Le passage de Marine Le Pen, au Québec, ne passe finalement pas inaperçu.

Notre classe politique a beau multiplier les pirouettes pour l’ignorer et éviter de s’associer à elle, Marine Le Pen parle avec un à plomb et une franchise qui est devenue étrangère à nos élus provinciaux et fédéraux.

Avocate de profession, âgée de 47 ans, elle dirige le Front national et est la fille de Jean-Marie Le Pen mais comme elle l’a précisé à de nombreuses reprises, elle ne lui parle plus en raison de différences idéologiques.

Voici certaines de ses déclaration, lors de son passage à Québec:

“Je suis venue parler de la francophonie. Je suis venue dire, à mon grand désespoir, que le français recule au Québec. Et je trouve que c’est une grave perte. La langue ce n’est pas seulement un moyen de communication. C’est aussi une culture et des valeurs communes.

Je crois que la francophonie doit s’organiser. Aujourd’hui rien n’est fait pour cela. Le Québec est un symbole de la francophonie. Mais, je crois que beaucoup de dirigeants politiques québécois sont en train de rendre les armes et c’est inquiétant regrettable.”

“Gouverner, c’est prévoir. Le responsable politique est celui qui se projette dans l’avenir et qui voit les difficultés qui peuvent arriver. Je suis désolée de dire que ce discours a été aussi tenu en France dans les années 1980. Le problème c’est que l’immigration engendre l’immigration.”

“Dans le cas d’une crise mondiale, comme nous vivons aujourd’hui, les flux migratoires s’accélèrent, a-t-elle ajouté. Accueillir 500 migrants ne pose pas de problème. En accueillir 500 000, évidemment, en pose de lourds [problèmes]. D’autant plus que c’est une immigration particulière puisque l’État islamique infiltre au travers des flux de migrants des terroristes. Trois des terroristes du Bataclan [attentats de Paris] avaient fait la route des migrants.”

Voici quelques images de sa conférence de presse, à Québec (source: Radio-Canada)…

Le discours de Marine Le Pen, incluant à propos de la montée en force de l’Islamisme radical, rejoint la vision d’au moins 80% des Québécois qui n’en peuvent plus de voir le tandem formé de Philippe Couillard au provincial et Justin Trudeau, au fédéral, réclamer sans cesse plus d’immigration islamique, dans notre coin du monde. Avec tous les avantages qu’ils leurs consentent. Des avantages refusés-net aux plus pauvres de notre société. Vive les prétendus-réfugiés tout en menant une guerre sans merci contre nos propres pauvres, déjà ici et ayant pourtant bien besoin des largesses que nos gouvernements réservent aux “réfugiés”, principalement musulmans.

justin-trudeau-et-l-islam

Le PLQ

Philippe Couillard ne veut pas rencontrer Marine Le Pen? Il n’y a pas grand chose à attendre de notre premier ministre qui baise la main du roi d’Arabie Saoudite —qui finance la montée de l’Islamisme radical, partout dans le monde— mais qui refuse de rencontrer une femme qui recueille l’appui d’environ 30% des Français.

Visiblement, Philippe Couillard a des “amitiés” à entretenir, auprès des clientèles islamistes (où les retrouve des Imams prêchant la haine de l’Occident) qui réclament une Loi 59 (allez aussi lire les “travaux parlementaires“) pour museler la liberté d’expression, ce qui faciliterait la montée de l’Islamisme radical, avec sa révoltante Charia, au Québec.

projet-de-loi-59

Dans ce contexte, on s’imagine bien que Philippe Couillard veut éviter de parler avec Marine Le Pen car il pourrait être confronté à une vérité qui le dérange, soit le fait que les Québécois en ont soupé de l’Islamisme radical où ils sont nommés comme étant des “mécréants” ou des “infidèles“.

Et les femmes du Québec et du Canada? Aucune chance que Philippe Couillard les défende! Notre premier ministre provincial est trop occupé à quémander les votes des Islamistes radicaux (ou qui sympathisent discrètement avec des idées radicales) qui veulent établir la Charia, ici. La Charia étant une guerre ouverte contre les femmes, contre sa liberté et son droit de vivre en tant qu’égale de l’homme. Comment le premier ministre peut-il encore jouer à l’autruche et refuser de s’attaquer à ce mal idéologique qui menace notre façon de vivre?

Alors, pour Philippe Couillard, le passage de Marine Le Pen nous a confirmé ce qu’on savait déjà de lui, en regardant ses actions “pro-Islamisme”, à savoir qu’il milite pour le remplacement des Québécois par des étrangers qui avouent, ouvertement, vouloir en finir avec nous (parce que nous ne sommes pas “convertis à l’Islam“).

Le Parti libéral au grand complet devrait avoir honte d’avoir tourné le dos à Marie Le Pen, membre du Parlement européen et représentante élue par des millions de français qui ont peur, oui, peur, de voir leur pays glisser entre les griffes de fanatiques religieux qui interprètent le Coran, à leur manière, contre le bien commun français.

