Une fois les travaux d’élargissement complétés, sur l’autoroute Laurentienne, un tronçon aura désormais une 3e voie réservée exclusivement aux autobus, au covoiturage et aux voitures électriques vraisemblablement entre la rue de la Faune et le boulevard Louis-XIV.

Cet important chantier sera lancé cet été (2016) pour une mise en service à l’automne 2017. Amateurs de cônes oranges, vous allez être servis!

C’est le ministre des transports Jacques Daoust qui en a fait l’annonce, jeudi, le 21 avril 2016.

autoroute-laurentienne

Pour sa part, Régis Labeaume a rencontré le ministre François Blais, responsable de la région de Québec afin de lui faire part de sa vision, pour l’autoroute Laurentienne. Il semble que le maire de Québec ait appris que la 3e voie serait “verte” en même temps que tout le monde, quand le ministre Daoust l’a annoncé. Ça ne fait pas sérieux, de la part du gouvernement du Québec.

Le maire Labeaume a dit qu’après 2 heures d’échanges avec le ministre Blais, en fin de journée vendredi, ce dernier avait maintenant la responsabilité d’aller rapporter ses propos au ministre des Transports, Jacques Daoust. Encore une fois, ça ressemble à de l’amateurisme pour de si gros investissements publics.

Même si Régis Labeaume a déclaré croire que ce dossier était “parti tout croche”, il semble satisfait de sa rencontre avec le ministre Blais et on peut croire que certaines de ses préoccupations seront entendues, au provincial.

Collectif

On le voit avec cet investissement d’argent public, il y a une guerre ouverte contre les automobilistes et une histoire d’amour pour le transport collectif.

En effet, une 3e voie sera bel et bien bâtie mais elle sera réservée aux autobus (peut-être éventuellement électriques) au co-voiturage mais aussi, aux véhicules électriques. Il n’a pas été spécifié si les véhicules hybrides allaient être considérés comme “électriques”, pour cette “voie verte”.

Pour le contribuable qui perd un temps précieux sur cette autoroute, à tous les jours de semaine, matin et soir, cette 3e voie ne règlera probablement rien parce que le volume de voitures ayant le droit d’utiliser cette nouvelle voie sera négligeable.

Ainsi, bien que la majorité de la population finance cet élargissement, à grand frais, seuls une minorité d’automobilistes (ou d’usagers du transport en commun) auront le droit d’en profiter.

Certes, les co-voitureurs dégageront les 2 autres voies en circulant sur cette 3e voie “verte” mais ça restera pénible, sur les 2 premières.

Pas encore officiel

Cette annonce a été faite lors de l’étude des crédits budgétaires, par le ministre Jacques Daoust mais on s’attend à une annonce officielle bientôt.

Le ministre Daoust est par ailleurs certain d’aller dans la bonne direction avec ce genre de projet autoroutier afin de rendre “le fun” les transits pour les véhicules électriques.

Il n’a cependant pas parlé du fait que les véhicules électriques demeurent hors de prix pour la très grande majorité des automobilistes québécois.

On en vient à se demander si le ministre Daoust n’est pas en train de gentrifier une partie de notre réseau autoroutier en ne permettant qu’à une poignée de privilégiés de vraiment bénéficier de l’élargissement de l’autoroute Laurentienne.

Pour la grande majorité des automobilistes qui n’ont pas les moyens de passer à un véhicule électrique, la question se pose et Jacques Daoust évite soigneusement d’y répondre.

On pense que le coût de ces travaux pourrait osciller entre 10 et 15 millions de dollars mais pour l’instant, le ministre Daoust hésite à s’avancer sur un prix, de peur qu’il ne se trompe et en paie ensuite le prix, politiquement.

Réservée

L’idée d’une voie réservée demeure très controversée.

Le ministre Daoust a beau dire qu’il va dans la bonne direction, avec son projet d’élargissement “vert”, ça ne convainc pas tout le monde.

Si tous les citoyens paient pour un élargissement d’autoroute, en théorie, ce sont tous les citoyens qui devraient avoir le droit d’utiliser cette nouvelle infrastructure mais là, ce n’est absolument pas le cas.

On comprend que le gouvernement libéral de Philippe Couillard tente de favoriser les “réflexes verts” mais l’achat d’un véhicule électrique n’étant pas à la portée de tous, ça envoie le message que seuls quelques riches automobilistes devraient avoir le droit de profiter des infrastructures publiques alors que c’est l’ensemble des contribuables qui ont payé.

Il s’agit d’un inquiétant “virage vert” qui devrait préoccuper l’ensemble des automobilistes.

Certes, nous voulons tous respirer de l’air propre mais là, Jacques Daoust s’affaire à prioriser une “minorité verte” en refilant l’essentiel de la facture à la majorité qui, elle, ne l’est pas.

Au final, malgré les millions investis dans l’élargissement de l’autoroute Laurentienne, la circulation sera presqu’aussi dense mais une poignée de privilégiés “verts”, eux, pourront traverser ce tronçon beaucoup plus vite.

Les automobilistes sont-ils à l’aise avec ce genre de développement élitiste?

Shares