On apprend aujourd’hui que quelques 200,000 doses d’un vaccin (contre la grippe porcine) ne contenant pas d’adjuvants nous arrivent de l’Australie.

Ces doses vaccinales sont destinées, en exclusivité, aux femmes enceintes.

Ainsi, il y aura deux (2) variantes de vaccins administrés aux Canadiens et aux Québécois…

  • des vaccins contenant des adjuvants; et
  • des vaccins (provenant de l’étranger) ne contenant pas d’adjuvants.

Pourquoi s’en faire avec les adjuvants?

Parce qu’une fois entrés dans votre système, ils n’en ressortent plus.

Les adjuvants sont des produits toxiques pour l’homme et garantissent à celui ou celle qui les reçoit de devoir composer avec les conséquences de ces poisons.

Pourquoi les femmes enceintes ont-elles reçu ce “traitement de faveur”?

Parce qu’elles se sont plaint, tout simplement.

Mais…

Ces vaccins provenant de l’étranger ne seront jamais testés par les “autorités publiques” canadiennes ou québécoises alors ce sera impossible de vraiment savoir s’il n’y a pas d’adjuvants ou pas. Comme toujours, il faudra se fier, à 100%, à la “parole” du manufacturier du vaccin.

Les adjuvants stimulent le système immunitaire qui doit, après l’injection du vaccin, combattre le virus de grippe inoculé. Le problème, c’est qu’avec la plupart des adjuvants et selon la dose (rapport entre la concentration et le poids d’un individu), le système immunitaire risque d’être trop stimulé et ainsi provoquer des réactions pathologiques très dommageables ou même, la mort (souvent via l’inflammation du cerveau).

La plupart des adjuvants sont à base de sels d’aluminium ou d’huile (comme le squalène). Dans ces deux cas, il s’agit de substances toxiques pour l’homme qui présentent des dangers réels et documentés.

Pourtant, il n’y aura que les femmes enceintes qui auront “le droit” d’être dispensées de l’agression sauvage des adjuvants contre leur système immunitaire.

Tous les autres “receveurs”, incluant les enfants, devront faire face aux adjuvants qui resteront pour toujours dans leur corps.

Une infime minorité d’individus pourraient choisir de se faire détoxifier mais il s’agit d’une procédure dangereuse qui peut entraîner la mort (lorsque le contaminant toxique se loge ailleurs, dans le corps, notamment dans le cerveau).

Alors, quand les “autorités publiques” et les “grands médias” osent dire que le vaccin est “sécuritaire”, ils vous mentent en plein visage!

Depuis le début, cette histoire de pandémie est truffée de mensonges et de propagande et là, c’est simplement un mensonge de plus.

Si le “vaccin normal” était si “sécuritaire” que ça, le Canada n’aurait pas besoin d’importer 200,000 doses de vaccins “moins dangereux”, en provenance d’Australie.

La réalité, c’est que l’ensemble des gens qui se feront vacciner recevront LA PLEINE DOSE D’ADJUVANTS alors soyez très prudents parce qu’une fois votre corps contaminé avec des poisons, des adjuvants et des virus (apparemment inoculés), il sera trop tard pour dire NON.

Réfléchissez à ce qui se passe et dites NON à tous les vaccins.

Refusez le barrage de propagande pro-vaccins qui a présentement cours.

Vous êtes en train de vous faire MENTIR au visage et il vous appartient d’agir en conséquence. Avec ou sans adjuvants, les vaccins demeurent des armes bactériologiques qui causent TOUJOURS des dommages, plus ou moins observables, à votre santé.

Tags: non aux vaccins, vaccins danger, non à la vaccination, adjuvants, mercure, formaldéhyde, sels d’aluminium, squalène, doses de vaccins, ne pas se faire vacciner, canada, québec, citoyens, enfants, femmes enceintes, sans adjuvants, santé, maladie, toxines, neurotoxines, poisons toxiques, armes bactériologiques, gouvernements, duopole médico-pharmaceutique

4 Commentaires

Laisser un commentaire