On le sait, depuis 2013, Microsoft a mis fin à son MSN Messenger pour transférer tout le monde vers Skype.

Il est possible d’utiliser le logiciel Skype ainsi que son interface web pour appeler gratuitement d’autres utilisateurs de Skype. Vous pouvez les joindre, où qu’ils soient dans le monde et ce, sans aucun frais d’interurbain ou d’usage.

En ce sens, Skype demeure gratuit pour les usagers, entre-eux.

Mais qu’est-ce qui arrive quand vous voulez appeler un téléphone fixe ou mobile, à partir de Skype?

Et bien là, il faut payer soit avec des “crédits Skype”, utilisables au fil du temps, quand vous le voulez ou encore, vous abonner au mois, aux 3 mois ou à l’année (2,99$ / mois, ou jusqu’à 15% de moins, selon l’abonnement).

forfaits-d-appels-de-skype

Avec tout forfait d’abonnement, vous pourrez vous servir de Skype à volonté pour vos appels sortants, vers des téléphones fixes ou mobiles, dans les pays pour lesquels vous payez.

Au Québec, on peut s’attendre qu’un client typique de Skype choisira “Canada et États-Unis” pour éviter les frais d’interurbains encore prohibitifs ou inutilement complexes de Bell, de Videotron ou de Telus.

2,99$ / mois, c’est difficile à battre pour des appels illimités, au Canada et aux États-Unis.

Alors Skype demeure une alternative intéressante, même avec son option payante, pour ceux qui veulent appeler, sans se servir d’un téléphone à ligne fixe ou d’un cellulaire.

Avec Skype sur son ordinateur, sur sa tablette et sur son cellulaire (via l’app Skype), ça devient vraiment facile d’appeler, avec une simple connexion Wi-Fi.

Par exemple, si vous êtes seul à la bibliothèque, sur le réseau Wi-Fi de la ville (ou de la bibliothèque) et qu’il n’y a personne autour de vous, Skype pourrait vous permettre de faire tous vos appels, sans aucun problème.

En fait, Skype se positionne comme un champion des appels sortants. Ligne fixe ou mobile, vous pouvez rejoindre tout le monde et même s’il faut appeler outre-mer, les tarifs sont très raisonnables.

C’est pour les appels entrants, avec votre propre numéro de téléphone que c’est impossible d’avoir un numéro canadien, via SkypeIn (voulant dire “inbound calls” ou “appels entrants”, via Skype).

Votre propre numéro de téléphone, via Skype

En fait, vous pourrez facilement payer pour un numéro de téléphone basé aux États-Unis mais pas au Canada. Difficile à croire que Skype n’ait toujours pas réussi à s’établir correctement au Canada, pour cette fonction alors il faut garder espoir que ce sera corrigé, au cours des années à venir.

obtenir-un-numero-skype

Épargner

Pour communiquer par téléphone, ça coûte encore bien trop cher pour une ligne fixe ou mobile, avec les grands des télécommunications canadiennes, comme Bell, Videotron, Telus, Rogers ou Shaw qui s’en mettent plein les poches, grâce à leur participation à un oligopole qui maintient les prix et limite les options.

Le CRTC qui doit, en théorie, protéger les consommateurs canadiens ne le fait pas ou alors, dans une très petite mesure. L’essentiel de l’action du CRTC va dans le sens de confirmer la position oligopolistique des grandes entreprises de télécommunication qui abusent, sans fin, d’un système hostile à toute forme de réelle concurrence.

En ce sens, on comprend que Skype peut contribuer à aider des millions de Canadiens plus pauvres qui veulent quand même pouvoir appeler sans nécessairement se faire vider les poches, à chaque mois.

On imagine facilement un Canadien, plus pauvre, payer son 2,99$ par mois à Skype pour pouvoir appeler depuis tout point d’accès sans fil (Wi-Fi), comme à la bibliothèque ou dans plusieurs édifices publics.

telecharger-skype

Pour épargner et échapper aux griffes des membres de l’oligopole des télécommunications canadiennes, rien de mieux que Skype, pour le prix.

Alors voilà, si vous n’avez pas de compte Skype, ouvrez-en un, ne serait-ce que pour communiquer gratuitement avec les autres membres de Skype.

On aimerait mieux que tous les services de Skype soient gratuits, c’est certain mais à 2,99$ / mois pour le service “Canada et États-Unis”, à volonté, on peut conclure que c’est raisonnable.

À vous de voir si Skype répond à un besoin, pour votre écosystème de communications électroniques.

Laisser un commentaire