Avez-vous parfois l’impression de ne pas vraiment poursuivre vos rêves mais plutôt de vivre selon des règles sociales qui vont ont été imposées?

Chaque jour, vous faites les mêmes routines, allez aux mêmes endroits et offrez le meilleur de vous-mêmes à des causes qui vous permettent de gagner votre vie mais qui ne vous permettent généralement pas de la vivre, pleinement.

Vous cessez de croire en la politique parce que vous comprenez que les seuls qui en bénéficient toujours font partie d’une élite cachée derrière des structures commerciales complexes et vous savez très bien que malgré votre relative richesse, vous n’en ferez jamais partie.

Vous voyez, autour de vous et via le web, des gens prêt à faire n’importe quoi pour de l’argent parce qu’ils se sont graduellement dissociés de leur monde et en ce sens, leur monde, désormais, c’est l’argent. Un bout de papier imprimé par l’élite pour nous contrôler.

Alors, vous avez cette impression que plusieurs d’entre-nous sommes en train de s’investir à gagner notre vie pour finalement ne jamais avoir le temps de vraiment la vivre?

Certainement, il y a un certain nombre de gens qui ne pourraient rêver d’une vie plus agréable et c’est tant mieux pour eux mais qu’arrive-t-il lorsque ces gens en arrivent à avoir une vision plus large de leur existence et réalisent que ce qu’ils croyaient être un rêve n’en était peut-être pas vraiment un. Que c’était une variante de la réalité programmée par ceux qui profitent de l’humain pour bâtir un monde où ils exercent une domination physique, psychologique et même spirituelle de l’humain.

Une toute petite élite, possédant la plus grande part des ressources de notre planète bleue aime l’actuel statu-quo.

Cette élite n’a aucun intérêt à faire progresser l’humanité si ce n’est que pour faire avancer ses propres intérêts, d’une manière ou d’une autre.

Plusieurs d’entre-nous sommes tellement asservis, si solidement enchaînés dans notre tête, que nous oublions que nous pouvons être le changement et se fions plutôt aux gouvernements, aux groupes et aux corporations pour “amener” le changement qui devrait, pourtant, d’abord venir de nous.

Notre époque est celle de l’internet, du web, de la connexion instantanée.

Nous servons-nous de ces technologies pour éveiller les consciences, à commencer par la nôtre? Voyons-nous le pont que le web a bâti entre ceux qui savent et ceux qui veulent savoir? Aurons-nous l’audace de repousser, individuellement et collectivement, les limites de notre ignorance relative?

On peut commencer par se poser des questions mais il faut se lever et décider que “la course folle métro-boulot-dodo” ne sert pas nécessairement bien notre désir de vivre. Ça nous permet de gagner des billets mais à quel prix, celui de s’ignorer, en tant qu’être humain capable de bien plus que ce que l’élite a déterminé, pour notre “profil d’individu”?

Que ce soit jeune ou plus vieux, nous allons tout mourir et retournerons dans l’énergie pour ensuite, selon l’opinion d’innombrables guides spirituels qui ont consacré leur vie à analyser l’existence, se réincarner pour vivre une nouvelle expérience humaine où nous pourrons notamment faire l’expérience d’une vie où les éléments balises nos actions mais pas nos ambitions.

Une expérience absolument fascinante et si vous lisez ce billet, vous êtes en plein dedans. Au beau milieu de votre expérience humaine.

Ce serait bête d’accepter de s’auto-réduire au statut d’outil pour l’élite alors que nous sommes capables de bien, bien plus. Certes, l’élite récompensera notre conformité mais ne risquons-nous pas de rater notre expérience de vie, trop concentrés que nous étions à satisfaire à des règles sociales où tout est organisé pour nous perdre, au profit d’une petite élite qui, elle, profite pleinement de notre inconscience?

Le simple fait que vous ayez lu ce billet jusqu’ici prouve que vous comprenez que votre vie ne devrait pas se limiter à ce qui est attendu de vous, en tant que rouage dans la grande machine de l’élite mais que vous avez à vous connecter sur vos rêves et vous réaliser, aussi pleinement que possible, dans l’amour, le respect et autant que possible, l’ouverture aux autres.

Les cris du cœur comme celui-ci sont nombreux dans l’internet mais ne semblent jamais arriver dans les grands médias ou alors, dans une petite mesure ou dans un contexte limitatif mais c’est normal, parce que c’est, en quelque sorte, les “ministères de la désinformation et du mensonge” de l’élite. Pourquoi voudraient-ils vous laisser comprendre pourquoi vous tournez votre proverbial boulon. C’est tellement plus payant, pour eux, de vous forcer (avec de l’argent) à tourner votre boulon, toute votre vie, en vous faisant croire que c’était là votre “place”, dans la vie.

