Le ministre des Transports du Québec, le péquiste Sylvain Gaudreault a accordé une entrevue éditoriale au quotidien Le Soleil dans lequel il a déclaré qu’un parent allant conduire son enfant à la garderie ne fait pas du covoiturage.

Vous avez bien lu!

Pour le ministre Gaudreault qui s’obstine à IMPOSER sa voie réservée pour le transport en commun sur l’autoroute Henri-IV, un enfant NE COMPTE PAS en tant que PERSONNE pour le calcul du nombre de personnes participant au covoiturage.

Difficile de dire sur quelle planète ce riche ministre péquiste vit mais sa déclaration est perçue par plusieurs comme une attaque directe contre les familles québécoises et surtout, contre les enfants qui, dans son esprit, ne sont PAS de “vraies personnes”.

La logique voudrait que TOUTE PERSONNE prenant place dans un véhicule compte pour les fins de l’admissibilité au covoiturage mais pour le ministre Gaudreault, les enfants ne comptent pas!

On comprend que derrière cette obsession pro-transport en commun, il y a un océan d’incohérence alors que le ministre Gaudreault a sa propre limousine qui l’emmène où il le souhaite, sans les tracas liés au transport en commun qu’il ne fréquente pas, personnellement. Qui plus est, le ministre n’utiliserait sûrement pas le transport en commun “en famille” parce que c’est tout sauf pratique, comparé à une automobile.

Ce qui est préoccupant dans l’obsession pro-transports en commun du ministre Gaudreault, c’est qu’il prouve qu’il ne comprend pas le principe même du covoiturage. Les voies réservées qu’il veut unilatéralement imposer aux automobilistes pour favoriser une centaine de passages d’autobus par jour nuiront invariablement aux dizaines de milliers de passages quotidiens de véhicules.

À écouter le ministre Gaudreault, on a l’impression qu’il mène une guerre contre les automobilistes et pourtant, l’automobile permet de se déplacer à moindre coût que le transport en commun, si l’on calcule le coût réel de chaque passage en autobus. Récemment, on parlait (dans une émission du matin, à la radio de Québec) de 11$ de coût réel du passage au RTC alors que le passager, lui, ne paie que 3$… c’est le contribuable et principalement les automobilistes qui paient le 8$ de plus, à chaque passage!

Dans ce contexte, c’est bête de livrer une guerre aussi mesquine aux automobilistes car, sans eux, le transport en commun ne serait JAMAIS capable de faire ses frais.

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) n’a pas encore émis de commentaire par rapport aux propos du ministre Gaudreault. Peut-être sont-ils en accord avec des restrictions encore plus sévères sur le décomptage du nombre de passagers qui se qualifient en regard du covoiturage, sur les futures voies réservées d’Henri-IV.

Et sur le sujet des voies réservées comme tel, c’est un mauvais plan qui va causer un tort incalculable à l’économie de Québec alors qu’il sera de plus en plus difficile de se rendre du point A au point B… pour des dizaines de milliers de personnes qui doivent emprunter l’autoroute Henri-IV.

Le plan des voies réservées sur Henri-IV tient de la pure folie parce que ça avantage uniquement les autobus et leurs passagers. L’établissement de ces voies représente la victoire du GROUPE D’INTÉRÊT PRIVÉ pro-transport en commun CONTRE tous les automobilistes. C’est un mauvais choix et de la politique —ayant un air de collusion derrière des portes closes— allant CONTRE le meilleur intérêt du plus grand nombre. Quand bien même 30 passagers en autobus arriveraient au travail 10 minutes plus tard, est-ce que ça vaut le coup de ralentir plusieurs dizaines de milliers de gens se déplaçant en automobile? Bien sûr que non mais la religion obsessive anti-automobile affecte le jugement du ministre Gaudreault et on voit le gâchis… bien avant qu’il soit implanté, formellement!

