Des milliers de parcomètres attendent les automobilistes, à la grandeur du Vieux-Québec.

“Venez, venez” qu’ils disaient! Et les automobilistes ont entendu l’appel des commerçant mais une fois sur place, il y avait deux GROS problèmes:

  1. Les places de stationnement sont limitées, le long des rues; et
  2. Ces places coûtent cher, trop cher.

Entre stationner dans un centre d’achat (comme Place Laurier ou les Galeries de la Capitale) ou —tenter— de trouver un stationnement payant, dans le Vieux-Québec, il y a une GROSSE DIFFÉRENCE pour accéder, en fin de compte, aux mêmes boutiques!

parcometre-electronique-a-quebec-fev-2014

Pour toutes les courses usuelles, aller dans le Vieux-Québec tient presque de la folie tellement c’est devenu difficile d’y stationner. Heureusement, un endroit comme le Quartier-Petit-Champlain plaît tellement à certaines personnes que le stationnement est un petit prix à payer pour visiter un endroit aussi unique. Ces automobilistes constituent cependant la minorité.

Pour la plupart des gens, les frais de stationnement s’accumulent et engendrent des frustrations.

La ville de Québec a choisi de rendre payants TOUS les stationnements des zones achalandées. Il n’en a pas toujours été ainsi mais la venue de Régis Labeaume en tant que maire de la ville a été le point tournant où tous les stationnements, jusqu’au dernier, ont été convertis pour enrichir la ville.

Payant pour la ville, ruineux pour quiconque souhaite y stationner.

Vous voulez aller prendre un souper dans le Vieux-Québec? N’oubliez pas de nourrir votre parcomètre, bien avant d’avaler votre première bouchée et soyez sur vos gardes parce que le “maximum” de temps qui peut être acheté dans la plupart des parcomètres est 2 heures alors le moment venu, un agent du stationnement de la ville de Québec se fera un plaisir de vous coller une amende pour avoir dépassé votre temps “payé” et ce, dès les premières minutes de votre “dépassement de temps”!

Quand vient le temps de vous détrousser les poches pour avoir le privilège de stationner votre automobile au cœur de Québec, la ville rivalise d’ingéniosité avec ses parcomètres qui ne permettent plus qu’un automobiliste qui arrive avant la fin du paiement du précédent occupant de la case de stationnement ne lui profite. Désormais, chaque automobiliste doit payer… même si le précédent a déjà payé l’espace parce que pour quiconque arrive après, c’est impossible de le savoir et de profiter de cette providence. C’est évidemment une arnaque qui plaît à la ville car elle encaisse encore plus d’argent qu’auparavant. C’est une forme de double facturation mais pour la ville de Québec, c’est un double revenu (ou triple, ou quadruple, selon l’usage de l’espace de stationnement).

Dans un monde plus juste, il y aurait un ratio de 1 stationnement gratuit pour chaque stationnement payant. De cette façon, les automobilistes plus sensibles aux prix élevés des stationnements pourraient quand même stationner dans le Vieux-Québec sans payer et les plus riches pourraient se stationner plus près des commerces en payant. Ce serait plus juste qu’actuellement où tous les stationnements sont tarifés et vendus.

Pensons aux familles qui voudraient bien aller marcher dans le Vieux-Québec avec leurs enfants mais qui s’y refusent parce qu’ils trouvent ça odieux de payer pour stationner, surtout avec toutes les taxes municipales qu’ils paient déjà, lorsqu’ils habitent la ville.

Le plus dingue, c’est que les stationnements sont presque toujours pris. Malgré leur prix!

stationnement-interieur-du-chateau-frontenac-fev-2014

Est-ce que des milliers d’automobilistes sont rendus habitués aux parcomètres et donc, insensibles à leur prix? C’est possible. Ce sont peut-être des automobilistes tellement à l’aise financièrement qu’ils peuvent absorber n’importe quel prix pour stationner. Peut-être que c’est Régis Labeaume qui a eu raison de mettre des parcomètres et des stationnements payants partout… peut-être que c’est ça que les automobilistes de Québec veulent mais il reste peut-être encore des gens qui se sentent brimés par le mur-à-mur de tarification des stationnements.

Faites-vous partie de ces gens qui aimeraient retrouver des cases de stationnement gratuit dans cet océan de parcomètres et de stationnements payants?

Si oui, vous devriez vous faire entendre parce qu’en ce moment, tout le monde paie et personne ne lève la voix contre cette tarification abusive et constante dirigée contre quiconque veut stationner son automobile dans le Vieux-Québec (ainsi que dans plusieurs autres zones plus fréquentées).

La folie des stationnements payants va dans le sens du projet de densification urbaine de Régis Labeaume où chaque espace doit être taxé au maximum. Cette logique économique a contribué à augmenter les taxes municipales des citoyens et des commerces… et ce n’est pas terminé!

Les stationnements ont suivi et aujourd’hui, on se retrouve avec des frais à payer, partout dans le Vieux-Québec. Certains aiment ça et plusieurs détestent ça. Tant mieux si vous faites partie de ceux qui aimez ça!

Shares