Alors que nous avons eu peur de voir Savoura, un important producteur de tomates en serres du Québec, fermer ses portes en raison d’une importante dette, voilà qu’on apprend que Serres Sagami vient d’en faire l’acquisition.

Aucun détail sur le prix d’achat de Savoura n’a été dévoilé mais on peut se douter que Serres Sagami a négocié une entente comprenant la reconnaissance de la dette de plus de 20M$ dont les deux principaux créanciers étaient la Banque Royale et la Banque nationale.

M. Stéphane Roy, président de Serres Sagami, dont le siège social est situé à Ste-Sophie, a déclaré: “Il s’agit évidemment pour nous d’une acquisition grandement stratégique qui nous permettra de consolider notre présence dans l’industrie serricole au Québec. Cette marque emblématique fait partie du patrimoine agricole québécois et mérite de demeurer présente sur la table des Québécois”.

logos-biologico-sagami-savoura

Les activités de Savoura pourront donc se dérouler normalement et aucune réorganisation de personnel n’est envisagée. En ce qui a trait à la production, M. Roy a déclaré qu’une production de concombres anglais de marque Savoura, destinée aux chaînes d’alimentation et aux distributeurs, s’ajoutera prochainement à la production de tomates.

Grâce à cette acquisition, Serres Sagami deviendra le plus important producteur serricole du Québec et l’un des plus importants au Canada avec des cultures sur une superficie de 25 hectares.

Maxime Couture, le porte-parole de Serres Sagami a confirmé que la transaction permettra la poursuite des opérations aux Serres du St-Laurent de Portneuf, de Saint-Étienne-des-Grès et de Danville, où travaillent 190 personnes qui ont été rencontrées et mises-au-fait de la suite des choses. Autrement dit, l’entreprise continue d’opérer, de manière normale.

Sur les marchés québécois, canadien et nord-américain, Serres Sagami livre des tomates sous les marques Biologico et Sagami.

Ainsi, c’est une excellente nouvelle pour tous ceux qui avaient craint de voir ce fleuron québécois passer à des mains étrangères. C’est cependant très frustrant de voir que le gouvernement du Québec est prêt à subventionner massivement les alumineries étrangères en sol québécois (comme Alcoa) mais qu’il ne daigne pas lever le petit doigt pour offrir les mêmes conditions (notamment pour les tarifs d’électricité préférentiels) à une entreprise québécoise. Où est la logique de subventionner la prospérité des compagnies étrangères tout en ne faisant rien pour aider nos propres entreprises?

Le gouvernement libéral majoritaire de Philippe Couillard n’a pas encore commenté la transaction mais on peut penser qu’ils se montreront satisfait de voir l’entreprise continuer ses opérations sous propriété québécoise.

Bravo aux nouveaux acquéreurs de Savoura et surtout, bon succès!

Shares