Vous aimez les casinos mais vous habitez à Québec et vous sentez délaissés par Loto-Québec?

Séchez vos pleurs puisque le monopole d’État a pensé à vous avec son Salon de jeux installé dans la zone Est de Place Fleur de Lys, derrière le magasin Target.

exterieur-du-salon-de-jeux-de-quebec

interieur-du-salon-de-jeux-de-quebec

Comment résister à l’appel des machines à sous qui enrichissent —parfois— leurs “clients”? Impossible, direz-vous? Pour certains, les loteries sont un si puissant attrait, au point d’en devenir une maladie, que Loto-Québec dépense des millions par année pour nous rappeler que le jeu n’est qu’un jeu mais pour bien des gens, ce slogan reste… un slogan.

Ainsi, en visitant le Salon de jeux de Québec, un vendredi de la mi-décembre 2014 à 18h, j’ai trouvé ce que le site présentait, à savoir des jeux et de l’animation.

logo-du-salon-de-jeux-de-quebecOn est loin d’un authentique casino avec des décors plus feutrés et un style plus éclaté mais quand même, le Salon de jeux de Québec est un endroit qui se présente avantageusement, malgré l’évidente différentiation avec les spectaculaires casinos de l’État québécois.

Il y a des personnes âgées en abondance.

Tellement qu’une personne dans la jeune quarantaine se sentira plonger dans une publicité pour une résidence pour aînés! Des cheveux poivre et sel, gris et blancs, il y en a… partout! Pile de 20$ dans une main et doigt fébrile pour appuyer sur un bouton avec l’autre, nos aînés donnent l’impression qu’ils ne sont pas si réfractaires que ça à la technologie.

Il faut dire que les “machines à sous” qui avaient autrefois un gros levier sur le côté et un seul jeu de hasard à offrir ont bien changé. Aujourd’hui, le “client” peut choisir parmi des dizaines de jeux sur n’importe quelle machine. Les chances de gagner s’équivalent d’un jeu à l’autre mais les graphiques collent mieux aux préférences des joueurs.

salon-de-jeux-de-quebec-main_creve_coeur

salon-de-jeux-de-quebec-jour-de-paye

Le Salon de jeux de Québec est passablement automatisé et comme la majorité des machines ont trouvé un “client” à divertir, ça semble rouler rondement. En se promenant dans les allées, on voit certains joueurs qui obtiennent des gains mais ce sont des machines qui permettent de miser 1 ou 2 cents alors les gains sont aussi microscopiques que les mises — ça permet cependant à un joueur de s’amuser plus longtemps. Des heures durant si la chance lui sourit.

Ainsi, des centaines de papys et de mamys égrainent leurs temps consacré au divertissement dans un temple du jeu au lieu de faire autre chose. Voir les petits enfants, leurs enfants (devenus adultes), prendre une marche, socialiser en parlant avec quelqu’un. N’importe quoi d’autre que de rester installé devant un écran avec des vignettes qui tournent en vue d’enrichir ou d’appauvrir le joueur.

Il est vraiment difficile en tant que “non-joueur” de visiter un tel endroit et ne pas avoir le goût de regarder les lieux comme le côté triste de notre société. Certes, les gens ne font rien de mal. Au lieu d’un iPad, ils se déplacent dans un endroit où il y a des jeux dans une grande salle où il y a de l’animation. Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça? Rien… et tout, en même temps.

Pourquoi restreindre l’accès à ces jeux à des personnes âgées qui n’ont peut-être rien d’autre à faire de leur vie? Ce serait bête d’essayer de leur suggérer autre chose parce qu’avec tout le temps libre qu’elles ont à la retraite, elles ont sûrement soupesé leurs options et choisi, en pleine connaissance de cause, de se rendre dans ce lieu entretenu par Loto-Québec. À quelque part, un salon de jeux, c’est tel que tel. Même si les dés sont pipés contre le meilleur intérêt des “clients”, avec des gains à seulement 40% du temps donc des pertes à 60% du temps, en règle générale dans l’ensemble des casinos, pourquoi empêcher nos aînés d’aller drainer leurs rentes… au profit à peu près unilatéral du reste de la société québécoise? C’est leur choix et c’est tout.

