Au moment où les automobilistes de Québec réclament un troisième lien pour soulager les énormes embouteillages sur le réseau routier de Québec et de Lévis, surtout aux heures de pointe du matin et du retour à la maison, en après-midi, le maire de Québec, Régis Labeaume, surprend tout le monde en se rangeant derrière l’obscure projet de “service rapide par bus” souvent appelé “SRB”.

Ailleurs dans le monde, la totalité des projets de SRB ont été des flops mais pourtant, Régis Labeaume qui ne veut clairement pas écouter sa population pour l’aider à obtenir un troisième lien afin de régler une bonne partie des problèmes de congestion à la tête des ponts essaie d’enfoncer son SRB dans la gorge des citoyens de Québec et de Lévis.

Comme si les automobilistes allaient avoir une changement complet de leur mode de vie et allaient adopter le transport en commun, inflexible, lent et coûteux en regard du service rendu. Qu’importe la rapidité du SRB, ce sera un flop, comme ailleurs.

Mais Régis Labeaume n’a aucun problème à s’engager dans ce projet encore opaque et ce, à raison de plusieurs milliards de dollars. Au diable la dépense!

Qu’est-ce qui a pris maire de Québec de rejeter l’idée d’un troisième lien, réclamé par presque tous les automobilistes, pour ne retenir que le projet de SRB, qu’il prétend être “appuyé par 77% de la population” mais qui dans les faits, ne semble intéresser personne, surtout que ça va nous coûter probablement plus cher que de bâtir un nouveau pont sans soulager les problèmes futurs de trafic automobile.

Le secret que Labeaume ne voulait pas que la population découvre porte un nom: l’Institut de développement urbain du Québec (IDU).

C’est une opération des riches, pour les riches.

l-idu-et-ses-riches-membres

partenaires-de-l-idu

Pour être plus clair, ce sont des riches qui se sont réunis en meute pour mieux s’attaquer au portefeuille des contribuables afin de faire construire une SRB qui va servir LEURS INTÉRËTS À EUX et non les nôtres.

Mais ce SRB qui sera BON POUR EUX sera construit à NOS FRAIS, à nous.

Vous voyez l’arnaque?

Vous comprenez que Régis Labeaume choisit de se coller aux riches et à leurs demandes, au lieu de prendre le parti du peuple?

Pour bien vous situer, voici les riches membres-lobbyistes de l’IDU qui se sont inscrits au registre des lobbyistes:

  1. Elias Benhamou (associé principal chez Davies Ward Phillips & Vineberg LLP)
  2. Andre Boisclair (oui, celui-là)
  3. Mario M. Caron (grosse pointure chez Norton Rose Fulbright)
  4. Michel Dallaire (du Groupe Dallaire)
  5. Stéphane Dion (directeur régional pour Québec, à l’IDU)
  6. Martin Galarneau (partenaire chez TMSA, à Montréal)
  7. Daniel Peritz (de Canderel Property Management)
  8. Peter Picciola (de Ivanhoé Cambridge, propriétaire de Place Ste-Foy)
  9. Pascale Roy (vice-présidente, Gestion de l’actif – Est du Canada
    pour les Conseillers immobiliers GWL inc.)
  10. Claude Sirois (de l’équipe de direction d’ivanhoe Cambridge)
  11. Catherine Thibault (directrice des opérations et du développement, à l’IDU)

Fait intéressant, le nom d’André Boisclair était sciemment écrit sans l’accent aigu sur le “é” d’André, dans le registre du lobbyisme. Ça fait sourire, venant d’un homme qui voulait devenir premier ministre du Québec, la seule province francophone d’Amérique. Mais bon, c’est juste un clin d’œil.

On revient à nos affaires.

