Il n’y pas qu’au port de Québec où ce soit désormais impossible de stationner gratuitement.

L’arrondissement La Cité au grand complet s’est silencieusement transformé en capharnaüm de pancartes qui multiplient les conditions pour stationner quand ce n’est pas carrément pour l’interdire.

Qui plus est, il est devenu presqu’impossible d’emprunter un trottoir, à Québec, sans côtoyer des haies de parcomètres.

Autrement dit, Québec s’est transformé en gros stationnement payant.

Fini le espaces gratuits pour que les citoyens puissent découvrir leur ville sans devoir continuellement payer pour garer leur véhicule. La logique derrière cette guerre ouverte contre les citoyens empruntant leur automobile pour se déplacer va dans le sens d’encourager le plus de gens possible à emprunter le transport en commun.

Or, le RTC n’est pas gratuit, lui non-plus.

À 2,60$ du passage ou 6,45$ pour un laissez-passer d’un jour, par personne, c’est probablement trop cher pour une petite famille qui voudrait aller prendre une marche dans l’un des parcs de la haute-ville, de la basse-ville ou du vieux-port.

Certaines personnes plus riches pourraient être tentées de se moquer des gens dont le revenu est moins élevé en leur disant de “travailler plus fort” pour être en mesure de payer leur espace de stationnement mais là n’est pas le problème car depuis des décennies, il y a toujours eu des espaces gratuits pour les citoyens et là, depuis quelques années, il n’y en a plus… aucun.

C’est donc une stratégie planifiée de la ville de Québec d’éliminer systématiquement tous les espaces de stationnement qui, autrefois étaient soit gratuits ou gratuits pour de longues périodes de trois (3) ou six (6) heures. Désormais, c’est “payant” partout.

La ville de Québec empoche annuellement quelques 6 ou 7M$, selon que l’année a été “bonne” ou non.

Sur un budget avoisinant le milliard de dollar, c’est financièrement marginal mais pour les citoyens qui sentent qu’il faut toujours payer pour se stationner “en ville”, c’est un irritant majeur. De son côté, la ville de Québec n’entend rien changer à la configuration actuelle de ses espaces de stationnements qui, selon toute vraisemblance, seront toujours payants, à l’avenir.

On aura beau dire ce qu’on veut “en faveur de la tarification mur-à-mur”, le fait qu’il n’existe plus d’alternatives gratuites pour stationner dans La Cité envoie un message clair: la ville de Québec attaque directement les individus et les familles dont le revenu annuel n’est pas suffisant pour supporter les coûteux parcomètres, stationnements ou trajets d’autobus.

Ce serait pourtant très facile, pour la ville de Québec, d’éliminer complètement à la fois ses parcomètres et la tarification de ses stationnements publics mais rien de tel n’est envisagé.

À qui profite vraiment le fait de rendre payant chaque centimètre carré de stationnement, dans La Cité?

Il va falloir qu’on se pose la question parce que la présence de Régis Labeaume au poste de maire de Québec, qui se montre favorable à la tarification des stationnements, semble indiquer que tous les arrondissements de la ville subiront le même traitement “payant-partout” que dans La Cité.

Les citoyens se plaignent mais la ville de Québec ne veut rien entendre.

Du côté administratif, la réponse toute faite est qu’il s’agit d’un choix “politique” et du côté politique, c’est impossible d’avoir un seul commentaire “on the record” sur la question (très frustrant) alors, en gros, le système des stationnements payants va continuer jusqu’à ce que les citoyens se choquent… noir.

D’ici là, la ville de Québec va continuer à vider les poches de ses citoyens tout en humiliant, de manière plus ou moins subtile, les familles à faible revenu qui sentent clairement qu’elles sont de trop dans cette “ville de riches” qui ne leur laisse plus aucune place… de stationnement.

Tags: stationnement, stationnement payant, tarifs de stationnement, québec, ville de québec, régis labeaume, guerre aux familles pauvres, pauvreté, autobus, espaces de stationnement, payer pour stationner, arrondissement la cité, politique municipale, problème à québec, frais de stationnement, parcomètres, pancartes incompréhensibles

6 Commentaires

  1. Il n’y a pas juste ça… si on désire avoir un stationnement payant et payer par mois, la Ville a émit des critères si strictes qu’il est impossible d’avoir un stationnement, même payant… ils gèrent tout mais c’est rendu hors de contrôle.

  2. Près des plaines, Avenue Wilfrid Laurier, c’est gratuit la fin de semaine.

    Il y a aussi le stationnement à vélo sur Champlain (4 h gratuit). Évidemment, c’est —si— il y a de la place.

    Le mieux encore est de se stationner dans n’importe quel stationnement de vélo aux alentours et se rendre soit en vélo ou en roller. Ça prend 10 min.

  3. Dans toutes les villes, ça coûte quelque chose se stationner en ville. Et c’est loin, très loin d’être interdit/payant de se stationner dans toutes les rues de l’arrondissement La Cité! Oui il y a des restrictions dans beaucoup de rues mais c’est juste normal. Imaginez si c’était gratuit se stationner partout en ville, je pourrais laisser mon auto garée pendant 2 semaines sur la rue St-Jean (par exemple), ce qui enlèverait une place de stationnement à ceux qui veulent venir magasiner sur cette rue pendant tout ce temps!

    Vrai que le RTC coûte assez cher si on n’est pas utilisateur régulier, mais depuis quelque temps plusieurs stationnements chargent 5$ pour la soirée, ce qui est vraiment pas cher.

  4. Pourtant il semble que la Ville de Québec autorise les gros camions à rester stationner – du mauvais sens – durant des jours et des jours, dans un quartier résidentiel, en face d’une galerie où il n’est même plus agréable de s’asseoir grâce au mastodonte qui enjolive la vue. Merci à ce soi-disant Expert de la rénovation à qui j’ai demandé respectueusement de déplacer son véhicule. Il s’en fout. Un seul ticket a été émis à ce jour, cette compagnie s’en fout, c’est quoi un petit ticket à payer pour eux?

    J’ai demandé à la Ville de me faire connaître le règlement car j’ai bien l’impression que celui à qui j’ai demandé de stationner son camion au moins en face de chez-lui ou encore à l’adresse de l’entreprise qui, en passant, n’est pas située sur l’avenue Joffre s’en fiche complétement, qu’il n’a aucun respect pour le voisinage.

    Voilà!

  5. Attention! J’ai eu un constat d’infraction à 22h15 un samedi soir au stationnement près des plaines, Avenue Wilfrid Laurier.

  6. Même chose pour moi. Nouvelle signalisation depuis près d’un an. Portez une attention particulière à la signalisation qui est inadéquate là où il y a les parcomètre. Place 2842, on ne voit pas le panneau caché derrière l’arbre et c’est trop petit pour lire sur les bornes. Aucune indication près de la borne principale où l’on paie. Un seul panneau beaucoup plus haut est visible. Soyez vigilant: 17 véhicules avec des constats en une soirée, c’est une trappe à constat.

Laisser un commentaire