Regardez ce que font les “ressources humaines”, dans les entreprises. Les recruteurs exigent des profils très précis pour les individus. Tant d’années d’expérience dans telle spécialité. Telle formation ou certification obtenue. Tels objectifs professionnels rencontrés et ainsi de suite. Entre les mains des recruteurs adhérant à la logique des “ressources humaines”, les gens ne sont que des statistiques. Des chiffres. Des mesures. Pour la personne qui aurait le malheur d’avoir plus d’une spécialité, c’est l’impasse parce qu’avec l’abondance sans fin de candidatures pour chaque emploi, elle ne sera jamais la première choisie pour l’une ou l’autre de ses spécialités. D’où le credo moderne: “se spécialiser ou mourir“. Quiconque a cherché un emploi comprend le fond profondément pervers de cette logique anti-humaine. En fait, l’humain doit donner l’impression qu’il n’a qu’une seule spécialisation pour passer au travers du filtre étroit et obtus des recruteurs qui, eux-mêmes, protègent leur emploi en dénichant une “perle rare”, telle qu’inventée, dans les lubies d’un patron qui dresse un profil statistique idéal. Incroyablement, grâce à l’internet, ce profil est trouvable. Absolument incroyable. Mais vrai. Alors la perversion de cette logique se perpétue avec de plus en plus d’influence, au fil des ans. Le travailleur spécialisé aura peut-être l’emploi mais dans un monde de sur-spécialisation, s’il en vient à développer d’autres intérêts, dans sa vie, il mettra en danger sa “longueur d’avance” dans sa propre spécialité. Et pour trouver un autre emploi, en cas de perte de celui qu’il avait, ça prend un autre employeur qui cherche le même profil statistique de travailleur. S’il n’y en a pas, le monde du travail sur-spécialisé devient alors une machine à broyer les gens, malgré leurs bonnes intentions de se spécialiser dans un autre domaine, devenu nécessaire, à ce moment. Puisqu’il n’y a pratiquement plus de sécurité d’emploi, on comprend comment la logique des “ressources humaines” contribue à récompenser le conformisme et punir la créativité, sous presque toutes ses formes.

Mais qu’importe, si on trouve notre bonheur dans les paramètres qui balisent nos actions, on se fait à l’idée et on avance.

Et c’est merveilleux qu’il y ait tant de gens qui voient leur bonheur poindre au bout de leurs efforts, qu’ils soient bénéfique pour eux ou pour une élite qui compte sur leur conformisme.

Individuellement et collectivement, nous devons cependant se respecter au point de prendre acte de notre petit voix intérieure lorsqu’elle nous annonce que quelque chose ne va pas.

L’élite compte sur votre conformisme aux règles qu’elles ont établi et avalisé pour que vous réprimiez votre voix intérieure. Après tout, c’est leur monde, pas le vôtre, pas vrai? Faux. C’est ce que l’élite travaille si fort à vous faire croire. Que les lignes imaginaires qu’ils ont tracé, un peu partout sur la Terre, sont des limites que vous ne devez pas franchir sans satisfaire à leurs critères. Au final, ce ne sont que des lignes imaginaires et leurs chiens de gardes aux frontières sont aussi humains que vous et moi mais ont décidé de protéger des règles du jeu déterminées par l’élite, en échange de quelques billets verts.

Quand on prend du recul sur notre vie, on voit la situation qu’on vit dans un contexte plus large et une fois qu’on a vu plus large, c’est souvent impossible de retourner dans “notre petit monde” parce que l’esprit est désormais conscient qu’il y a plus.

L’élite est terrifiée de vous voir prendre du recul sur votre vie. L’élite fait de l’urticaire, pour ainsi dire, à la simple pensée que vous pourriez comprendre le contexte de votre vie et que vous pourriez décider de ne plus jouer le rôle de rouage dans leur plan de domination, de répression et d’exploitation.

Même si avez des millions, des dizaines de millions, voire des centaines de millions de dollars, dans vos poches ou celles de vos compagnies, rassurez-vous, vous ne faites PAS partie de l’élite (ou alors, c’est très peu probable) car l’élite se perpétue en vase clos et rares sont ceux qui ont le droit d’entrer en ses rangs. Un “boys club” à échelle planétaire. Le pouvoir qu’ils s’accordent via leurs  bouts de papiers qu’ils impriment pour leurs esclaves qui vont ensuite aller faire la file pour s’acheter le nouvel iPhone. Continuant de ce fait, la concentration à outrance de la richesse scripturale.

Alors voilà, vous vous ferez bien l’idée que vous voulez à propos de mon monde, de votre monde et de notre monde. Ça vous appartient.

Dans le doute, écoutez votre voix intérieure, votre intuition et soyez cette personne pleine d’amour, d’espoir et de vie à laquelle il vous arrive de rêver et même, de voir, parfois au quotidien.

Plus que tout, refusez de vivre dans un mensonge.

Nous avons le pouvoir d’évoluer vers mieux, d’élever notre conscience et d’éveiller ceux qui nous entourent. Faisons-le.

Laisser un commentaire