Parmi ceux qui ne sont pas inscrits dans cette liste mais qui sont directement associés à l’IDU, on retrouve Nathalie Roussin des Immeubles Roussin, Julie Roy, présidente et chef de la direction de l’entreprise ROY (auparavant les Services Ménagers Roy), Brian Salpeter, vice-Président principal, développement, porte-feuille de l’Est du Canada La Corporation Cadillac Fairview, Michael Stones, vice-président – gestion immobilière du Groupe Immobilier Oxford, François H. Ouimet, avocat associé chez Stikeman Elliott, Julie Martineau, courtier immobilier agréée et vice-présidente, location et investissement chez Cushman & Wakefield, Luc Lévesque, directeur aux développements Tro-Chaînes inc., Philippe Krivicky, vice-président exécutif, division commerciale de la Société de gestion Cogir et Janina Francescutti, É.A., AACI, associée chez Brookfield Financial.

Ça ne ressemble VRAIMENT PAS à une liste de gens qui ont à cœur le bien commun. Réunis en groupe, ils ressemblent à des “mercenaires commerciaux” qui visent, rappelons-le, leur propre enrichissement. Il leur arrive peut-être d’être généreux avec leur fortune (ou celle de leur employeur) mais en gros, ils font partie de l’IDU pour avancer les intérêts de l’IDU. Même si “Ô SCANDALE” ça devait aller à l’encontre du bien commun. C’est l’intérêt de l’IDU qui prime. On les comprend mais en même temps, on devrait se méfier d’eux car ils prônent le financement du SRB… à NOS frais.

Et à l’interne, voici qui “fait rouler” le quotidien de l’IDU:

l-equipe-de-l-idu

On continue…

La période couverte par ce mandat de lobbyisme est du 2016-09-28 au 2020-10-01 donc loin, jusqu’en 2020, comme quoi ils se doutent que ce sera loin de faire avaler leur SRB aux gens de Québec.

Au chapitre de l’objet des activités:

  • Proposition législative ou réglementaire;
  • résolution;
  • orientation;
  • programme; ou
  • plan d’action.

C’est large, vraiment large.

Des riches qui se donnent le droit de faire du lobbyisme à “large spectre”. Qui peut les blâmer? Ils s’ouvrent autant de portes que possible.

Dans les “renseignements utiles”, l’IDU articule son lobbyisme à venir en ces mots:

“Démarches en vue de convenir de l’importance de la réalisation d’un plan de transport global pour la région de Québec qui, au niveau des transports collectifs, donne la priorité à la réalisation d’un projet de service rapide par bus (SRB). L’IDU juge la réalisation du SRB prioritaire.”

Avez-vous bien lu?

Les activités de lobbyisme de l’IDU, à Québec, vont être orientées vers la réalisation du SRB.

Pas pour un troisième lien.

Un SRB.

Et vlan!

C’est ÇA leur agenda.

Régis en lune de miel avec l’IDU

À voir comment Régis Labeaume a l’air d’être dans leur petite poche d’en-arrière, comme un caniche bien dressé, on peut se demander si les activités de lobbyisme des riches et puissants membres de l’IDU n’a pas commencé, bien avant l’inscription au registre du lobbyisme.

C’est une question qui se pose parce que clairement, ce n’est PAS la population qui demande à se faire saigner à blanc, à coups de milliards, pour se faire imposer des voies réservées d’autobus “rapides” sur les grands axes routiers.

Mais on devine que les riches membres de l’IDU ont un intérêt clair et avéré à imposer des dépenses somptuaires de milliards de dollars sur le dos des citoyens où eux se positionnent pour en récolter les bénéfices.

Alors, quelles sont les “institutions visées” par les activités de lobbyisme de l’IDU? Regardez bien la liste…

  • Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports
  • Ministère du Conseil exécutif
  • Ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale (Min. du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale)
  • Conseil d’agglomération de Québec
  • Lévis
  • Québec
  • Réseau de transport de la Capitale
  • Assemblée nationale – circonscription de Taschereau

C’est pas mal l’ensemble des intervenants qui gravitent autour de l’actuelle mouture du SRB. Du monde qui essaie de se garantir une “job” avec un projet de transport en commun dont les gens, en majorité, ne veulent RIEN SAVOIR, surtout parce que ça coûtera les yeux de la tête et que ça ne règlera AUCUN problème de circulation.

