Qu’importe votre âge, votre métier ou votre expérience de vie, vous pouvez être remplacé par n’importe qui.

Vrai, ou faux?

Probablement que dans certains contextes choisis, on peut croire que ce soit vrai. Après tout, avec la bonne formation, la bonne attitude et un peu de temps, une autre personne peut apprendre votre métier et vous remplacer, sans vraiment que cela n’affecte la qualité du travail accompli.

Ça peut aussi être vrai pour des tâches simples qui font appel à des gestes prévisibles et répétitifs. Par exemple, un porteur d’eau, ça se remplace.

Mais là, on ne parle que du volet carrière de cette phrase utilisée régulièrement par des patrons pour rappeler à leurs subalternes de ne pas trop s’enfler la tête avec leur poste parce que d’autres pourraient le prendre, probablement à moindre coût et sans grande différence dans la résultante du travail.

Bien que “n’importe qui peut te remplacer” nous fasse immédiatement penser à des situations en milieu de travail, il y a le volet relationnel où un membre d’un couple voudra blesser l’autre en lui lançant cette phrase au visage, pour lui rappeler qu’au fond, il ou elle ou un(e) autre, c’est du pareil au même, pour ainsi dire.

Que ce soit dans un contexte professionnel ou relationnel, se faire dire qu’on peut être remplacé par n’importe qui d’autres est blessant, même s’il peut arriver que ce soit vrai.

tout-le-monde-est-remplacable

C’est d’ailleurs une raison qui commande l’usage d’une telle déclaration, pour blesser l’autre. Pour l’amoindrir et s’élever, au passage, en ne s’incluant pas dans cette logique. Le fait d’envoyer, même subtilement, ce genre de phrase vers autrui dévoile cependant une déviance de supériorité, chez celui ou celle qui s’exprime.

Il faut avouer que cette phrase est une arme au potentiel élevé de destruction de l’autre. L’autre qui, suivant cette logique, peut être remplacé par n’importe qui. Et soyez assurés que ceux qui avancent leurs intérêts via des jeux de pouvoirs utilisent copieusement cette déclaration pour mieux détruire ceux qui voudraient se réaliser, pleinement. Ou autrement que par l’asservissement qui les a mené dans une position où l’opinion d’un patron ou d’un tiers pourrait les plonger dans la peur de, par exemple, perdre leur emploi et leur moyen de gagner leur vie, au profit de n’importe qui d’autre qui peut “faire leur travail”.

Joyeusement pervers comme arme de destruction d’autrui.

En y pensant bien, cependant, la logique du “remplacement par n’importe qui d’autre” ne tient pas la route sur le plan affectif.

Par exemple, est-ce que n’importe quel père ou mère pourrait remplacer les vôtres? Peut-être au plan de la fourniture de base des choses essentielles de la vie mais certainement pas au plan affectif puisque ce type de lien est tellement unique que d’essayer de l’imiter serait impossible.

Certes, un parent peut être meilleur qu’un autre et on peut secrètement souhaiter en avoir un plus attentionné ou mieux outillé pour affronter différentes situations mais au plan purement affectif, même dans le cas d’une relation inégale, la logique voulant que n’importe qui puisse remplacer un parent ne tient tout simplement pas.

Il y a donc bel et bien une limite à cette logique de “remplacement universel”.

Toujours en lien avec cet exemple dans la sphère affective de votre vie, pourriez-vous remplacer vos enfants par n’importe quels autres enfants? Bien sûr que non, la chose est d’ailleurs impensable, à moins de circonstances absolument catastrophiques où vous devez sauver des vies humaines alors que vos proches ont disparu, dans un contexte hors de votre contrôle mais bon, c’est un scénario de film d’Hollywood, tout ça! Dans la vie de tous les jours, des proches, ça ne se remplace pas.

L’exemple du remplacement par quelqu’un a beau être applicable de manière sélective, il va continuer à y avoir des gens qui vont l’utiliser de manière “créative”, dans des contextes variés.

Pensons aux coachs d’équipe de hockey qui vont dire à un joueur qu’il n’est pas le seul à pouvoir “pousser une rondelle” et que son (hypothétique) remplaçant, lui, y mettra plus de cœur. C’est toujours plus blessant d’ajouter une insulte à l’injure initiale et même si la personne qui reçoit cette double-frappe verbale ne bronche pas, ça a l’effet d’un déluge de colère et d’indignation, à l’intérieur. Et ça laisse des marques. C’est le genre de commentaire qui fait tellement mal qu’il arrive souvent que la victime s’en servira, le moment venu pour remettre le tout sur le nez de celui qui avait initialement servi ces paroles blessantes. Par exemple, quand le coach de cette même équipe de hockey vacille, attendez-vous à entendre la victime —à la mémoire encore bien vive— balancer à son coach qu’au fond, il est tellement devenu incompétent à faire son travail que “n’importe qui d’autre pourrait le faire”… et vlan! La revanche. Dans les deux sens, c’est la blessure, garantie.

Ainsi, l’humain est capable de ce qu’il y a de plus beau et à l’inverse, de ce qu’il y a de plus vil.

Il ne s’agit que d’un seul exemple parmi bien d’autres de déclarations blessantes qui ne s’utilisent que pour faire du mal et gagner du pouvoir sur des gens qui auraient besoin d’encouragement mais qui se font abuser, verbalement, dans ce cas-ci, pour le bénéfice (généralement) de l’abuseur.

Ouf! Tout un sujet à discuter!

C’est cependant très important d’en jaser parce que nous sommes tous, autant que nous sommes, en proie à se faire balancer des phrases de cette nature, souvent au pire moment et il faudra trouver le moyen de s’en défendre.

vous-etes-irremplacables

Après tout, ce serait bête de nier le fait que nous soyons tous UNIQUES et que rien ni personne ne pourra vraiment nous remplacer. En partie, peut-être mais nous remplacer? Non. Même les jumeaux ne peuvent pas se remplacer, l’un l’autre ou sinon, seulement pour des mises-en-scènes plus ou moins basiques.

Voilà le meilleur rempart contre les agressions situées dans le registre du “nous sommes tous remplaçables”. En se rappelant à quel point nous sommes UNIQUES, personne ne peut intégralement sortir de son unicité pour venir copier la nôtre. En partie? Peut-être et encore là.

Alors celui ou celle qui déclare pouvoir vous remplacer par n’importe qui gagnera au change et perdra, aussi. C’est ce qui arrive lorsqu’on s’éloigne d’une personne unique pour se rapprocher d’une autre. Il y a un monde de différences qui changent tout. Même lorsque l’intention, c’est de ne rien changer.

Ceux qui aiment ce genre d’exploration conceptuelle dans le monde des phrases qui se disent, qu’importe la validité réelle de celles-ci, aimeront lire la parabole du Serviteur inutile où il est question d’un serviteur qui doit demeurer servile car selon son maître, c’est la seule raison de son existence. Vous allez voir, ça sonne “biblique” et c’est tout aussi cruel que ce qui se passe dans pleins de milieux de travail, ici et ailleurs dans le monde.

En espérant que vous ayez aimé cette petite visite au cœur d’un sujet rarement abordé mais craint par plusieurs parce que bien compris par un petit nombre.

Laisser un commentaire