” en mal de sensations voudront absolument “habiter le ciel” à cet endroit puisqu’aucun autre édifice ne sera aussi haut.

Alors voilà, le PPU ne posera aucun problème pour Le Phare du Groupe Dallaire et en ce sens, Michel Dallaire peut dormir tranquille. Qu’importe les opinions des uns et des autres, son projet pourra aller de l’avant, sans contrainte.

Avez-vous hâte de voir cette haute tour pousser dans le “skyline” de Ste-Foy?

Shares