Lorsqu’une transnationale étrangère, œuvrant dans l’exploitation pétrolière, vient salir votre pays, de manière répétée et sans scrupules, ça a tout pour mettre les victimes de ce gâchis pétrolier en colère.

Mais quel État arrive à obtenir justice devant ces abuseurs?

Même le Canada semble édenté lorsque vient le temps de mettre à l’amende les pétrolières qui exploitent nos sous-sols, comme dans le cas des sables bitumineux, en Alberta.

Alors c’est une énorme nouvelle lorsqu’un pays comme l’Équateur décide de défendre son peuple contre une transnationale comme Chevron, basée aux États-Unis mais œuvrant un peu partout, dans le monde.

Voici une histoire qui, espérons-le, inspirera d’autres pays à défendre leur environnement et la santé de leurs habitants contre des exploiteurs sans morale qui viennent souiller leur coin du monde.

Bonne lecture…

Le gouvernement équatorien a décidé de traduire la multinationale pétrolière  devant la  de La Haye pour les dommages causés à l’environnement durant les vingt-six années d’exploitation en forêt amazonienne. Cette nouvelle a fait l’effet d’une bombe en . Quito présentera un rapport détaillé sur les dégâts causés d’ici la fin de l’année.

le-petrole-qui-empoisonne-plusieurs-equatoriens

« Les négligences de la multinationale ont causé des graves maladies et des malformations aux 30.000  qui vivent dans la région où la multinationale a sévi », selon le journal La Hora Nacional. Le site Confirmado.net parle quant à lui de 680.000 barils de  brut qui auraient été déversés dans les provinces d’Orellana et de Sucumbios. La faune et la flore y sont fortement touchées et les rivières polluées.

Le taux de mortalité est, comme on pouvait s’y attendre, très fortement élevé dans les deux provinces. Un recensement effectué par le gouvernement a montré que le nombre de cancers y était trois fois plus élevé que dans le reste du pays.

Selon l’agence de presse Andes, pas moins de 80.000 analyses mettent en évidence l’existence de produits toxiques dans les sols et dans l’eau résultant de l’extraction du pétrole. Un rapport de 2008 de l’institut de recherche de l’université catholique de Guayaquil affirme que les femmes qui boivent de l’eau à moins de 200 mètres des installations pétrolières ont 147 % de risques supplémentaires d’avortement par rapport à celles qui vivent là où il n’y a pas de . Dans les zones touchées, 30 % des enfants souffrent d’anémie ; ce pourcentage monte à 50 % chez les adultes. 70 % de la population qui nettoyait le pétrole ont des problèmes de peau, des problèmes neurologiques, des intoxications respiratoires, des problèmes digestifs et articulaires, ou des malaises.

petrole-deverse-en-equateur

Le combat mené par le gouvernement équatorien contre Chevron a été accueilli avec enthousiasme par les Équatoriens vivant aux États-Unis. Ils ont organisé des rassemblements devant le siège des Nations Unies.

De nombreux manifestants ont montré leurs mains tâchées de noir en signe de solidarité avec le Président . La semaine dernière, ce dernier avait trempé les siennes dans la boue et le pétrole comme une preuve de pollution causée par Texaco (rachetée en 2001 par Chevron). Correa a en outre lancé un appel au boycott mondial des produits pétroliers du géant étasunien tout en étant à l’origine de la campagne « la mano negra de Chevron » (la main noire de Chevron).

tentative-de-nettoyage-du-petrole-en-equateur

Le ministre des affaires étrangères de l’Équateur, Ricardo Patiño, s’est fait dans le même temps le porte-parole de la souffrance des communautés indigènes. Il a exhorté la multinationale Chevron à remplir ses obligations. Le colosse pétrolier s’est refusé jusque-là à payer les indemnités (environ 20 milliards de dollars) fixées par la Cour de  de la province de Sucumbios.

Capitaine Martin

Incroyable de voir un pays se tenir debout contre Chevron!

Les compagnies pétrolières exploitent nos énergies non-renouvelables sans égard à l’environnement ou alors, très peu.

En plus des dommages à la terre, l’eau et l’air, des compagnies comme Chevron empoisonnent sciemment les populations locales, souvent vulnérables puisque très exposées à leur pollution systématique de leurs zones d’opération… et les alentours.

Le monde doit ouvrir les yeux devant le fiasco environnemental provoqué par les pétrolières et exiger qu’elles cessent de massacrer notre Terre et ses habitants pour maximiser leurs profits.

Si ça prend une cour de justice pour faire comprendre ce message aux pétrolière et bien, qu’il en soit ainsi.

Laisser un commentaire