Les automobilistes, les familles et les enfants —surtout les enfants— ont toutes les raisons d’être en colère contre le ministre Gaudreault qui prouve qu’il ne comprend PAS la réalité des travailleurs… ceux-là mêmes qui paient son auguste salaire de ministre.

6 Commentaires

  1. 1. Le ministre n’a pas de limousine, franchement.
    2. J’ai bien hâte de relire votre article dans 20 ans quand le gaz sera à 3$ le litre.
    3. Votre texte est rempli de sophismes
    4. Ce n’est pas très convainquant.
    5. Achetez-vous donc une passe de bus.

  2. C’est personnel mais les commentaires comme ça semblent conçus pour “distraire” du réel problème!

    Qu’importe, allons-y point par point.

    1. La limousine existe bel et bien! Voici un extrait de cet article de Radio-Canada où Éric Caire parle de la fameuse limousine du ministre Gaudreault:

    “Éric Caire, qui a convié cette semaine le ministre des Transports à constater la congestion sur le réseau routier de Québec, estime que le ministre est « déconnecté ». « Il ne prend pas l’autobus, ne fait pas ses déplacements à pied, il voyage en limousine. Je pense que ce à quoi on a eu droit de la part du ministre, c’est du mépris », déclare-t-il.”

    Alors pour la limousine, c’est réglé, le ministre en a une. Il a sûrement aussi un véhicule mais son automobile de fonction est une limousine.

    2. Dans 20 ans, vous ne relirez pas mon article. Déjà que vous publiez votre article de manière anonyme avec un courriel de fantaisie, vous avez un agenda en publiant votre message et il y a peu de chances que votre agenda soit le même dans 20 ans.

    Sur le fond, avec le gaz à 3$ / litre, rassurez-vous, les compagnies automobiles transitent vers des alternatives qui livreront une réelle concurrence aux hydrocarbures, dans 20 ans.

    Sans oublier que si les automobiles utilisent encore de l’essence, celle-ci sera bien mieux utilisée, à mesure que les technologies rehausseront sa combustion.

    3. Les sophismes existent à peu près partout si on se met à gratter assez longtemps. Même dans votre commentaire, la logique fallacieuse de votre argument voulant que le ministre péquiste n’ait pas de limousine alors qu’en fait, il en a une, pourrait être considéré tenir du sophisme!

    Il appartient au lecteur de se faire son idée et vous avez fait la vôtre. Vous avez droit à votre opinion et je m’accorde avec vous sur notre désaccord. Tout simplement.

    4. Pas très convaincant? Au contraire, le ministre Gaudreault ne s’est pas (encore) rétracté! Cet article paru dans le quotidien Le Soleil ne vous plaira probablement pas mais plusieurs l’ont trouvé convaincant… peut-être bien “plus convaincant” que celui paru ici, qui sait?

    Voici d’ailleurs un court extrait:

    ” En entrevue éditoriale au Soleil, le ministre des Transports a statué qu’un parent allant reconduire son enfant à la garderie ne fait pas du covoiturage. «Il faut que ce soit deux personnes qui seraient en voiture», a précisé M. Gaudreault, donnant l’exemple de voisins qui voyageraient dans un même véhicule pour aller travailler à l’Université Laval.

    «Apprendre que mes enfants ne comptent pas comme des passagers à part entière, je trouve ça à la limite odieux», a répliqué Éric Caire sur un ton courroucé.”

    Alors, convaincu?

    5. Une passe de bus? Il m’en faudrait plusieurs! Une pour chaque membre de ma famille qui ont présentement la chance de se déplacer en automobile. Pire, même avec une passe d’autobus du RTC, il me faudrait prévoir en acheter aussi pour les autobus de la rive-sud alors c’est le double du prix!

    En fait, il serait possible de faire des économies sur le coût mensuel de mes déplacements mais je ne pourrais plus aller où j’ai besoin et lorsque je réussirais à m’y rendre, je serais invariablement en retard à moins de partir beaucoup plus tôt, ce qui devient impossible, avec des enfants.

