Le Sommet, tout ça pour si peu…

La ville de Québec aura été assiégée par plus de 4,000 policiers (d’un bout à l’autre du Canada) pour permettre aux membres de l’Organisation internationale de la francophonie de discuter jusqu’à dimanche mais sans arriver à quoique ce soit de bien utile.

Il n’y a que très peu d’engagements concrets émanant des pays membres et considérant les coûts de cette “grande messe de la francophonie”, on aurait été en droit de s’attendre à mieux.

Le fruit du travail des chefs d’État et dignitaires d’une soixantaine de pays réunis pendant presque trois jours, c’est la déclaration (que vous pouvez télécharger, en format .pdf) comportant 73 points qui, disons-le, ne contiennent rien de bien contraignant pour les pays membres de la Francophonie.

Il a été question de la langue française, certes mais l’essentiel des débats a tourné autour de la crise financière internationale pour laquelle des dirigeants tentent de trouver des solutions.

Puisque ces “grands penseurs” semblent être en panne d’idées, à cet égard, je leur offre gratuitement les petits conseils suivants…

  1. Interdire -tous- les produits dérivés, incluant une éventuelle bourse du carbone, véritables torpilleurs de l’économie légitime — ce n’est pas normal que des spéculateurs s’enrichissent aussi éhontément en ne créant rien et en mettant une pression insoutenable sur le reste de la société;
  2. Augmenter le salaire minimum et en instituer un, s’il n’y en a pas — une économie locale ou mondiale basée sur des “sweat shops” n’a AUCUN AVENIR viable et ne fait qu’engendrer la misère;
  3. S’assurer que la Banque Centrale d’un pays soit à 100% SOUS LE CONTRÔLE PUBLIQUE et non sous la griffe d’intérêts privés, comme dans le cas de la Fed, aux États-Unis;
  4. Permettre à TOUT LES CITOYENS et pas seulement aux riches banques déjà milliardaires (et trilliardaires) d’avoir “le droit” d’emprunter à la Banque Centrale pour un taux d’intérêt maximal de 2% par année afin d’éliminer le piège sans fin du crédit accompagné de taux d’intérêts élevés;
  5. Élever des barrières tarifaires empêchant les transnationales sans gêne de TUER LES ÉCONOMIES LOCALES via leurs IMPORTATIONS MASSIVES de produits provenant de l’étranger — oui au commerce mais de manière respectueuse pour les économies locales;
  6. Foutre la Banque mondiale et le Fonds monétaire internationale à la porte — ces deux organisations ont tellement de sang sur les mains que ça dépasse l’imagination et pourtant, avec leurs politiques viciées, malsaines et profondément malveillantes, elles continuent de faire des victimes en utilisant des causes en apparence justes pour forcer les pays endettés à obéir à leur dictat;
  7. Se distancer de l’ONU qui utilise son pouvoir pour établir le nouvel ordre mondial basé sur l’appauvrissement collectif, la guerre, les conflits sociaux et la mort.

On pourrait continuer comme ça pour encore quelques points mais on va s’arrêter là parce que les “dignitaires” qui ont participé au Sommet sont tellement endettés qu’ils ont probablement déjà vendu leur peuple —et leur âme— à rabais pour satisfaire aux visées des puissants banquiers qui les ont fait tomber dans leur piège.

Pour que le monde s’en sorte, les gens doivent se parler face-à-face, à l’extérieur des structures rigides comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international ou l’Organisation des nations unies. Toutes ces structures visent à punir les pays qui n’obéissent pas au doigt et à l’œil aux nouveaux “maîtres du monde” qui multiplient les façades bénévolentes pour mieux masquer la froideur de leur agenda.

Avec Jean Charest qui embrasse la suggestion de Ban Ki-Moon de tenir les prochains Sommets de la francophonie sous les auspices de l’ONU, disons que ça en dit long, pour quiconque a décodé le véritable agenda de cette organisation dirigée dans l’ombre par des individus et des transnationales qui n’ont AUCUNE ÉGARD pour les simples citoyens et encore moins pour “les pauvres”.

Le fait que le Sommet se soit tenu à huis clos, à l’abri du regard des médias et aussi loin que possible du public (constitué de “simples mortels”) en dit long.

Les dirigeants de ces pays francophones préfèrent discuter en catimini alors ça ne prend pas un génie pour deviner qu’il s’y discute des choses qui ne vont pas dans l’intérêt du plus grand nombre. Si ce qu’ils avaient à dire était bon pour tout le monde, ils n’auraient pas barré leurs portes et interdit la présence de journalistes.

Il faut aussi savoir que seulement 20% des populations des pays de la Francophonie peuvent effectivement parler français ce qui replace les enjeux dans leur contexte.

Les dirigeants ont aussi parlé de changements climatiques mais se sont contentés de parler de réduire les gaz à effets de serre d’au moins 50% d’ici 2050… quelle grosse farce! Pensez-y, 2050. C’est dans 42 ans! La Francophonie dit appuyer le Protocole de Kyoto mais dans les faits, ça ne veut à peu près rien dire.

Le premier ministre Harper en a aussi profiter pour dilapider 100M$ de VOTRE ARGENT en s’engageant à le mettre à la disposition des pays les plus pauvres du continent africain, des Caraïbes et du Pacific Sud dans l’année qui vient pour minimiser les effets des changements climatiques chez eux.

Pendant ce temps, le même gouvernement Harper tente de faire passer une dépense de 490MM$ pour l’armée. On voit où sont les priorités des Conservateurs!

En faisant un petit calcul facile, on peut dire que M. Harper préfère l’armée 4,900 fois plus que la lutte aux changements climatiques dans les pays les plus pauvres — ça replace un peu les chiffres dans leur contexte pour ceux qui n’avaient pas eu le temps de suivre l’actualité.

Abdou Diouf, le secrétaire général général de l’OIF semblait rayonnant au terme du Sommet qui, dit-il, a dépassé toutes ses attentes. Wow! Une chance qu’il n’a pas lu et entendu tout ce qui s’est dit sur “son” Sommet parce qu’il en ferait probablement de l’urticaire. Mais bon, puisqu’il s’est barricadé tout le week-end, il n’a pas eu à se mêler “à la populace” qui aurait bien voulu lui poser des questions.

On souhaite un bon retour chez-eux aux quelques 4,000 policiers de la GRC qui sont venus nous montrer leur bel “air de bœuf” et nous confirmer qu’ils n’ont rien à faire de la langue française… même lors d’un Sommet de la francophonie!

Tags: sommet de la francophonie, abdou diouf, conclusions du sommet, recommandations concernant la crise financière, crise du crédit, crise sur wall street, banquiers, non aux produits dérivés, francophonie, pays francophones, dignitaires de la francophonie, vase clos, huis clos, interdit aux médias, québec assiégée par 4000 policiers, policiers de la grc à québec, état policier, stephen harper, jean charest, onu, bm, fmi, guerre, endettement, citoyens, droits, enjeux

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus récents billets

Nombre record de jets au FEM de Davos, en 2020

À voir le nombre effarant de jets ultra-polluants qui se disputent les pistes d'atterrissage autour de Davos,...

RDL: Andrée Laforest ne veut pas être dérangée

Pour ceux qui ne connaissent pas Andrée Laforest, c'est la députée caquiste pour Chicoutimi qui officine en tant que:

La Régie du logement sert mal les locataires

Au Québec, les locataires qui habitent des appartements peuvent faire appel à la Régie du logement (RDL). À titre...

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à l'usage, il appert que le...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

D'autres billets à découvrir