Promenez-vous dans la rue et essayez de trouver une seule personne qui VEUT un SRB. Vous allez vous promener longtemps.

Mais pour les centres d’achats qui ne savent plus où aménager des stationnements, présentement nécessaires à leur croissance, le SRB est un projet logique. Un fois construit, ils tenteront de convaincre les gens de l’emprunter. C’est de l’arrogance parce qu’on comprend que les riches membres de l’IDU, eux, n’emprunteront JAMAIS le transport en commun, de leur vie!

C’est leur façon de contraindre le “petit peuple” à se déplacer de la maison vers leurs centres d’achat pour combattre l’étalement urbain, à savoir la seule issue de sortie pour les jeunes familles qui n’ont pas les moyens de se faire égorger, financièrement, dans les villes centrales de Québec ou de Lévis où ça coûte de plus en plus cher d’accéder à un logis, que ce soit une maison ou un appartement, les deux étant clairement hors de prix.

Parmi les autres mandats de l’IDU, on en trouve où cette même équipe de lobbyistes veut s’attaquer à la ville de Montréal pour l’empêcher de taxer davantage les propriétaires immobiliers.

On comprend leur jeu.

Demeurer astronomiquement riches, aux dépens du reste de la société.

Ils vont essayer de se montrer (et de se “vendre”) comme les défenseurs du “juste milieu” et des enjeux socialement importants mais ne vous faites pas prendre à leur show de boucane, ce sont des pirates qui viennent détrousser notre démocratie pour LEUR ENRICHISSEMENT UNILATÉRAL même si ça signifie qu’ils vont nous appauvrir et nous forcer la main (en nous matraquant d’arguments, pendant 4 ans) pour accepter des projets que nous ne voulons pas, comme le SRB.

Le voir “de vos yeux”

Si vous voulez, vous aussi, aller consulter le registre du lobbyisme, programmé en amateur avec une technologie aussi irritante que possible, vous devez visiter cette page de recherche:

https://www.lobby.gouv.qc.ca/servicespublic/consultation/ConsultationCitoyen.aspx?id=0

Puis, vous devez inscrire:

michel dallaire

…dans la case de recherche.

Vous obtiendrez 4 résultats mais le 2e, c’est l’inscription de l’IDU, comme dans l’image ci-dessous:

resultat-avec-michel-dallaire

En cliquant sur le “Sommaire de l’inscription”, vous obtiendrez la fiche suivante, dans une fenêtre flottante:

inscription-de-l-idu-au-registre-du-lobbyisme-du-quebec-oct-2016

On comprend que le registre a été programmé PAR EXPRÈS pour être suprêmement frustrant à consulter, aussi bien par le citoyen ordinaire que par des experts.

Tout y est LIMITÉ et en lisant ce qui y est contenu, on comprend. C’est un système aussi compliqué d’accès que possible. Les chums qui protègent les chums. Entre riches et puissants, ils se comprennent.

Donc maintenant que l’IDU est inscrit au registre du lobbyisme, ils peuvent faire autant de lobbyisme qu’ils le désirent, auprès des “décideurs”. Alors qu’en tant que citoyen, c’est presqu’impossible d’avoir accès à vos élus, les lobbyistes de l’IDU seront accueillis comme des “rock stars” et nos élus leur tendront une oreille attentive.

Ça ne vous choque pas de voir comment les riches comme Michel Dallaire se moquent de vous?

Michel Dallaire.

Oui, le “bon gars” de l’immobilier commercial et résidentiel qui fait la pluie et le beau temps, en matière d’immobilier, surtout à Québec.

Son idée est probablement très simple, trouver le moyen d’acheminer autant de monde que possible vers son projet de Phare de 65 étages sur le boulevard Laurier sans avoir à se préoccuper de creuser des stationnements.