Disons que les Libéraux n’ont pas beaucoup surpris par leur comportement sauvage contre Marine Le Pen mais les péquistes, eux, ont montré leur vraie couleur.

Le PQ

Aussi bien Pierre-Karl Péladeau que Bernard Drainville se sont montrés hostiles à Marine Le Pen, elle qui, pourtant, se montre très enthousiaste à la cause souverainiste.

Le duo Péladeau-Drainville chantait la même chanson, celle où l’on multiplie les mots comme xénophobe, raciste et fasciste. Une grosse séance de défoulement qui prouve que la Parti québécois suit très exactement le même agenda que le Parti libéral, à savoir le déni le plus complet de l’évolution de l’opinion publique québécoise qui est tannée du “politiquement correct” qui est en train de détruire notre mode de vie.

Il y a des membres du Parti québécois qui sont inconnus du public mais qui ont rencontré Marine Le Pen, ce qui a fait sortir Pierre-Karl Péladeau de ses gonds. Pauvre PKP, choqué parce qu’une politicienne dit la vérité et que certains des membres de son parti politique sont réceptifs à cette vérité. Il a manqué une belle occasion de parler avec une femme d’exception alors que certains de ses membres, eux, ont eu un réflexe infiniment plus “inclusif” que le sien. Frustré-rouge, le PKP?

La CAQ

Bon, est-ce qu’on va vraiment perdre des lignes à parler de la CAQ? Un parti politique provincial qui se cherche une identité après avoir perdu bon nombre de ses élus et qui, dans le cas de Marine Le Pen, a décidé de ramper comme ses confrères libéraux et péquistes, la queue entre les deux jambes, à hurler son intention de ne rien vouloir entendre, à propos de la politicienne européenne.

Est-ce que Marine Le Pen voit trop clair pour la CAQ? Apparemment oui parce que le chef caquiste, M. Air Transat lui-même, François Legault, a tôt fait de se dissocier de Marine en disant ne pas vouloir la rencontrer.

Clap, clap, clap. Bravo la CAQ.

On aurait dit des Libéraux ou des Péquistes mais non, c’était bien des Caquistes. Peureux, sans vision et probablement achetés à des lobbys qui n’aiment pas Marine (ni la population en général, apparemment).

Si l’on se fie à leur manque de courage politique, les Caquistes n’ont absolument pas le bien commun en tête, lorsqu’il s’agit de combattre le cancer islamique qui contamine l’Occident et le Québec.

La vérité choque mais Marine dit vrai et nos trois partis politiques ne veulent rien entendre.

On a rarement vu les trois principaux partis politiques du Québec aussi solidement unis dans une cause.

Comme si la vérité qu’expose Marine à propos du danger que cours l’Occident à jouer aux bisounours avec l’Islam radical était trop limpide pour leur opacité politique.

Comme si c’était impossible pour le PLQ, le PQ et la CAQ de prendre la défense de notre mode de vie, trop occupés qu’ils sont à s’à-plat-ventrir devant les Imams  radicaux qui viennent prêcher la haine, au Québec.

Dans tout ça, Marine Le Pen voit clair et voici ce qu’elle a déclaré:

“Je ne vous cache pas que la grande majorité de la classe politique québécoise ressemble curieusement à celle en France. Je ne vois pas l’intérêt de venir ici pour parler aux mêmes. Je suis plutôt venue parler aux Québécois. J’ai du mal à trouver des politiciens assez courageux pour aborder des préoccupations que je porte au niveau mondial : le problème de la mondialisation sauvage, l’économie de libre-échange échevelée, l’immigration de masse ou encore la submersion migratoire qui est à l’œuvre non seulement dans l’Union européenne, mais ici aussi.

Je pense [par ailleurs] aux problèmes des choix quant aux modèles de société comme le communautarisme et la laïcité, entre guillemets, à la française, a renchéri celle qui est également députée au Parlement européen. Ce sont des sujets qui ont l’air de faire peur à la classe politique québécoise. Tant pis.”

Claque dans la face

Si vous ne l’aviez pas remarqué, c’est toute une claque dans la face que le PLQ, le PQ et la CAQ ont collectivement servi aux Québécois en refusant de rencontrer Marine Le Pen qui, elle, comprend les inquiétudes d’une majorité de Québécois.

Et n’allez pas croire que c’est mieux avec Québec Solidaire. Ils ont leurs propres justifications pour refuser de discuter de ces vérités islamiques qui dérangent.

Et les femmes… silencieuses, soumises

Si vous êtes une femme et que vous comprenez le danger que représente la Charia islamique, comment se fait-il qu’on ne vous entende pas dénoncer cette prétendue-religion de l’Islam?

