Transports: 4,7MM$ d’investissements dans le réseau québécois

À lire aussi

Le coaching santé dans les médias sociaux

Les idées ne manquent pas dans le créneau des coachs de santé qui utilisent de manière intensive...

Les logements qui appauvrissent leurs locataires

La location d'un logement peut s'avérer pratique pour un locateur qui souhaite n'y rester qu'un temps...

Le 3e lien n’est pas aussi performant que le télétravail pour soulager le réseau routier

L'idée d'un 3e lien entre Québec sur la rive-nord et Lévis, sur la rive-sud, nous fait espérer...

Le 8 avril 2016 avait lieu le dévoilement de la Programmation routière 2016-2018 du gouvernement libéral majoritaire de Philippe Couillard, via son ministre des Transports, Jacques Daoust.

Vous avez bien lu, 4,7 milliards de dollars qui vont aller dans notre réseau routier, d’un bout à l’autre du Québec.

Voici justement la répartition de ces investissements, par région administrative:

investissements-routiers-2016-2018-au-quebec

Voici maintenant la ventilation des coûts du Fonds des réseaux de transport terrestre du ministère des Transports du Québec:

ventilation-complete-des-couts-transports-2016-2018

Voici la liste des faits saillants ayant trait à ces investissements qui auront lieu de 2016 à 2018, sur notre réseau de transport terrestre, partout au Québec:

faits-saillants-reseau-routier-quebecois-2016-2018

Pour y voir plus clair et pour n’oublier aucun détail, voici une copie du communiqué de presse officiel du ministère des Transports:

Montréal, le 8 avril 2016 — Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, M. Jacques Daoust, annonce aujourd’hui des investissements totaux de 4,7 milliards de dollars dans le réseau routier québécois, au cours de la période 2016-2018. De cette somme, 288,3 millions proviennent des partenaires du gouvernement du Québec, dont les municipalités et le gouvernement du Canada. Ils permettront d’entreprendre, de poursuivre ou d’achever 2 139 chantiers routiers à l’échelle du Québec, ainsi que de créer ou de maintenir près de 31 500 emplois.

jacques-daoust-annonce-l-entretien-du-reseau-routier-quebecois-2016-2018

« Il va sans dire que ces investissements constituent un puissant moteur économique et de création d’emplois dans toutes les régions du Québec. Ils répondent également aux besoins du Québec en matière d’infrastructures routières sécuritaires et de qualité. Ce réseau, il convient de le rappeler, soutient notre commerce intérieur et extérieur tout en assurant la mobilité des personnes et des biens », a souligné le ministre Daoust.

Ces investissements de 4,7 milliards au cours des deux prochaines années se répartissent comme suit, en fonction des grands axes d’intervention établis pas le Ministère :

  • 2,4 milliards sont consacrés aux structures, dont 247 millions aux structures du réseau municipal;
  • plus de 1,2 milliard est destiné aux chaussées;
  • 608,5 millions vont à l’amélioration du réseau;
  • 478,4 millions iront au développement du réseau;
  • de ces montants, 1,3 milliard sera versé pour des projets liés à l’amélioration de la sécurité routière.

Au total, ce sont 90 % des sommes investies qui serviront au maintien des actifs.

« Ces investissements s’inscrivent par ailleurs dans un contexte particulier, que nous connaissons tous. En effet, rappelons qu’il y a deux ans notre gouvernement a pris des engagements fermes, notamment celui d’assurer le redressement des finances publiques et d’éliminer le déficit budgétaire. Après six années consécutives de déficits, l’équilibre budgétaire a enfin été atteint en 2015-2016, comme notre gouvernement s’y était engagé. »

« Le Plan économique du Québec, présenté le 17 mars dernier, lors du discours sur le budget, poursuit dans la même voie. C’est un plan qui nous permettra collectivement de relever les défis de demain et de saisir les occasions liées à la transformation de notre société en une économie du savoir, plus innovante et plus sobre en carbone. C’est un plan qui interpelle au premier chef le secteur des transports, et j’y vois là une belle occasion pour le Québec de propulser ses transports par l’électricité! », a conclu le ministre Daoust.

Comme chaque année, d’importants projets sont inscrits à la programmation un peu partout à travers le Québec. Parmi ceux-ci, mentionnons la reconstruction de l’échangeur Turcot, à Montréal, la reconstruction de l’échangeur entre les autoroutes Félix-Leclerc et Laurentienne, dans la Capitale-Nationale, le prolongement de l’autoroute 70 vers la ligne Bagot, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ainsi que l’amélioration de la route 389, sur la Côte-Nord.  

Les programmations régionales des travaux routiers seront rendues publiques au cours des prochaines semaines. Il sera donc possible de consulter le détail des principaux projets pour la période 2016-2018.

Ainsi, on comprend qu’il y a une forte emphase sur le maintien de la qualité de notre réseau de transport provincial.

En soi, c’est une bonne chose mais après les scandales de corruption, dénoncés à la Commission Charbonneau, en lien avec l’attribution des contrats du ministère des Transports dans les années Charest, on peut se demander, en tant que contribuable, si l’argent sera bien investi, cette fois-ci.

Après tout, on parle de tout près de 5 milliards de dollars sur deux ans et c’est assez pour attirer les opportunistes qui se nourrissent des contrats publics, liés aux travaux sur notre réseau routier.

Il faudra être doublement prudent, cette fois-ci.

Croyez-vous que les Libéraux de Philippe Couillard sont mieux préparés que ceux de Jean Charest, face aux abus potentiels de nos deniers publiés, voués à l’entretien de notre réseau de transports terrestres?

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

Laisser un commentaire

Plus récents billets

Service téléphonique débordé à la RAMQ

Le site web de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) n'en fait aucune mention mais à...

Cannabis: l’âge légal passe à 21 ans dès le 1er janvier 2020

Les consommateurs de cannabis âgés de 18 à 21 ans devront se plier à la Loi 2, intitulée "Loi resserrant l'encadrement du...

Portrait des 0-5 ans au Québec

Entre les âges de 0 à 5 ans, les tout-petits dépendent entièrement de leur parent ou tuteur pour vivre. L’Observatoire des...

Stockage des données… dans du verre

Microsoft travaille présentement avec le Centre de recherche d'optoélectronique de l'université de Southampton, en Grande-Bretagne, sur le Projet Silica (ou "Project Silica",...

Stéphane Blais, candidat dans Jean-Talon

La démocratie directe intéresse de plus en plus d'électeurs qui apprécient cette approche présentement utilisée, avec succès, en Suisse. Après tout, pourquoi...

D'autres billets à découvrir

eleifend mattis risus Nullam Aenean ante. accumsan Donec amet, vel, libero pulvinar