On peut le comprendre mais c’est “cheap” en ciboulot de voir qu’il se réserve une place de choix dans l’équipe de loups de l’IDU pour convaincre nos élus de mettre sur les épaules de contribuables la responsabilité de financer SA VISION d’un service de transport en commun, dit “rapide”, pour les transports vers son “Phare”.

En gros, le milliardaire qui met le fardeau de ses lubies sur les épaules déjà endettées des citoyens.

Pensez-y, ça devrait vous faire comme un froid. Un gros froid, à l’endroit de Michel Dallaire, le “bon bonhomme” milliardaire de l’immobilier qui n’hésite pas une seule seconde à vous endetter pour qu’ensuite, il puisse s’enrichir, encore plus.

Rien contre les riches qui veulent devenir plus riches mais là, ça créé un réel malaise de le voir s’impliquer directement avec ses collègues lobbyistes pour forcer la population à payer pour un SRB où il se positionne comme principal bénéficiaire, avec ses riches copains propriétaires de centres d’achat, comme Ivanhoé Cambridge qui est propriétaire de Place Ste-Foy.

On en a donc pour 4 longues années à entendre l’IDU encenser le projet de SRB et si l’on se fie à ce qu’on peut voir, en ce moment, Régis Labeaume va répéter tous leurs “bons arguments” pour mieux nous forcer à payer le projet ruineux de ses riches copains.

On l’a vu avec l’amphithéâtre multifonctionnel construit au coût de 400M$ pour ensuite être à peu près DONNÉ à Vidéotron. Un péquiste qui en aide un autre. Pierre-Karl Péladeau qui a quitté la politique pour retourner à la barre de Québécois doit rire dans sa barbe. Il s’est fait construire sa grosse aréna aux frais des contribuables et là, c’est lui qui se positionne pour en profiter pendant des décennies, avec ou sans équipe de hockey professionnel.

Avec l’IDU, on devine que ça va être le même genre de séries de coups de gueule de Labeaume qui reste au pouvoir pour continuer de favoriser ses riches contacts qui, eux, aiment mieux rester dans l’ombre. Et passer leurs commandes que Labeaume s’empressera de leur livrer.

C’est d’ailleurs ce que Régis Labeaume fait. Vite, les riches amis de Labeaume exigent la construction d’un SRB et ne veulent pas le payer. Racontons des sornettes sur “l’importance du SRB” pour convaincre les contribuables de s’endetter pour des générations afin de favoriser les riches!

En terme de DÉNI DE DÉMOCRATIE, le SRB est un exemple probant. Surtout quand c’est Régis Labeaume qui se fait champion de ce projet qui sent si mauvais que ça prenait une équipe d’étoile de gens riches pour l’aider à le “vendre” aux contribuables de la région.

Jeff Filion a raison

Il faut donner le crédit à Jeff Filion et à Dominic Maurais, deux animateurs de CHOI 98,1, à Québec, pour avoir mis le doigt sur ce mystérieux IDU dans lequel le milliardaire Michel Dallaire s’implique.

Ils ont dénoncé, avec force, la manigance de l’IDU, contre le meilleur intérêt du peuple mais pour leur propre enrichissement.

Le SRB, c’est une catastrophe financière assurée mais les riches vont s’enrichir en le construisant alors ils poussent pour forcer les contribuables à le financer.

Citoyens, réveillez-vous

Sans dire qu’il y a une alternative crédible à Régis Labeaume, il est grand temps que les gens de Québec comprennent à qui ils ont affaire.

Le “bon” Régis n’est qu’une marionnette docile (et divertissante, parfois) pour les riches qui veulent faire avaler leurs projets, à eux, au peuple et dans le cas de l’IDU, de faire porter le fardeau du SRB sur les épaules du peuple.

En tout cas, si vous ne comprenez pas à quel point vous ne valez RIEN aux yeux de Régis Labeaume et de ses riches copains, je ne sais pas ce que ça va vous prendre pour le voir.

Shares