Plus que jamais, le boulevard Laurier se dessine comme étant le nouveau centre-ville, en regard du volet du monde des affaires, à Québec.

On y retrouve les bureaux parmi les plus luxueux et des locataires prestigieux alors dans un tel contexte, pas surprenant que Cominar ait acheté l’Ozone Laurier, un complexe de restauration et d’hôtellerie dont le volet resto avait été repris par la Bâtifol qui, suite à la vente, y fermera ses opérations pour se concentrer sur ses restaurants situés au Lac-Beauport et à Beauport.

le-batifol-mars-2014-1

le-batifol-mars-2014-2

le-batifol-mars-2014-3

le-batifol-mars-2014-4

la-zone-ozone

l-ozone-mars-2014

l-ozone-hotel-mars-2014

stationnement-de-l-ozone-mars-2014

Même si l’ensemble du complexe d’environ 100,000 pi2 de l’Ozone a une valeur de 11M$, Cominar n’a payé que 10$ pour acquérir le tout. Ça fait partie d’une stratégie où le prix payé doit demeurer confidentiel (bien qu’on se doute que ce soit 11 millions de dollars). Michel Noël, ancien propriétaire a dit avoir été approché par de nombreux acheteurs potentiels, incluant des investisseurs de Toronto mais comme il l’a dit, en parlant de Cominar, certains mariages sont plus naturels que d’autres.

M. Noël dit ne pas vraiment savoir à quoi s’attendre pour la suite des choses, sur son ancien terrain mais il espère y voir s’ériger un édifice phare qui fera la fierté de Québec.

La rumeur veut que Cominar envisage la construction de deux tours de 17 étages chacunes qui coûteront environ 160M$. Il s’agirait de tours pour de l’espace pour des bureaux d’affaires. On peut donc s’attendre à une belle continuité avec l’actuel Complexe Jules-Dallaire.

Michel Dallaire, président du Groupe Dallaire a parlé publiquement d’un projet qui prévoit 350,000 pi2 de locaux commerciaux et de bureaux, 240 unités de condominiums ainsi que des stationnements souterrains. Le design devrait être très différent du Complexe Jules-Dallaire et les travaux devraient débuter en 2015 pour se terminer environ 2 ans plus tard. Ce n’est pas encore clair si les condominiums seront vendus ou loués.

La plus belle entrée dans la ville deviendra donc encore plus spectaculaire, pour ceux qui aiment les hautes tours de bureaux et d’habitations.

Michel Noël a indiqué vouloir se concentrer sur la rénovation du Mont-Tourbillon ainsi que celle de son autre restaurant l’Ozone, sur la Grande-Allée, à Québec.

On peut donc conclure qu’aussi bien Cominar que Michel Noël sortent gagnants de cette transaction. L’un pourra développer son nouvel îlot commercial et l’autre pourra financer de nouveaux projets, ailleurs.

Souhaitons à ces bâtisseurs de connaître beaucoup de succès dans leur projets, dans la région de Québec!

Laisser un commentaire