Comment les femmes québécoises font-elles pour se taire devant un avenir où la Charia ferait foi de loi, au Québec et au Canada?

Femmes québécoises, vous voulez que vos filles portent des sacs de vidanges sur la tête? Qu’elles aient moins de valeur qu’un chien? Que leur “homme” (lire: vidange humaine) puisse la battre, autant qu’il le voudra?

Sérieusement, les femmes québécoises, où êtes-vous?

Est-ce que vous achetez la bêtise de notre classe politique? Avez-vous encore assez d’estime de vous-même pour vous révolter contre l’incroyable complaisance pro-Islam radical qui a cours, aussi bien au Québec qu’au Canada?

femmes-portant-des-niqab

Quel avenir réservez-vous, mesdames, à vos filles, si vous refuser de défendre Marine Le Pen qui est en train de VOUS défendre?

Québécoises, réveillez-vous! Soulevez-vous! Faites-vous entendre, bruyamment et sans équivoque. L’Islam radical et sa Charia, ici, c’est à grands coups de pieds dans le derrière que ça doit être chassé de notre coin du monde. Ça apporte la misère, la torture, la perversion et la mort. On ne veut pas de ça, ni maintenant, ni jamais, au Québec et au Canada.

Existe-t-il des femmes capables de prendre le flambeau avec ce message ou est-ce qu’elles sont trop occupées à écouter des émissions de variété pour s’intéresser à une vérité qui dérange? La vérité dont parle Marine Le Pen, en l’occurence.

Et les hommes

Heureusement, on a entendu de nombreux hommes dénoncer l’attitude de la classe politique qui a boudé Marine Le Pen.

Ils ont utilisé certains médias d’opinion pour dénoncer la lâcheté de nos élus mais ce n’est pas assez.

Si les hommes québécois aiment les femmes et la liberté, ils vont eux aussi être motivés à contrer l’arrivée de l’Islam radical et de sa Charia.

Personne ne gagne à voir l’Islam radical se répandre, au Québec et au Canada. Même si la classe politique refuse d’écouter la population, la vérité qu’expose Marine Le Pen devrait inspirer les hommes québécois à se soulever pour protéger notre mode de vie, nos femmes et éviter à nos enfants de vivre dans un monde toxique, en raison d’une pseudo-religion qui cache plutôt un puissant mécanisme de contrôle.

La Charia, c’est la guerre contre les femmes, contre les enfants, contre les homosexuels et surtout, contre la liberté de parole. C’est ça qu’on veut, au Québec? Au Canada?

Bien sûr que non!

Les Musulmans

Il n’y a pas qu’un seul type de Musulman.

Plusieurs Musulmans ont fui leur coin du monde pour fuir, entre autre, l’Islam qui avait détruit ce qu’il y avait de beau, dans leur pays. Pensez à l’Algérie.

Ces Musulmans qui se disent modérés ne veulent rien savoir de l’Islam radical mais doivent le démontrer. Autant que des blancs qui voulaient dénoncer les gestes du KKK, aux Etats-Unis. Il faut prendre position pour éviter de se faire pointer du doigt quand des Musulmans radicalisés prennent les armes pour attaquer l’Occident.

Avec ces Musulmans modérés, il faut demeurer lucides et leur tendre la main tant qu’ils nous prouvent qu’ils n’ont pas l’intention de se radicaliser mais hélas, l’histoire récente nous apprend qu’il ne faut pas baisser la garde. En France avec les cités musulmanes où même les policiers n’osent plus aller ou en Algérie ou en quelques jours, des millions de Musulmans dits “modérés” ont décidé, collectivement, comme une meute, de se retourner contre leurs “frères” chrétiens pour les massacrer, au nom d’Allah.

Ces vérités-là sont au cœur de nos réflexions.

Marine Le Pen prend soin de nous exposer son expérience, en France. C’est à nous d’avoir assez de présence d’esprit pour comprendre ce qu’elle nous explique.

Ce n’est clairement pas la technique de se cacher sous une roche, pour faire image et rire de la naïveté (ou de l’arrogance) de nos élus qui nous protègera de lendemains amères.

bien-pensance-et-islamisme

toujours-l-islam

Ce n’est pas vrai que notre mode de vie plait à tout le monde et en ce moment, les Québécois et les Canadiens perdent énormément d’énergie à essayer de convaincre les fanatiques d’Allah à s’intégrer. Il y en a qui veulent et d’autres qui ne veulent pas. Avec l’Islam radical, il n’y a malheureusement aucune place pour la discussion ou la démocratie, d’où l’immense danger qui nous guette. Doublement, en voyant notre classe politique vivre en plein déni.

Un gros merci à Marine Le Pen qui est passée au Québec pour nous dire “les vraies affaires” mais aussi, pour nous avoir montré à quel point nos élus sont des vendus, à la solde de lobbys qui n’ont rien à voir avec le meilleur intérêt des Québécois.

Shares