    Certains scénarios fonctionnent bien avec des autobus mais pour la plupart des gens, c’est un service largement inflexible qui n’a pas été conçu pour les contribuables préférant l’automobile, ceux qui paient la plus large part des coûts de transport en commun mais qui ne les utilisent pas, habituellement parce que c’est techniquement impensable.

    Pour terminer…

    Je comprends que vous soyez choqué de lire ce billet si vous aimez le transport en commun.

    L’idée du transport collectif a ses lettres de noblesse et j’appuie l’idée mais quand il est question de couper des voies d’une autoroute vitale pour Québec et qu’en plus, le ministre ne considère pas que des enfants soient des passagers à part entière, il y a là une situation qu’il faut dénoncer.

    Le ministre Gaudreault fait peut-être aussi des bons coups et il est peut-être bien sympathique mais le simple fait qu’il ait déclaré qu’un enfant ne vaut pas un adulte, quand il est question de covoiturage me titille assez pour que j’en parle, dans un billet.

    Continuez d’écrire vos commentaires mais de grâce, ayez assez de cran pour vous identifier parce que là, vos bottines ne suivent pas vos babines!

  3. Bof, m’identifier ne m’amènera rien.

    Tout ce que je peux vous dire c’est que, de source sûre (plus sûr que les déblatérations mensongère politique du bien-aimé Éric Caire), le ministre Gaudreault n’a pas de limousine. Bien sûr qu’il a un véhicule de transports, mais ce n’est pas une limousine.

    Oui, les compagnies transitent sur de nouvelles méthode, mais oh, est-ce que je rêve ? Vous avez omis de parler de la stratégie d’électrification des transports ? Eh bien.

    Bref, je comprends, vous venez de Québec, vous êtes caquistes de manière invétérée, c’est normal. C’est juste triste que le parti soit en complète déconfiture. D’ailleurs il me semblerait que si quelqu’un devait se déplacer en limousine, c’est bien François Legault, qui, rappelons-le nous, est co-fondateur d’Air Transat.

    Oups ?

  4. On va y aller avec la réponse définitive à votre question à propos de la limousine du ministre des Transports, Sylvain Gaudreault.

    Après vérification de vive voix avec son bureau de cabinet, à Québec, il appert que M. Gaudreault, comme TOUS LES MINISTRES DU PQ, membres de cette législature, ont leur propre véhicule de fonction. Ainsi, c’est induscutable, M. Gaudreault a sa limousine (ou belle grosse voiture de fonction, très luxueuse), comme les autres ministres.

    Bon, maintenant qu’on a répondu à cette question-là et qu’il n’y a pas qu’Éric Caire qui cite l’évidence que le ministre se déplace en luxueux carosse, on s’intéresse au reste du message.

    À propos de l’électrification du transport, nous avons un beau projet qui porte le nom de “Monorail TrensQuébec” qui pourrait enfin faire un pied de ned à l’hiver sans nous coûter aussi cher qu’un métro mais en nous prodiguant la plupart de ces avantages, notamment lorsqu’il fait tempête (en toutes saisons).

    Et oui, ça fonctionne à l’électricité!

    Pour les automobiles, c’est déjà une réalité et ça va gagner en popularité.

    Je suis sensible au bon sens et il se trouve qu’en ce moment, la CAQ fait bonne figure. Ils ne sont pas parfaits mais dans ce dossier, ils marquent des points.

    Pour François Legault, c’est vrai qu’il a fondé Air Transat mais s’il a une limousine, ce n’est pas parce qu’il est riche, c’est parce que la sécurité exige qu’il se déplace dans une voiture de fonction. C’est d’ailleurs ce qu’on m’a confirmé, encore de vive voix, au bureau de M. Legault, à Québec.

    Les lecteurs seront libres de se faire leur idée sur votre identité mais en demeurant anonyme, j’ai l’impression que ça vous sert bien et qu’au fond, vous voulez lancer des idées pour voir comment elles sont reçues.

