L’économie du Québec connaît quelques hauts mais aussi des bas, en ce moment alors nombreux sont ceux qui réfléchissent à ce qui pourrait s’enclencher s’ils devaient perdre leur emploi.

Pire, ceux qui perdent leur emploi, pour vrai, doivent immédiatement se métamorphoser en “chercheurs d’emploi, à plein temps” pour éviter l’inévitable stress financier qui suit l’arrivée du “pink slip” (feuillet de fin d’emploi, historiquement imprimé sur du papier rose pâle).

Ainsi, la perte d’emploi affecte autant ceux qui craignent de le perdre que ceux qui l’ont perdu. Financièrement, c’est pire pour ceux qui perdent leur emploi mais émotionnellement, ça peut devenir angoissant pour les deux.

Plongeons, sans attendre, dans le vif du sujet: comment survit-on à une perte d’emploi?

Techniquement

Il faut voir à recevoir tous ses documents de son employeur et idéalement, prendre un moment pour remercier ses ex-collègues et patrons, si ça s’y prête, pour le moment où vous avez pu travailler avec eux.

Papiers en main et relations humaines adressées de la bonne manière, au moment de votre départ, vous partirez avec l’esprit tranquille. C’est très important pour la suite des choses.

Financièrement

Premier arrêt, le bureau de Service Canada le plus près de chez-vous pour y faire une demande officielle d’assurance-emploi en vue de recevoir vos prestations régulières, auxquelles vous avez généralement droit après avoir occupé un emploi.

Il est possible de faire votre demande via le web mais c’est joyeusement complexe pour absolument rien et dans ces conditions, c’est utile d’avoir une préposée qui vous indique “ça c’est important, ça, tu n’as pas à le remplir parce que ça ne sert à rien” et ainsi de suite. Ce programme devrait être sérieusement dégraissé mais on dirait que ça fait l’affaire des fonctionnaires d’Ottawa de garder ça beaucoup trop compliqué. Enfin bref, aller sur place, à Service Canada prend du temps mais généralement, ça vaut le coup.

L’argent va arrêter d’arriver de votre ex-employeur et votre dernier chèque de paie qui comprendra votre 4% va être imposé plus qu’à l’habitude alors dépêchez-vous d’obtenir vos chèques d’assurance-emploi parce que personne ne peut vivre d’amour et d’eau fraîche. Tout coûte cher et il faut assurer l’entrée d’argent, dès la fin de votre emploi.

une-vie-apres-une-perte-d-emploi

Émotionnellement

Oubliez votre “game face” (ou face théâtrale où vous simulez pour arriver à vos fins), votre “fin d’emploi” va vous faire mal.

Tout ceux qui perdent leur emploi essaient de faire comme si tout était “normal” et que tout va bien aller et même si c’était le cas, perdre un emploi, c’est laisser une partie de nous dans le passé, pour de bon. Ça brasse nos émotions. Et c’est normal.

Arrangez-vous pour vivre votre deuil de votre “ancien” emploi le plus rapidement possible. Faire trainer la douleur en longueur pourrait vous rendre moins attrayant, pour un futur employeur.

Vos émotions doivent en arriver à passer outre votre perte d’emploi pour ne pas que cette expérience traumatisante ne vienne contaminer le reste de votre vie, incluant votre démarche pour obtenir un nouvel emploi.

C’est un constat assez dur quand on sait tout le mal qu’une perte d’emploi peut faire à une personne mais nous vivons dans un monde individualiste où aucun employeur ne vous “achètera” à votre juste valeur si vos émotions donnent l’impression que vous demeurez fragilisé et incapable de faire preuve de résilience.

Autrement dit, les émotions vous aident à passer au travers d’une perte d’emploi mais doivent vous accompagner vers votre nouvel emploi, aussi. Alors, on met les larmes derrière nous et on avance avec le sourire. Là, c’est parfois utile de se remettre à faire du théâtre pour être convaincant dans notre rôle, malgré certaines émotions qui pourraient encore nous affecter.

Professionnellement

Qu’importe la raison ayant mené à votre perte d’emploi, assurez-vous de trouver des avantages.

Par exemple, si votre poste a été aboli, expliquez que la sous-traitance s’est améliorée et c’est justement là où vous aimeriez travailler, désormais.

Qu’importe le scénario lié à la perte de votre emploi, arrangez-vous pour voir dans ce départ d’un ancien emploi, le moment où a commencé votre transition vers un nouvel emploi, plus aligné sur vos préférences, en matière de parcours professionnel.

En amour, on dit un(e) de perdu(e), 10 de retrouvé(e)s et c’est la même chose, en emploi. Qu’importe à quel point vous aimiez votre ancien emploi, il y en a un autre qui vous attend. Il vous suffit de le trouver.

Il faudra chercher, certes mais au final, votre transition vers un nouvel emploi vous aura permis, au minimum, de mieux vous connaître.

Socialement

Même si vous vous sentez seuls et abandonné dans ce monde d’individualistes aux égos sans fin, trouvez une oreille pour vous écouter. Cette personne devra idéalement avoir assez de jugement (ou de délicatesse) pour vous appuyer dans votre expérience de perte d’emploi et si possible, dans votre processus pour en trouver un autre.

Certaines personnes sont plus habiles que d’autres pour l’écoute et les encouragements. Évitez les personnes toxiques et entourez-vous de ceux qui vous veulent du bien, pour vrai.

Les appuis provenant de votre entourage feront une différence, surtout lorsque vous vous sentirez seuls devant les défis qui s’accumulent devant vous à une vitesse folle, dans un contexte de perte d’emploi

Psychologiquement

Évitez d’en vouloir à quiconque vous a fat perdre votre emploi. Ça va vous faire perdre votre énergie vive et ça n’amènera rien de bon dans votre vie.

Laissez les expériences passées dans le passé et concentrez-vous sur votre succès et sur les façons dont vous allez vous y prendre pour réussir et qui sait, atteindre de nouveaux sommets, au plan professionnel.

Votre état psychologique doit aller de pair avec votre volonté à réussir. Faites du ménage dans votre tête et évitez de porter le poids du monde sur vos épaules.

Si vous avez des combats à mener, il y aura un autre jour pour ce faire, s’il y a lieu de les avérer.

Survivre

Malgré tous ces conseils, il se pourrait que vous soyez encore sonné de votre perte d’emploi et que ça menace votre survie.

À chaque problème existe une solution. Vous devez développer votre talent à trouver ces solutions. Souvent, ça se trouve dans le fait d’amener un quelconque bénéfice à un tiers qui sera prêt à vous rémunérer, en retour.

Le manque d’argent peut vous détruire et vous mener tout droit au suicide (surtout au Québec, malheureusement) si vous n’y prenez garde alors évitez cette pente très dangereuse en usant de créativité pour assurer un flux d’argent constant vers votre compte de banque. Pour certains, c’est de faire des ménages à 25$ de l’heure chez des particuliers et pour d’autres, c’est du coaching à 125$ de l’heure mais qu’importe ce que vous êtes en mesure d’offrir, trouvez un moyen de ne jamais manquer d’argent.

nouvelle-aventure-professionnelle

Alors voilà, il vous appartient maintenant de tout faire pour réaligner votre vie professionnelle vers un emploi à votre mesure où vous serez aussi heureux que possible.

Ça paraît toujours simple jusqu’à ce qu’on soit confronté à la perte d’un emploi et là, on a aucun autre choix que de se trouver des forces qu’on ne se connaissait parfois même pas.

La survie, un thème tout à fait en ligne avec celui de la perte d’emploi.

Et vous survivrez. N’en doutez jamais.

Laisser un commentaire