Amis Québécois, nous sommes au beau milieu d’une guerre d’information sans merci.

D’une part, les “grands médias” qui tentent, par tous les moyens, de vous faire paniquer à propos d’une pandémie de grippe porcine qui n’existe pas et de l’autre, une armée de “médias alternatifs” (comme ce blogue) qui vous donnent l’heure juste à propos des dangers bien réels, ceux-là, de la vaccination.

Les “grands médias” relaient la propagande officielle du gouvernement du Canada et du Québec qui prennent, tous les deux, leurs directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui se trouve à être l’organe médico-bureaucratique des Nations unies qui, en ce moment, tentent de centraliser le contrôle de l’argent et des pays, pour le bénéfice unilatéral du nouvel ordre mondial.

Une minorité d’employés des centres hospitaliers du pays vont se faire vacciner et les “grands médias” nous présentent des salles à moitié vides en disant que c’est un “immense succès” et on se demande si ces gens ont bien saisi la nature du poison qu’ils sont allés se faire injecter.

Si vous avez à vous faire soigner, un jour, priez pour ne pas avoir à dépendre d’individus avec aussi peu de connaissances (sur les vaccins, en tout cas) et de jugement (même en ce qui a trait à leur propre santé).

Et là, des millions de personnes vont se mettre à penser que la vaccination doit être sans danger puisque des médecins et des infirmières font la file pour se faire injecter mais c’est faux: les vaccins contiennent des adjuvants (sauf pour les femmes enceintes) et ça signifie que le virus sera accompagné de sa suite toxique et dans certains cas, mortelle.

Le pire, c’est quand des “employés de terrain” sont interviewés par les journalistes et disent, haut et fort, que l’actuel vaccins est “un bon vaccin” contre l’influenza A(H1N1). Quelle affirmation complètement ridicule, et fausse!

Aucun vaccin n’est “bon” — la charge toxique d’un vaccin dépasse tellement ce qu’il est convenable d’administrer que le gouvernement est obligé de donner un vaccin “sans adjuvants” aux femmes enceintes pour ne pas qu’elles subissent de graves conséquences en trop grand nombre.

Un liquide infecte qui est rempli de poisons ne sera jamais “bon” pour l’homme qui désire demeurer en santé.

Mais bon, les “employés de terrain” se sont fait avertir de s’en tenir à la propagande pré-approuvée du gouvernement et c’est ce qu’ils font en déclarant des absurdités comme “c’est un bon vaccin”. C’est doublement absurde quand on considère que le vaccin contre la grippe A(H1N1) n’a PAS été testé selon les protocoles cliniques usuels.

Dans les faits, c’est impossible de savoir si le vaccin fonctionnera!

Et si le virus de la grippe devait muter (ce qu’il fait continuellement), les gens auraient alors pris une charge toxique sans même obtenir le “bon” virus, ce qui serait à la fois triste, pathétique et ironique.

N’oubliez pas, non-plus, que les manufacturiers du vaccin contre la grippe A(H1N1) bénéficient d’une immunité totale contre d’éventuelles poursuites contre eux, survenant après l’injection de leurs doses. Ce sera le Canada, via le trésor public, qui paiera la note.

Vous allez être sollicités à tous les jours, durant les prochains mois, pour accepter la vaccination mais vous allez devoir réfléchir par vous-même et non-pas succomber à la paranoïa collective qu’alimentent les “grands médias”.

Dites NON aux vaccins et prenez soin de votre santé, comme il se doit.

Tags: non aux vaccins, non à la vaccination, vaccins, québec, canada, influenza a, h1n1, grippe porcine, grippe, santé canada, grands médias, propagande, gouvernements, doses de vaccins, manufacturiers de vaccins, vaccination, personnel hospitalier, hystérie médiatique, paranoïa artificiellement entretenue, mensonges, mauvais vaccin, adjuvants, mercure, formaldéhyde, sels d’aluminium, squalène, poisons

Shares