ent2_infos_jeuresp

On peut penser que ces usagers intensif du Salon de jeux ont besoin de notre aide pour se sortir de ce que plusieurs qualifient, à juste titre, d’enfer du jeu mais comment intervenir sans empêcher les gens de “vivre”? La ligne est mince et c’est là que les services “aide jeu” de Loto-Québec peuvent et doivent demeurer accessibles et réellement motivés à empêcher les terrifiants lendemains d’indigence lors “la machine a mangé l’argent du loyer… de la bouffe et de tout le reste” et qu’en réponse à ce cul-de-sac financier, certains pensent que la réponse se trouve au bout d’une corde solidement attachée au plafond. Il y a ce côté-là aussi à la “réalité des jeux de hasard” et autant les “hauts” peuvent être exaltants, autant les “bas” peuvent détruire une personne qui, auparavant fonctionnait normalement, en société.

problemes-de-jeu-aide-et-reference-loto-quebec

Ainsi, à travers ce filtre réaliste, on se promène dans le Salon de jeux de Québec où un effort évident a été investi pour inspirer une sensation de fête. On veut y croire parce qu’on voit que le personnel fait son effort mais au fond, on voit bien qu’on marche dans l’équivalent technique d’une foule d’alcooliques qui feraient des “tests de goût” toute la journée dans une succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Les “joueurs” ne sont pas tous des accrocs au jeu mais à passer plusieurs heures devant un machine avec zéro réaction quand il y a un gain et zéro réaction quand il y a une perte, tellement le jeu n’a de sens que pour les “grands prix”, il se pourrait qu’une obsession se développe. Une obsession bien humaine qui s’installe et qui pousse le “joueur” à ne reculer devant aucune dépense pour “gagner son gros prix”, comme un ordinateur, une moto ou une automobile.

Vu de l’extérieur, une personne qui n’a aucun intérêt pour les loteries comprendra mal ce qui pousse quelqu’un à fréquenter un tel lieu mais il y a définitivement une clientèle pour cet espace physique consacré aux jeux de hasard que le Québec s’arroge via un monopole particulièrement payant.

Comme à peu près tous les gouvernements du monde, le gouvernement du Québec s’enrichit en profitant d’un faiblesse humaine: l’appât du gain. Et dans une encore plus grande mesure, l’appât rapide du gain! Comme ailleurs dans le monde, Loto-Québec a compris que cette faiblesse chez plusieurs personnes est une source de revenus abondants et plutôt stables, malgré les hauts et les bas de l’industrie, selon la qualité et l’accessibilité des options de jeu.

En quittant les lieux, on sent comme une grosse bouffée d’air frais. Pas juste parce que ça fait du bien de respirer l’air extérieur mais aussi parce qu’on sort de cette machination pensée pour nous attirer et nous garder en nous faisant croire que nous aussi pourrions être un gagnant.

Et qui ne voudrait pas être un gagnant? Pas vrai?

L’offre est alléchante et il ne fait aucun doute que Loto-Québec a trouvé ses “clients”. Mieux encore, plus le Salon de jeux de Québec sera connu, plus il y aura de monde qui se poussera aux portes pour avoir la chance d’aller “jouer” un p’tit 20$… ou plus. Qui sait quand la chance peut sourire?

Il y a d’authentiques fortunes qui se font via Loto-Québec. Ceci dit, la valeur des gains dans les Salons de jeux sont moins importants qu’à la loterie 6/49 mais comme il y a davantage de chance de remporter quelque chose, ne serait-ce que quelques dollars, c’est assez pour convaincre bien des gens de s’investir dans cette activité entre eux et une machine.

salon-de-jeux-de-quebec-heureux-dilemme

Peut-être un bon mot, avant de terminer, pour les employés du Salon de jeux qui semblent avoir du plaisir dans leur travail. Aussi, les personnages que vous voyez sur la publicité sont réellement sur-place, ce qui ajoute au facteur de proximité des “vedettes” avec la clientèle. C’est clair qu’ils tentent de transcender l’aspect plus noir du jeu pour rendre ça agréable pour que certains “clients” oublient, l’espace de quelques heures, qu’ils se trouvent dans un endroit conçu pour qu’ils… perdent.

Alors voilà, en résumé, un bel effort de design d’intérieur (commercial), du stationnement gratuit, un accueil correct et une ambiance égale à ce qu’on peut s’attendre, vous êtes les bienvenus de visiter le Salon de jeux de Québec. Si vous êtes des touristes, ça vaut un petit détour si vous carburez aux jeux de hasard. 18 ans et plus, évidemment.

Si vous avez visité le Salon de jeux, soyez les bienvenus de laisser votre opinion, plus bas, dans les commentaires.

Laisser un commentaire