    Enfin, c’est votre choix de demeurer non-identifiable…

  5. Pour répondre plus principalement au point de votre article, un enfant n’est pas inclus dans le covoiturage et c’est juste le gros bon sens. Votre enfant n’a pas de voiture, il n’a pas d’empreinte écologique. Le but du covoiturage, ce n’est pas de sauver du temps, c’est de réduire, justement, l’empreinte écologique que 2 voitures ou plus ferait et la transformer en une.

    Le but du covoiturage, à nouveau, n’est pas de vous faire sauver du temps.

    C’est fachant, je comprends, mais c’est juste logique. Mais bon, encore une fois, je suis probablement influencé par mes convictions.

    En passant, ce n’est pas une limousine. Je le sais parce que je le sais. Je vais m’informer pour votre appel, ça me rend curieux et je connais un tout plein de gens du cabinet, dont les réceptionnistes, les attachés politiques, le chef de cabinet, etc.

    C’est un VUS, comme vous l’avez dit, pour la sécurité. Ce n’est pas son choix, évidemment. Vous comprenez qu’après les attentats des dernières décennies, que ce soit celui du Metropolis l’année dernière ou de JFK, la sécurité est obligatoire.

    Bref, je ne sais plus si je vais vous réécrire. Pardon d’avoir pollué votre article avec mes avis sur des questions qui ne touchaient pas le sujet principal. C’était agréable de vous parler, malgré nos convictions manifestement contradictoire.

    Je ne donne pas mes informations pour une raison bien particulière, ce n’est pas vraiment parce que je ne le veux pas, mais plutôt parce qu’il est plutôt dans mon intérêt de ne pas le faire.

    Bref, bonne soirée à vous.

  6. Merci pour votre dernière réponse, cher lecteur anonyme — avec ce que vous écrivez et les détails que vous prodiguez, je peux maintenant m’imaginer pourquoi vous désirez conserver votre anonymat.

    Si vous préférez écrire de manière anonyme, faites-le. Au fond, je n’ai rien contre ça du moment que les arguments se tiennent et que ça reste civilisé. Ce qui est le cas ici, je crois.

    Pour la limousine ou voiture de fonction, je vais essayer de la photographier directement lorsque j’aurai un peu de temps pour ça mais la plus récente photo que j’ai trouvé du ministre Gaudreault qui embarque dans son véhicule de fonction via le magazine L’Actualité:

    Limousine du ministre Gaudreault

    Ce n’est pas complet sur l’image mais ça ressemble drôlement à une limousine et non un VUS. Cette photo aussi —tirée du même article paru dans L’Actualité— donne à penser que c’est une limousine et non un VUS:

    Ministre Gaudreault lisant Le Devoir dans sa limousine

    Alors vous avez piqué ma curiosité avec le VUS. Il est possible que la limousine ait été troquée pour un véhicule mieux adapté à nos rudes hivers québécois mais on peut difficilement contredire Éric Caire lorsqu’il parle de la limousine du ministre Gaudreault parce qu’avec ces deux photos, il a définitivement été vu dans l’une d’elle.

    J’ai hâte de connaître le fin mot de l’histoire, sur cette question.

    Du reste, je comprends mieux votre logique de l’empreinte écologique.

    Ceci dit, un enfant qui n’emprunterait pas la route avec un parent devrait quand même se rendre à l’école (ou à toute autre activité) alors même s’il ne peut pas conduire seul, l’utilisation d’un autre moyen de transport laisserait quand même une empreinte sur l’environnement (autobus scolaire ou autobus de la ville).

    Ainsi, le fait de covoiturer avec son enfant me semble être du covoiturage légitime puisqu’une autre ressource n’a pas dû être utilisée pour faire le même trajet.

    Disons que c’est une question qui continue à soulever des interrogations mais nos deux positions permettent aux tenants de deux idéologies sur le covoiturage de se repérer en vue de se faire une tête sur la chose.

    Si quelqu’un a des photos du VUS de fonction du ministre Gaudreault, je suis preneur!

Laisser un commentaire